La Colombie

Cela dit le ministère de la Défense sur les actions organisées après les excès de Cali

<< Les forces militaires et de police continueront à Cali aussi longtemps que nécessaire pour maîtriser cette menace criminelle dans laquelle elles cherchent à persister et sur laquelle nous chercherons à maintenir la tranquillité. La décision est d'empêcher toute attaque supplémentaire de la part de ces bandes criminelles qui le souhaitent. affecter la ville ".

Ainsi, le ministre de la Défense, Diego Molano, a assuré que les renforts du personnel de la police et de l’armée qui sont arrivés dans la capitale de Valle del Cauca ces derniers jours resteront indéfiniment dans la région.

Le fonctionnaire, qui est arrivé à Cali jeudi soir, dirige le poste de commandement unifié, d’où ils coordonnent, avec la gouverneure Clara Luz Roldán; le maire Jorge Iván Ospina et les commandos de la Force publique stationnés dans le département, les actions visant à reprendre le contrôle de la ville, avant les dérives qui ont eu lieu au milieu des manifestations qui ont débuté mercredi dernier.

«Cali a fait l’objet d’attaques systématiques de la part d’organisations criminelles de vandalisme, car ce que nous avons vu, ce n’est pas quelques-uns, comme certains médias l’ont décrit, qui ont nui à la journée. Il y a vraiment eu une attaque criminelle systématique et organisée, coordonnée et financée contre des objectifs spécifiques », a déclaré le ministre à El País au sujet des événements qui se sont produits dans cette capitale au cours du premier jour de la grève nationale.

Monsieur le ministre, vous avez affirmé sans détour que les actes de vandalisme survenus à Cali n’étaient pas spontanés. Parce que?

Le ministère de la Défense et notre force publique respectent et garantissent le droit à la mobilisation sociale, mais ce qui est intolérable, c’est le vandalisme et le terrorisme. Mercredi, Cali a fait l’objet d’attaques systématiques de la part d’organisations criminelles de vandalisme, car ce que nous avons vu, ce n’est pas quelques-uns, comme l’ont décrit certains médias, qui ont nui à la journée. Il y a vraiment eu une attaque criminelle systématique et organisée, coordonnée et financée contre des cibles spécifiques. Ils ont attaqué en premier le commerce formel, les petits et moyens commerçants ont été touchés; Ils ont également attaqué le bureau du gouverneur, le bureau du maire, le bureau du procureur, le Dian, et ont attaqué ce qui affecte le plus la vie normale des citoyens et des travailleurs, le système de transport public, avec plus de 20 bus vandalisés.

Est-ce pourquoi à partir de ce jour des actions ont été prises à partir de votre portefeuille?

Des mesures ont été prises, en accord avec le maire, d’un couvre-feu à trois heures de l’après-midi, et de renforcement avec 850 policiers qui ont commencé à arriver ce jour-là, notamment aux quatre points de sortie de Cali et surtout pour la récupération du centre, où les entités étaient vandalisées. De plus, 450 hommes de l’armée ont été renforcés pour accompagner les patrouilles de police et d’Esmad. Nous regrettons les effets subis par les citoyens, les commerçants qui ont subi des dommages, comme nous l’avons vu avec une profonde douleur dans les cris désespérés d’un fonctionnaire de banque qui disait: «nous sommes des gens, nous sommes des gens». Ces vandales criminels les ont attaqués sans aucune compassion et, bien sûr, après les arrestations, nous continuerons le processus de poursuites.

Mais ce pied de force dans la ville n’a cessé d’augmenter en raison de la poursuite des manifestations …

Vendredi nous avons effectué, avec le Gouverneur, le Maire et les membres de la direction, un survol pour vérifier la situation des différentes activités dans la ville et nous avons accompagné l’arrivée de 80 membres de l’Esmad et 350 membres de l’armée, pour lequel nous avons informé la Valle del Cauca et Cali que 3 963 hommes et femmes de la Police et de l’Armée sont aujourd’hui déployés dans la ville et en opérations permanentes, avec 1 863 policiers et 1 100 soldats arrivés ces derniers jours pour garantir le rétablissement de la tranquillité des habitants de Cali.

Et combien de temps ces renforts resteront-ils dans la ville?

Les forces militaires et de police continueront aussi longtemps que nécessaire à maîtriser cette menace criminelle dans laquelle elles cherchent à persister et sur laquelle nous chercherons à maintenir la tranquillité. La décision est d’empêcher toute nouvelle attaque de la part de ces gangs criminels qui cherchent à affecter la dynamique de Cali. Depuis le poste de commandement unifié, nous continuons à assurer la coordination avec le gouverneur, le bureau du maire et les commandants régionaux de la police et de l’armée.

Cependant, l’inquiétude des citoyens persiste …

Bien sûr, nous savons qu’il y a encore de l’anxiété et de la peur dans les citoyens, car ces actes qu’ils commettent génèrent de la peur, mais nous avons avancé, de manière décisive, en union avec toutes les institutions et les citoyens. Vendredi, nous avons eu une réunion avec tous les secteurs productifs de la ville, afin de déterminer des actions pour restaurer le fonctionnement normal de la chaîne d’approvisionnement productive de la ville.

