Calmez-vous et collaborez

Le Groupe des 7 (G7 pour les amis et les artistes) est composé de ceux qui prétendent être « les plus grandes économies du monde », c’est-à-dire les États-Unis, le Canada, l’Allemagne, la Grande-Bretagne, le Japon, la France et l’Italie. N’importe qui peut voir que la Chine, l’Inde et d’autres pays seraient absents ici. Disons donc que le G7 est composé de ceux qui se sentent « de vrais partenaires ». Certains grossiers diront cela à cause des économies dans l’orbite des États-Unis.
En tout cas, le G7 s’est réuni avec l’Union européenne (c’est-à-dire avec les pays européens absents de la liste précédente, comme l’Espagne, la Grèce ou le Portugal) pour tenter d’imposer des prix maximum au pétrole russe. Vous avez bien lu, il s’agit d’une réunion de pays qui entend imposer les prix du pétrole d’un autre pays.

Ils sont dans une guerre pratique et totale contre la Russie, essayant de détruire son économie, et ils veulent exiger et imposer à ce pays qui leur est si odieux, de collaborer.

Comme nous le savons, les pays du G7 ont « sanctionné » la Russie. « Nous allons écraser l’économie russe », a annoncé Biden en février. Pourtant, les sanctions sont devenues une auto-punition, surtout pour les Européens. A la récession déjà annoncée depuis l’an dernier, s’est ajoutée la hausse des prix du gaz et du pétrole, conséquence de ses propres sanctions. Un quota de sacrifices est imposé aux peuples d’Europe en échange de rien.

Les capitaines du cynisme mercantile exigent que la population de leurs pays ne prenne pas de bain en échange… d’idéaux ? C’est pourquoi la propagande et le silence de la dissidence sont devenus si indispensables.

Le masque des puissants de ce monde du G7 qu’ils appellent l’Occident, même s’il inclut le Japon, se fissure. Si ça ne marche pas en Ukraine, ils ont déjà commencé une conflagration à Taïwan. Ou était-ce que les navires de guerre américains étaient en tournée entre Taiwan et la Chine continentale ?

Ils ont besoin de la guerre pour équilibrer leurs comptes. Ils ont déclaré dès le début de l’opération militaire russe en Ukraine qu’ils n’enverraient pas de troupes au combat, mais ils n’ont pas cessé d’envoyer des armes et des conseillers. Comme on l’a dit : ils se battront jusqu’au dernier ukrainien, taïwanais ou autre. Il semble à certains d’entre eux qu’il y a trop de monde.

L’entrée Calme et collaboration a été publiée pour la première fois dans Últimas Noticias.

★★★★★