Le Brésil

Comment le surf, le skateboard, le BMX et l’escalade sportive sont entrés aux Jeux olympiques –

Traduction gratuite de la conversation – Les Jeux Olympiques de Tokyo seront innovants à plus d’un titre. En plus des défis liés à l’organisation des jeux pendant une pandémie, il y aura également une multitude de nouveaux sports en lice pour attirer l’attention des fans. En plus du baseball/softball (réintroduit après une interruption de 12 ans), du karaté et du basketball 3 × 3, quatre sports d’action destinés aux jeunes feront leurs débuts : le surf, le skateboard, l’escalade sportive et le BMX freestyle.

Selon le Comité International Olympique (CIO), l’inclusion de ces nouvelles épreuves est « l’évolution la plus complète du programme olympique de l’histoire moderne ». Pour de nombreux fans, cependant, l’ajout de sports d’action soulève de grandes questions. Sont-ils vraiment des sports olympiques et méritent-ils de se substituer à des épreuves plus établies ?

Concours pour les jeunes fans

Nos recherches montrent que le processus et la politique derrière cette décision remontent à plus de 20 ans dans le cadre du grand objectif du CIO de rendre les Jeux olympiques plus attrayants pour les jeunes spectateurs. Bien que les Jeux Olympiques soient considérés comme le spectacle sportif le plus regardé au monde, le nombre de jeunes spectateurs diminue depuis des décennies. L’âge moyen des téléspectateurs américains pour les Jeux de Rio 2016 était de 53 ans.

Conscient de cela, le CIO a tenté de séduire le jeune public en intégrant de nouveaux sports d’action dans les programmes olympiques été (planche à voile, VTT, BMX) et hiver (ski cross, big air).


Depuis son inclusion controversée aux Jeux olympiques d’hiver de Nagano en 1998, le snowboard est devenu le chouchou des jeux d’hiver. Avec des performances inspirées des X Games et des icônes culturelles de la jeunesse telles que Shaun White et Torah Bright, le sport était responsable d’une augmentation de 48 % du nombre de spectateurs âgés de 18 à 24 ans aux Jeux olympiques d’hiver de 2010.

Depuis lors, une nouvelle génération de jeunes snowboarders branchés comme Chloe Kim a continué d’inspirer et d’attirer un public mondial. Ce succès conduit à l’inclusion de plus de sports d’action dans les Jeux d’été, mais le CIO a également promu d’autres initiatives importantes. Cas des Jeux Olympiques de la Jeunesse et d’une chaîne olympique sur YouTube.

Depuis 2010, les Jeux Olympiques de la Jeunesse ont été un terrain d’essai important pour les nouveaux sports, l’innovation et les concepts de médias sociaux. Comme le Laboratoire des Sports de Nanjing en 2014 et le Parc Urbain de Buenos Aires en 2018. Tout ne dépasse pas la phase de test, mais beaucoup fonctionne.

Les nouveaux sports olympiques

L’arrivée du président du CIO Thomas Bach en 2013 et l’introduction de la politique de l’Agenda 2020 ont accéléré le processus de modernisation. En 2015, le CIO a travaillé avec le comité d’organisation de Tokyo pour sélectionner cinq nouveaux sports – karaté, baseball/softball, surf, skateboard et escalade sportive – pour une éventuelle inclusion dans les jeux de 2020. Lorsque les cinq ont été confirmés pour Tokyo, Bach a proclamé :

Nous voulons apporter le sport aux jeunes […] Avec autant d’options pour les jeunes, nous ne pouvons plus nous attendre à ce qu’ils viennent automatiquement à nous – nous devons aller vers eux.


Après une analyse mesurant la performance globale de tous les sports, plusieurs fédérations internationales ont développé des stratégies pour devenir plus conviviales pour les jeunes. L’Union cycliste internationale a approuvé le freestyle BMX et la Fédération internationale de basket-ball a ajouté le basket-ball 3 × 3 pour Tokyo.

