Le Brésil

Des femmes s'unissent sur les réseaux sociaux pour signaler des cas d'agression – Jornal da USP

Photo: Kat Jayne / Pexels

//jornal.usp.br/wp-content/uploads/2020/08/AGRESSAO-MULHERES-ROBERT-SIQUEIRA.mp3

Selon le ministère de la Santé, toutes les quatre minutes, une femme est agressée au Brésil. Qu'elle soit sexuelle, physique, psychologique ou même à trois, la situation laisse une marque sur la victime qui, dans 25% des cas, est agressée par son mari ou son petit ami. Ces derniers mois, exposé (Terme anglais pour exposition) a repris les réseaux sociaux. Ils servent d'exutoire aux victimes qui rapportent les agressions subies tout au long de leur vie et, dans la plupart des cas, sont cachés depuis des années.

Professeur Maria Paula Panúncio Pinto – Photo: Archives personnelles

La professeure et présidente de la Commission des droits de l'homme de l'École de médecine Ribeirão Preto (FMRP) de l'USP, Maria Paula Panúncio, souligne que la violence à l'égard des femmes est «historique, idéologique et naturalisée», c'est pourquoi elle finit par être «très violence perverse ». De plus, elle traumatise les victimes, surtout lorsqu'elle est commise par des proches. «Dans certains cas, l'agresseur est une personne connue de la victime, en qui elle a confiance. Cela affectera la santé mondiale, l'estime de soi, la confiance en soi et la santé mentale de cette femme. »

Maria Paula souligne que cacher l'agression «augmente l'impact de cette situation sur la santé des femmes». En outre, il souligne que la banalisation de la violence à l'égard des femmes "fait qu'il est même difficile pour les victimes elles-mêmes de reconnaître qu'elles subissent un certain type de violence".

Le professeur Cíntia Rosa, de la Faculté de droit Ribeirão Preto (FDRP) de l'USP, avertit que les femmes doivent être prudentes lorsqu'elles signalent une agression sur les réseaux sociaux, «sinon cette explosion peut se retourner contre la victime elle-même, en tant qu'action calomnie, par exemple ». En outre, Cíntia ne considère pas que l'explosion faite sur Internet apporte des avantages, car «les réseaux sociaux ne fournissent pas le soutien dont la victime a besoin». Pour elle, l'idéal est de rechercher des organes compétents, tels que «des institutions de prise en charge des femmes et des droits de l'homme, qui sont prêts à recevoir ces plaintes et à apporter toute l'assistance à la victime».

Professeur Cíntia Rosa Pereira – Photo: Archives personnelles / USP

Bien qu'elle considère une plainte formelle comme la procédure correcte, Cíntia affirme que le processus peut être long et très bureaucratique. «Une enquête criminelle est essentielle dans ces cas, afin qu'aucune preuve ne soit perdue», souligne-t-il. En cas de plainte auprès des organes responsables, la victime doit se soumettre à des procédures telles que l'établissement d'un rapport de police et des examens médicaux. "Si la victime n'est pas bien orientée, elle risque de perdre des preuves et des informations et compromettre l'enquête", prévient-il.

Pour le professeur Maria Paula, c'est l'une des raisons pour lesquelles les victimes ne font pas de rapport formel des agressions subies, car «elles ne se sentent pas convaincues qu'elles seront protégées». Une autre raison, selon l'enseignant, est la peur d'être jugé. «On pense très fortement que les femmes sont victimes de violence à cause de leur propre comportement», explique-t-il. Maria Paula dit que la violence contre les femmes peut être considérée comme une «pandémie», mais souligne que «les femmes ont le droit de vivre une vie sans violence».

Écoutez dans le lecteur ci-dessus l'interview complète des professeurs Maria Paula Panúncio, de la Faculté de médecine, et Cíntia Rosa, de la Faculté de droit, toutes deux de l'USP à Ribeirão Preto, à USP dans le Air Journal, Édition régionale.

.

.

Vous pourriez également aimer...