Le Brésil

Des recherches montrent qu’il est revenu au rôle principal dans les élections pour le gouvernement de São Paulo

L’enquête São Paulo – Ipespe/Valor Econômico sur les intentions de vote pour le contentieux du gouvernement de São Paulo aux élections de 2022 montre à quel point les résultats du contentieux peuvent être différents, selon les articulations et les alliances possibles pour 2022. Dans un scénario où Geraldo apparaît Alckmin (toujours au PSDB) et l’ancien maire de São Paulo Fernando Haddad (PT), tous deux en tête des intentions de vote. L’ancien gouverneur a 23 % et le PT, 19 %. Viennent ensuite Guilherme Boulos (Psol), avec 11%, le candidat du gouvernement Tarcísio de Freitas (8%) et Rodrigo Garcia (PSDB), qui a 3%.

Dans ce premier scénario – dans lequel Márcio França (PSB) n’apparaît pas – la somme des voix de Haddad et Boulos atteint 30 %, ce qui indique, dans un premier temps, une reprise du rôle de premier plan par la gauche et le centre-gauche dans l’État , et de réelles chances que le camp progressiste passe au second tour. Cela ne s’était plus produit depuis 2002, lorsque José Genoino (PT) avait été battu par Alckmin.

L’image reflète en partie l’image nationale, avec le leadership incontesté de l’ancien président Lula. Elle démontre aussi que l’annulation des condamnations du PT par Lava Jato, d’une part, et le désenchantement envers Jair Bolsonaro, d’autre part, projettent un 2022 bien différent de la réalité de 2018.

conversations et alliances

D’un point de vue politique, les discussions sur les alliances possibles pour l’État et les élections présidentielles projettent des scénarios différents. Pièce clé du soi-disant conseil d’administration, l’ancien gouverneur Alckmin quitte le PSDB. Certaines alternatives sont discutées concernant son avenir : rejoindre le PSD de Gilberto Kassab et se présenter comme candidat du Palácio dos Bandeirantes, rejoindre le PSB de Márcio França et briguer le même poste, ou rejoindre le PSB et être vice-président sur le ticket de Lula.

Márcio França semble déjà tenir pour acquis l’atterrissage d’Alckmin au PSB. « Maintenant, il est mûr pour lui de se désaffilier. Il n’y a plus d’espace dans PSDB. Ni le PSDB ni lui ne veut », a déclaré França cette semaine. Il entretient d’excellentes relations avec Alckmin, dont il était vice-gouverneur et a hérité du Palácio dos Bandeirantes pour le président sortant en 2018. Il s’est également entretenu avec Haddad.

Les pourparlers sont en cours, mais tant le président national du PSB, Carlos Siqueira, que les principaux dirigeants du PT à São Paulo ne semblent pas disposés à renoncer à leur candidature au gouvernement de São Paulo au nom d’une alliance. Notamment parce que Haddad et França se distinguent par leurs chances d’être élus, du moins dans le portrait du moment.

mouvement caché

L’enquête montre également une photo sans Haddad. Dans celui-ci, Boulos, avec 23%, apparaît en tête, suivi de França (19%) et du ministre de l’Infrastructure, Tarcísio de Freitas, avec 10%. L’émergence du Pocket Minister avec cet indice surprend certains secteurs qui connaissent le style de la politique de poche à la Steve Bannon : existe-t-il un mouvement caché (un « travail à la base ») dans les réseaux sociaux, jusque-là inaperçu des radars progressistes ?

Scénario 3 place Haddad en tête, avec 27%, suivi de Boulos et Tarcisio, tous deux avec 13%, et Rodrigo Garcia (PSDB), avec 6%. Un tel scénario ne semble pas probable, du moins pour le moment, car il n’amène ni Alckmin ni Márcio França. Une telle configuration suppose un accord selon lequel, par exemple, le PSB renoncerait au gouvernement de São Paulo, Alckmin assumerait le vice-président de Lula et la France se présenterait au Sénat. Même selon les déclarations de Carlos Siqueira, il n’est pas plausible que le PSB accepte de renoncer à se présenter au gouvernement du plus grand État du pays tout en soutenant Lula pour la présidence.

En bref, la recherche montre que, sans Alckmin, Haddad mène. Sans Haddad et sans Alckmin, avec França en tête, comme le veut le PSB, Boulos mène. Et sans França, Alckmin apparaît en tête suivi de Haddad et Boulos, ce qui semble montrer le retour de la gauche sur la scène électorale de São Paulo. L’enquête a interrogé 1 000 électeurs entre le 29 novembre et le 1er décembre, par téléphone.

les scénarios

Scène 1

Geraldo Alckmin (PSDB) – 23%
Fernando Haddad (PT) – 19%
Guilhermes Boulos (Psol) – 11%
Tarcisio de Freitas – 8%
Rodrigo Garcia (PSDB) – 3%

Scénario 2

Guilherme Boulos (Psol) – 23%
Marcio França (PSB) – 19%
Tarcisio de Freitas – 10 %
Rodrigo Garcia (PSDB) – 5%

Scénario 3

Fernando Haddad (PT) – 27%
Guilherme Boulos (Psol) – 13%
Tarcisio de Freitas – 13%
Rodrigo Garcia (PSDB) – 6%

A lire aussi :

Vous pourriez également aimer...