Des récompenses ont été annoncées pour ceux qui dénoncent les responsables de vandalisme …

Toutes les informations qui ont été fournies via la ligne 3116253670 sont en cours d’évaluation par la police et les organes judiciaires, afin que ceux qui ont commis des actes de vandalisme puissent être identifiés, comment cela a commencé à se produire. Nous ratifions les récompenses établies: jusqu’à 20 millions de dollars à quiconque fournit des informations qui mènent à l’emplacement de cette affiche qui a commencé à circuler avec plus de 60 visages qui ont été envoyés par des citoyens parce qu’ils vandalisent les stations de transport; 20 millions de dollars à quiconque aide à identifier la personne responsable de la vile attaque contre notre patrouilleur Gabriel Padilla, et jusqu’à 10 millions de dollars à quiconque fournit des informations, comme cela a été fait et qui est très utile, pour faire avancer le procureur général. Bureau dans les processus de judiciarisation des responsables des processus de vandalisme et de pillage dans la ville.

Monsieur le Ministre, après le 21N, vous avez dû diriger la Grande Conversation, comme stratégie gouvernementale pour écouter les dissidents. Est-il nécessaire de reprendre cette initiative?

Après les actes du 21 novembre, la Conversation nationale a eu lieu. Je me souviens même qu’il y a eu plusieurs réunions au niveau national, une à Cali, et qu’il y avait des propositions importantes, telles que le revenu de base et la gratuité de l’enseignement au niveau universitaire. La réforme sociale et durable inclut ces propositions, mises en œuvre par le gouvernement pendant la pandémie, telles que le revenu de solidarité, qui est le revenu de base, et aujourd’hui elle promeut qu’elle atteint cinq millions de Colombiens. Les gens ont demandé des cours gratuits, et aujourd’hui il y a une proposition dans cette initiative, qui est au Congrès, qui comprend des cours gratuits pour 500 000 étudiants dans les strates 1 et 2.

Ainsi, le gouvernement a non seulement écouté mais aussi mis en œuvre une partie d’entre eux et aujourd’hui il les concrétise pour devenir des politiques publiques permanentes et garantir l’équité sociale. Bien sûr, ce sera sur la scène du Congrès où aujourd’hui, alors que toutes les visions de la Colombie sont représentées, que le consensus nécessaire est recherché et généré.

Poursuivant avec Cali, mais en changeant de sujet, que faire pour réduire les homicides en ville?

Dans le cas de Cali, nous avons un défi très important et c’est pourquoi, il y a un mois et demi, nous avons lancé, avec le maire, la politique de sécurité, qui vise à améliorer les capacités de la police de la ville à attaquer les causes qui génèrent l’homicide. Il y a trois actions fondamentales: premièrement, un nouveau modèle, que sont les segments routiers, cela signifie que notre Police Nationale concentre ses renforts sur son modèle de surveillance par quadrant dans les segments dans lesquels au cours de la dernière année la ville a présenté le taux le plus élevé d’homicides et d’actes violents. Ce n’est plus un quadrant généralisé, mais centré sur les tronçons routiers, où un effort conjoint est fait et surtout avec la présence de la police judiciaire.

Et le deuxième aspect?

Cela a à voir avec une entreprise très sérieuse à Cali, qui est le micro-trafic, qui alimente des gangs qui se connectent avec d’autres groupes armés organisés et qui, à de nombreuses reprises, ont des franchises dans la ville. On voit l’émergence de micro-trafics de pots à Siloé, à Aguablanca, avec l’induction de la consommation par les jeunes puis ils sont emmenés au crime, on leur donne un premier couteau pour qu’ils puissent faire le premier braquage devant le parc , près de l’école, afin qu’ils puissent instiller la peur. Ensuite, ils les entraînent à faire de l’affrètement ou à voler des téléphones portables à MÍO et ils les relient déjà aux autres gangs. C’est pourquoi il est essentiel de lutter contre le micro-trafic.

Et la troisième stratégie, fondamentale dans le gouvernement du président Duque, est la prévention. À Cali, nous avons vu la croissance des jeunes qui commettent des crimes avant l’âge de 18 ans, une très grande campagne doit être menée pour empêcher la consommation et éviter qu’ils ne soient utilisés par des groupes criminels.

Que se passe-t-il au Cauca?

«Au cours des deux derniers mois, nous avons assisté à un différend à deux endroits du Cauca. Au nord, où les dissidents FARC et ELN, notamment en Algérie, dans le couloir El Plateado, où la concentration de coca est plus élevée, ce qui a généré des déplacements et bien sûr des événements violents.

Surtout, les dissidents des FARC, tels que Carlos Patiño et Dagoberto Ramos, ont affecté la population civile. Ce sont eux qui assassinent les dirigeants sociaux et cherchent à imposer le commerce illicite des récoltes dans les réserves indigènes et ceux qui cherchent à toucher à nouveau avec des attentats terroristes, comme celui qui a eu lieu à Corinto avec la voiture piégée. Enfin, une colonne d’entre eux a cherché à étendre ses tentacules sur la Valle del Cauca, dans la région de Tuluá, ce qui est un sujet de préoccupation et sur ce que notre force publique agit. Que fait-on? Premièrement, en neutralisant les dirigeants et les organisations, mais cela implique également des campagnes dans lesquelles, conjointement, l’armée, l’armée de l’air et la police travaillent pour poursuivre ces groupes.

À la suite de l’opération Atalanta, plus de 1 300 personnes des structures ont été poursuivies et, dans le cas du Cauca, 13 dirigeants de ces dissidents, 72 membres et 56 des structures de soutien ont été neutralisés. « 

Vous pourriez également aimer...