Le Venezuela

Cette gauche qui vit encore

En ces jours, en lisant un article de Julio Escalona, ​​un camarade révolutionnaire infatigable, de bonne amitié et de solidarité inconditionnelle, je me suis souvenu de cette gauche chaude des années 1960 du siècle dernier, forgée dans un mouvement de jeunesse inoubliable, étudiants, paysans, ouvriers et des intellectuels qui espéraient un pays meilleur et une lutte anti-impérialiste pour la vie ; C’était une gauche belle, courageuse, courageuse et studieuse qui s’est vêtue du rouge et noir du 26 juillet de Fidel et a embrassé les idées de la révolution, escaladé les montagnes et lutté dans les villes contre la répression. Aujourd’hui, il est en présence de ces collègues de référence de Julio qui – comme il le dit – ne demandent rien ni ne se plaignent, mais lorsqu’ils défendent le processus bolivarien, ils sont les premiers à se lever.

De cette gauche, il y a des noms à ne jamais oublier : Carmelo Laborit, Alberto Lovera, Víctor Soto Rojas, Argimiro Gabaldón, Chema Saher, Simón Sáez Mérida, Moisés Moleiro, Jorge Rodriguez, Paúl del Río ou « Máximo Canales », David Nieves et ainsi de suite beaucoup d’une génération de révolutionnaires que l’histoire n’a pas encore racontée dans sa vraie dimension. De cette gauche historique il y a quelques jeunes d’hier, militants de la révolution, apportant leurs forces, leurs idées, avec fermeté et constance, au processus bolivarien, sans jamais changer ce qu’ils étaient. Hier et aujourd’hui, ce sont des combattants patriotes qui, pour une raison quelconque au sein de la direction des mouvements populaires, portaient sous leur responsabilité le poids de la lutte révolutionnaire, comme lorsqu’ils prévenaient des couloirs universitaires qu’ils devaient descendre dans la rue, aller aux usines et aux champs, pour comprendre les conflits et les problèmes des gens, eh bien, il fallait aussi comprendre que les temps passent et que « Le vent souffle de l’Est », dans cette prédiction de Mao.

Cette gauche qui vit encore est aujourd’hui un exemple de dignité, avec une haute conscience éthique et idéologique, face à ceux qui ont brisé ou brisé leurs idéaux et leurs attitudes révolutionnaires. Ceux-là, bien qu’ils vivent, sont partis. Mais cette gauche qui vit encore et qui a fait des morts et des disparitions, emprisonnés et torturés, est présente dans le processus bolivarien de Chávez, donnant longuement et durement dans la lutte pour le socialisme. Ils ne s’arrêtent jamais, ils résistent beaucoup et ne demandent pas de repos.

Vous pourriez également aimer...