Le Venezuela

Central Obrera de Bolivia suspend les blocus et la grève générale

La Central Obrera Boliviana (COB) a mis fin aux blocus et à la grève générale qu'elle menait depuis près de deux semaines, en déclarant une victoire partielle en faisant confirmer les élections générales à venir pour le 18 octobre.

«Cette loi sur les élections, au-delà de sa polémique, garantit les élections du 18 octobre (…) elle garantit ce qui n'aurait pas dû être; le peuple bolivien doit savoir qu'il ne voulait pas d'élections, il voulait les suspendre avec d'autres arguments », a déclaré le secrétaire exécutif de la COB, Juan Carlos Huarachi.

La levée des manifestations a été annoncée au lendemain de l'entrée en vigueur d'une loi et d'une résolution du Tribunal électoral fixant au 18 octobre la date "fixe" des élections, et quelques heures seulement après une attaque à l'explosif contre le Siège de la COB, où se trouvait le dirigeant syndical.

Le principal dirigeant de la centrale et les représentants du Pacte d'unité des organisations autochtones et de quartier qui ont appelé les manifestations, ont dénoncé lors d'une conférence de presse comme une "tentative de meurtre" l'attaque contre le siège du syndicat qui a eu lieu la nuit précédente, par laquelle la police dit qu'il y avait six détenus.

Salle intermédiaire

Huarachi a déclaré que les syndicats boliviens considèrent que "la lutte n'a pas été vaine" et déclarent seulement une pause dans leurs mobilisations en faveur de la démocratie, avertissant qu'après le vote général, il pourrait y avoir de nouvelles difficultés.

«La décision du Comité Exécutif de la COB est de donner un quatrième entracte au conflit au niveau national, jusqu'au 18 octobre, car le combat ne s'arrête pas, nous sommes plus certains qu'après le 18 octobre ils ne voudront plus faire le transfert de commandement ", il prétendait.

Le leader a exprimé que la méfiance à l'égard de la COB et du mouvement populaire en général découle du non-respect par le gouvernement de transition d'un accord de pacification signé en novembre, par lequel les manifestations ont été levées après le coup d'État contre Evo Morales (2006-2019) et l'auto-proclamation présidentielle de la sénatrice Jeanine Áñez.

«Depuis l'accord de pacification de novembre, les élections devaient se tenir le 3 mai, puis le 2 août, le 6 septembre et le 18 octobre (…), ils ne nous ont jamais montré une véritable étude scientifique sur les pics de la pandémie, mais de simples arguments pandémiques pour suspendre les élections », a-t-il dit.

Le risque d'une contagion massive lors du scrutin a été l'argument principal du Gouvernement et du Tribunal électoral pour reporter successivement les élections, appelées à rétablir l'ordre constitutionnel dans le pays.

«Aujourd'hui, nous voyons une réalité, très conscients de ce que vit notre pays, c'est pourquoi nous demandons à nos mobilisés de pacifier, nous sommes les artisans de la paix, pas eux», a-t-il ajouté, se référant à la déclaration du président Áñlez selon laquelle elle était la gestionnaire d'une «seconde pacification» après la crise de 2019.

La fin de la grève et des barrages routiers a été déclarée alors que les grandes villes souffraient déjà de pénuries croissantes de nourriture et de carburant, en plus des difficultés à fournir de l'oxygène et d'autres fournitures médicales aux hôpitaux traitant des patients atteints de covid-19. / Spuknit

Vous pourriez également aimer...