Le Venezuela

Chavismo a de nouveau une voix et un vote dans le co-gouvernement de l’UCV

Le chavisme a retrouvé sa voix et son vote lors des élections des diplômés de l’Université centrale du Venezuela (UCV) qui se sont tenues ce mercredi dans la maison qui remporte l’ombre.

La planche Ensemble pour le patrimoine, qui a réuni des candidats de la gauche ucevista, a été lauréate de la Faculté des sciences humaines et de l’éducation, ainsi que des écoles de sociologie, de communication sociale et d’économie, indiquent des résultats non officiels.

Avec cette victoire, les représentants de l’ucevista ont laissé gagner des espaces de représentation dans les décisions de cogouvernement de l’UCV.

Reprendre l’école de communication sociale

Lors de ces élections supérieures, Chavismo a pris l’école de la communication sociale, remportant le conseil d’école, le conseil de faculté et l’assemblée de la faculté avec la plateforme Ensemble pour le patrimoine.

Anahí Arismendi a gagné comme représentante principale au Conseil de l’École de communication sociale et María de la Paz Higueras comme suppléante. Pendant ce temps, pour l’Assemblée de la Faculté, Teresa Ovalles et Alfredo Palacios ont été élus, tous avec une longue carrière dans le journalisme.

«Pour les journalistes, ce fut une fête et des retrouvailles aimantes et responsables, où nous avons ratifié notre engagement et notre appel à revenir aux valeurs du journalisme, et à la nécessité de rouvrir notre école à la rue, et de pouvoir à nouveau reprendre les débats nécessaires qui nous permettent de nous redécouvrir avec les plus belles de notre profession » a indiqué Arismendi.

Pour le professionnel du journalisme, « cette élection appelle clairement le syndicat à faire le point et à reprendre un débat pluriel sur les sujets qui nous intéressent et sont sensibles aux journalistes, et non pour des enjeux particuliers ou des intérêts politiques ou commerciaux ».

En communication sociale, la plate-forme d’Ensemble pour le patrimoine a remporté la victoire avec un solide avantage sur les formules d’Acción Democrática, García Arrocha, Primero Justicia et les membres de l’Association nationale des journalistes.

équilibre organisationnel

Pour Anahí Arismendi, la participation à ces élections était significative. Le processus a eu la participation massive de diplômés de toutes les générations qui étaient présents à leur alma mater pour exercer leur droit d’élire leur représentation dans le co-gouvernement.

« C’était l’esprit ucevista mobilisé montrant qu’il y a des centaines de personnes, des milliers de diplômés qui sont disponibles à tout moment pour collaborer avec notre université et qu’elle a à nouveau le siège qui lui correspond », a déclaré Arismendi à cet égard.

Pour le gagnant en tant que représentant devant le Conseil de l’École de communication sociale de l’UCV, cette journée d’élection a donné un appel clair des diplômés à reprendre la dignité de l’université et l’héritage de l’UCV.

Pour sa part, Betzabeth Aldana, candidate à la Faculté de droit et de sciences politiques, a déclaré que les résultats devaient être vus comme un exemple d’organisation. « De ce point de vue, il y a une victoire politique et organisationnelle au-delà des résultats. » « Nous sommes partis avec un moral élevé et une nouvelle carte des forces qui nous place en bonne position », a ajouté Aldana.

université en convalescence

Jacqueline Farías a félicité via le réseau social Instagram ceux qui ont participé aux élections tenues dans une université en convalescence.

« Il y a un an, ces élections n’auraient pas pu se tenir de la manière dont elles se sont déroulées à cette époque. Sans éclairage, sans services sanitaires, avec des fuites dévorant les bâtiments, il était impossible d’entrer dans l’UCV… la grande désolation de ses couloirs était triste, le plan créé par le président Nicolás Maduro Moros pour sa récupération et son sauvetage n’est pas seulement revenu les espaces d’enseignement et de recherche mais a aussi garanti l’exercice démocratique interne, déjà avec 2 élections tenues ces derniers mois » a-t-il souligné.

Plus de 10 ans d’attente

L’objectif de ce processus électoral est de renouveler les instances de co-administration universitaire,

qui ont la participation de différents secteurs de la communauté universitaire.

À cet égard, la candidate de la Plancha Juntos por el Patrimonio au Conseil de l’École d’études politiques et administratives de la Faculté des sciences juridiques et politiques, Ana Sofía Cabezas, a rappelé il y a quelques jours dans des déclarations à VTV que ces élections avaient n’a pas eu lieu depuis l’année 2010.

Il a également expliqué que les enseignants, les diplômés, les étudiants et le personnel administratif participent à ces instances de co-gouvernement, qui sont de la plus haute importance pour le bon fonctionnement de cette université.

Vous pourriez également aimer...