Le Brésil

CNJ recommande la suspension des expulsions collectives pendant la pandémie

São Paulo – Le Conseil national de la justice (CNJ) a approuvé une recommandation aux juges de tout le pays d’analyser attentivement les actions d’expulsion collective de propriétés urbaines et rurales pendant la pandémie. En particulier, lorsqu’ils impliquent des populations vulnérables, les juges doivent respecter les directives établies par le Conseil national des droits de l’homme (CNDH), qui recommande la suspension des expulsions comme moyen de prévenir la propagation du covid-19.

La proposition a été présentée par la Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB) à l’Observatoire des droits de l’homme de la magistrature, coordonné par le CNJ. La décision a été rendue lors d’une session extraordinaire du conseil tenue mardi dernier (23).

« Que les présidents des cours de justice et des tribunaux régionaux fédéraux sensibilisent les magistrats pour qu’il n’y ait pas de respect de ces expulsions pendant la pandémie », a déclaré l’avocat Leandro Scalabrin, membre de la CNDH.

Au cours de la session, il a souligné que ce sont des familles qui vivent déjà dans une situation précaire, qui souvent n’ont même pas accès à l’eau et à l’électricité. Même ainsi, la situation de «sans-abrisme» augmenterait encore l’exposition de ces populations au covid-19, augmentant le nombre de cas et de décès dans le pays.

Le ministre fédéral suprême Luiz Fux, président du CNJ, a déclaré que la «sensibilité envers les minorités vulnérables» a guidé les activités de l’agence. Il a également qualifié de «fléau» la situation des personnes n’ayant pas accès à un logement décent.

Violations

Même pendant la pandémie, les actions d’expulsion et d’expulsion se sont multipliées en 2020. Au moins 9 000 familles ont été placées dans une situation de sans-abrisme. 64 000 autres familles sont menacées d’expulsion dans le pays. Avec la recommandation du CNJ, on s’attend à ce que ce type de mesure soit contenu.

«La situation de violence s’est aggravée. Les renvois administratifs ont également augmenté, qui sont des renvois effectués contre des sans-abri. Ou même dans des professions plus récentes, qui sont exercées même sans ordonnance du tribunal », a rapporté l’avocat du Centre Gaspar Garcia pour les droits de l’homme Benedito Barbosa, Dito, dans un entretien avec le journaliste Dayane Ponte, pour la Votre journal, donne TVT.

Selon Dito, la situation des familles en difficulté pour se loger est devenue encore plus compliquée avec la fin du programme Minha Casa Minha Vida. Son remplaçant, le programme Casa Verde e Amarela du gouvernement de Bolsonaro, ne dessert pas les familles à faible revenu.

Regardez le reportage

Rédaction: Tiago Pereira

Vous pourriez également aimer...