La Colombie

Clignotant

30 novembre 2020-11: 40 p. m.
Pour:

Aura Lucia Mera

Bonnes nouvelles! À Cali, il n'y a pas de pandémie. Je suis parti samedi vers l'ouest et à une agréable surprise je suis tombé dans un embouteillage qui a commencé dans l'Icesi et a atteint Jardín Plaza. Délicieux.

C'était comme au bon vieux temps. Libre comme l'air, libre comme le vent, voiture contre voiture, sifflets aigus, vendeurs ambulants entrant dans la foule de motos vendant des ballons colorés, des almanachs, des jeunes habillés en Chaplin faisant des grimaces et riant avec des dents propres dispersant des aérosols dans l'atmosphère, des enfants présenté comme une marchandise jouant sur les plates-formes, visiblement le visage nu pendant que les mères se promènent avec un carton à la main.

Cali, ville miracle. Des scientifiques du monde entier devraient venir observer ce phénomène. Je ne sais pas si c'est la Vierge de Chiquinquirá qui agit comme la Première Vierge de la nation ou le Christ Roi qui continue les bras tendus à convaincre les voleurs qu'il n'a pas de téléphone portable ni de montre, qui regarde du haut de la colline comment la ville se déchaîne Il danse autour de lui avec l'autorisation des cadres intermédiaires qui prétendent qu'il ne faut pas demander la permission au maire pour quoi que ce soit.

Les hôtels prêtent leurs salles fermées pour des banquets de plus d'une centaine de personnes parfumées et récemment diplômées, qui trinquent avec le masque dans leur poche et après le troisième verre, ils oublient où ils l'ont jeté. Les rires se croisent et les câlins, avec les larmes et le mucus inclus, vont et viennent.

Le maire Ospina, dans un acte de bon sens, a interdit tout spectacle public, pas de foire de salsa ou de corrida. Peut-être a-t-il oublié qu'à Cali, il n'y a pas de pandémie, que l'histoire du virus a été inventée par des Chinois qui mangeaient des chauves-souris. Ici, les chauves-souris ne mangent que des mangues.

J'ai profité de l'embouteillage pour revenir saluer et discuter avec mes ceibas préférés. Ceux des gros Cañas qui tendent les bras vers nous, les bedonnants, les orgueilleux qui cherchent le ciel, les majestueux sur le périphérique.

Je me demande ce qu'ils pensent de nous. Je sais qu'ils nous regardent avec pitié, de pauvres vers à deux pattes les empoisonnant avec du gaz, les étourdissant avec des sifflets. Ils savent que nous ne pouvons pas vivre sans eux ou sans leurs frères d’espèce. Ils resteront debout.

Je sais qu'ils communiquent racine par racine avec leurs congénères, les samanes, les acacias, les cadmias, les palmiers et les guaduales, s'entrelacent sous le sol, s'entraident et prennent soin les uns des autres tandis que nous les vers se précipitent, s'entretuent, se poussent à l'aveugle et paniqué d'avoir un mélangeur à prix réduit.

Maire, n'insistez pas. À Cali en décembre, la foule continuera à se déchaîner. Que ceux qui veulent l'attraper, et peut-être célébrer la nouvelle année à la veillée. Ni vous, ni celui de Chiquinquirá, ni le Christ de la montagne ne pourront rien faire.

Cali a décidé qu'il n'y avait pas de pandémie. C'est décembre et c'est tout. Aucune loi ne le contient. Je vous suggère de vous concentrer sur la sécurité, car le désordre n'est arrêté par personne. Et avec «Black Monday, mardi, mercredi, jeudi et vendredi», eh bien, qui peut faire trembler le chat?

Les lumières sont déjà allumées et l'enfant est déjà dans la crèche. Il n'y a rien à faire. Juste au cas où je mettrais des masques sur les bergers, de peur que Melchor, Gaspar ou Baltazar ne ramènent la Couronne d'Égypte et infectent soudainement la Famille Sacrée, déjà agenouillée dans leur botte de foin.

Vous pourriez également aimer...