Le Brésil

Centré sur les agents de l’État, l’observatoire dressera une carte des violences raciales

São Paulo – Lancé hier (23) dans la nuit, l’Observatoire de la violence raciale (Ovir) vise à cartographier, avant tout, les actions menées par les agents de l’État. L’initiative vient du Centre d’anthropologie et d’archéologie médico-légale de l’Université fédérale de São Paulo (Caaf-Unifesp). Et il est basé sur le concept de génocide développé par l’acteur, enseignant, homme politique et militant Abdias do Nascimento.

Lors du lancement, le professeur Carlos Lírio, vice-coordinateur du Noyau d’études afro-brésiliennes (Neab) à l’Unifesp, voit la lecture de deux définitions présentées par Abdias. Dans l’une d’entre elles, le génocide est configuré comme « le refus du droit d’exister à des groupes humains entiers, par l’extermination de leurs individus, la désintégration de leurs institutions politiques, sociales, culturelles, linguistiques et de leurs sentiments nationaux et religieux ».

moment politique

Il a souligné l’importance de lancer l’observatoire en ce moment politique et institutionnel. « Nous sommes conscients de toutes les violences impliquées et perpétrées au cours des quatre dernières années. Nous savons et voyons ce qui s’est passé dans divers domaines, et Ovir est très emblématique », a-t-il déclaré.

Aussi le professeur Jaime Alves, de l’Université de Californie, a cité Martin Luther King pour parler de l’importance de la mesure, se souvenant de la soi-disant Marche sur Washington en 1953. « Il a fini par dire : on ne peut jamais être en retard dans l’histoire. Il y a un appel impératif, l’urgence fatale du maintenant. Il est nécessaire de produire plus de connaissances sur la terreur policière au Brésil », a-t-il déclaré.

Démocratie et exception

Ainsi, pour lui, il y a au Brésil et dans le monde une « tendance très dangereuse » de ce qu’il considère comme des tentatives d' »humanisation » de la police, qui représente l’État et se caractérise par la violence. Ainsi, selon le professeur, il y aurait une fausse dichotomie entre régime d’exception et normalité démocratique, car la violence institutionnelle est restée présente même après la dictature.

« Avec le retour à la normalité démocratique, les portes de l’enfer se sont ouvertes. (Il y a) une pratique encore plus systématique et stratosphérique de disparitions, de meurtres et de tortures, principalement de jeunes noirs des favelas. Comment faire la différence entre la normalité démocratique et un état d’exception ? », a-t-il demandé.

Alves a rappelé que le phénomène finit par atteindre même les non-noirs. Il cite en exemple la mort de jeunes dans la favela Paraisópolis, à São Paulo, en 2019. « La favela est vue comme une géographie noire. En tant que géographie noire, il est (pouvoir policier) autorisé à tuer. C’est la colonie qui fait place à l’impensable, qui s’agrandit à chaque instant. Une chose ne change pas : la centralité de l’expérience noire informe les pratiques terroristes de l’État, pour les Noirs et pour tous les autres.

Consultez ici l’« édition zéro » de l’Observatoire des violences raciales

A lire aussi :

Vous pourriez également aimer...