Le Brésil

Combien de temps peut-on supporter un menteur ? Par Ariovaldo Ramos

Quelle est la limite ? C’est une question cruciale dans n’importe quelle situation. Connaître la limite, c’est avant tout avoir une notion de santé, dans n’importe quel domaine, car on suppose que tout ce qui ne respecte pas les limites est dysfonctionnel. Par conséquent, fixer des limites est crucial pour toute réalité et relation.

Nous regardons, comme s’il s’agissait d’une série de celles-ci que nous marathon, le CPI de la Pandémie, réalisé par le Sénat fédéral.

Et dans ce marathon ce qui est le plus présent, c’est le mensonge. Cependant, il semble que la limite que nous nous fixons pour tolérer le mensonge soit très étendue, car l’enquêté ment, de manière flagrante, et aucune mesure n’est prise, en fait, à l’exception des commentaires qui apparaissent, principalement, sur les réseaux sociaux, rapportant combien ment quoi s’agit-il. Et reste comme ça.

Quelle est la limite pour mentir ? La limite du mensonge est fixée par ceux qui l’entendent et restent inertes.

Il semble donc que la question devrait être : combien de mensonges devrions-nous supporter ? Quand on regarde les valeurs qui nous sont toujours chères, la réponse est : aucune ! Aucun mensonge ne doit être supporté !

Et une nouvelle question s’impose… Pourquoi endurons-nous tant de mensonges ?


Lire d’autres articles d’Ariovaldo Ramos


Du fait que nous avons enduré des mensonges, jusqu’à épuisement, à propos de la pandémie, nous avons déjà perdu plus de cinq cent mille Brésiliens et Brésiliens. Parce que nous avons enduré des mensonges sur l’économie, nous avons vu le retour de la faim, la montée incontrôlée du chômage, l’érosion de nos salaires, la perte de nos maisons, la destruction de notre système de protection sociale, la destruction du système éducatif, la destruction de notre souveraineté nationale.

Nous assistons aux mensonges d’un juge de première instance. Aussi pathétique que cela puisse paraître, ces mensonges ont tourmenté les industries, provoqué des arrestations politiques et fourni des informations stratégiques à la puissance étrangère.

Le président est accusé d’avoir menti, officiellement, au moins trois fois par jour, incriminant, notamment les agences et hauts responsables de son administration.

Et la question s’approfondit : combien de temps allons-nous garder un menteur ? Il doit y avoir une limite !


Ariovaldo Ramos il est coordinateur du Front évangélique pour l’État de droit et animateur du programme Désormais, tous les mercredis à 20h. à TVT

Vous pourriez également aimer...