Le Venezuela

Claudio Fermín a présenté son plan gouvernemental pour Barinas

Le large candidat au poste de gouverneur de Barinas, Claudio Fermín, a présenté ce mercredi les priorités de son programme gouvernemental, qui portera sur la réactivation de la campagne, le développement rural et les services publics.

« Nous avons 600 000 hectares propices aux semis et cette année, même pas 40 000 ont été semés », a-t-il dénoncé. « Ceux qui ont eu tout le pouvoir et toutes les ressources pendant 22 ans ne peuvent plus parler d’une centrale électrique de Barinas. Si les mêmes politiques de ces 22 ans sont appliquées, nous n’irons nulle part », a-t-il déclaré à propos de la proposition du candidat chaviste, fait référence à un communiqué.

Fermín, qui est soutenu par 12 organisations politiques, dont des partis qui jusqu’à hier soutenaient le MUD, a affirmé que son gouvernement allait se concentrer sur l’agriculture. « J’ai nommé une commission technique qui prépare le cycle des semis, afin que ce qui s’est passé ces dernières années ne se répète pas, ce qui a entraîné un cimetière de machines dans toutes les fermes. »

« En travaillant avec une fondation et une bonne gestion, nous pouvons produire 100 000 hectares de maïs l’année prochaine, ce qui signifie 400 000 tonnes et se traduit par 120 millions de dollars de mouvement de l’économie, soit 25 fois le budget du gouvernement », a approfondi le candidat. Mais pour cela, un gouvernement qui a une vision ouverte de l’économie est nécessaire. »

« Nous allons nous asseoir avec la BCV pour assouplir la réserve légale et relancer le crédit agricole », a-t-il annoncé.
De la même manière, il a évoqué les abondantes sources d’eau que possède l’État des plaines et a déclaré qu’il n’y avait pas d’eau dans l’État « en raison de l’irresponsabilité de la conduite ».

Pour Fermín, la clé d’une gestion qui résout les problèmes des Barinais est la formation d’un gouvernement large. « L’ampleur est nécessaire pour que les secteurs qui ont des procès puissent faire partie des décisions publiques, et c’est un antidote à la corruption », a-t-il dit, « et cela ne se fait pas en substituant le gouvernement d’une famille à celui d’une autre famille ou par un club d’amis ».

Vous pourriez également aimer...