Cette pression pour attirer des fans plus jeunes a eu un effet d’entraînement, d’autres entités sportives souhaitant introduire de nouveaux événements dans le giron. La bataille actuelle sur l’éventuelle inclusion olympique de course libre (aussi connu sous le nom Parkour) c’est un exemple.

Les concurrents de BMX freestyle sont notés en fonction de la difficulté, de l’originalité, de l’exécution, de la hauteur et de la créativité.

mal du pays et progrès

Avec la stagnation de l’économie des sports d’action, de nombreux acteurs de l’industrie ont activement soutenu l’inclusion olympique. Mais l’héritage contre-culturel de nombre de ces sports a provoqué des tensions.

De nombreux participants les voient avec nostalgie comme des modes de vie alternatifs plutôt que comme des sports conventionnels. Les systèmes de valeurs associés qu’ils célèbrent – ​​expression de soi, créativité, plaisir – sont souvent considérés comme en contradiction avec l’éthique olympique disciplinaire, hiérarchique et nationaliste.

Pour cette raison, les propositions initiales visant à inclure le surf, le skateboard et l’escalade sportive à Tokyo ont été fortement contestées par beaucoup au sein des cultures plus larges des sports d’action. Préoccupé par la perte d’autonomie et de contrôle de « leur » sport.

Alors que les athlètes olympiques sont des ambassadeurs enthousiastes de leur sport (et récoltent probablement d’importantes récompenses économiques et culturelles), certains dans le monde des sports d’action considèrent l’inclusion olympique comme un autre stratagème lucratif. Fait partie d’un processus de « survente » plus long, avec peu d’avantages pour vos sports.

Notre recherche montre que la majorité des participants masculins plus âgés sont les plus opposés à l’inclusion des sports d’action. Cependant, une enquête internationale a montré des participants plus jeunes et des femmes beaucoup plus enthousiastes. Les moins de 19 ans étaient plus favorables, avec 80% d’accord avec l’affirmation : « Je pense que c’est une excellente idée et je regarderais probablement davantage les Jeux olympiques. »

La skateuse britannique Sky Brown n’aura que 13 ans lorsqu’elle concourra à Tokyo.

Une vitrine pour les athlètes féminines

Les jeux remaniés ont également eu leurs défis logistiques. Les organismes organisateurs de sports d’action ont dû naviguer sur de nouveaux terrains complexes, notamment pour déterminer comment les athlètes se qualifieraient, les formats de compétition, l’équipement, les uniformes, les tests de dépistage de drogue et l’adéquation des sites – tous compliqués par la pandémie.

Mais l’inclusion de nouveaux sports (avec une représentation égale des hommes et des femmes) a également aidé les Jeux olympiques de Tokyo à se rapprocher des objectifs d’égalité des sexes du CIO, les athlètes féminines représentant 49 % de tous les athlètes olympiques. Pour les femmes dans les sports extrêmes, les Jeux olympiques créent plus d’opportunités pour les athlètes et les leaders dans des activités à long terme dominées par les hommes.

Les talents phénoménaux des athlètes féminines présentés à Tokyo – dont la patineuse de 13 ans Sky Brown (Royaume-Uni), la surfeuse Carissa Moore (États-Unis) et la grimpeuse Akiyo Noguchi (Japon) – pourraient bien voir la dynamique des genres changer dans ces Jeux olympiques.

Changement de scène olympique

Sans spectateurs, malheureusement, Tokyo ne sera pas le festival urbain envisagé avant covid-19, avec de la musique live, de l’art et une ambiance axée sur les jeunes dans des environnements urbains et balnéaires. Cependant, les sports d’action au cœur de ce concept ne vont pas disparaître. Paris en 2024 verra l’ajout de la kitesurf C’est de Pause, dans le cadre d’une tendance qui se poursuivra aux Jeux de Los Angeles en 2028.

Les idées traditionnelles sur les événements qui sont (ou ne sont pas) des sports légitimes vont également changer dans les années à venir à mesure que le CIO affirme sa position dans un marché des sports et des loisirs de plus en plus compétitif.

Avec la survie des jeux si dépendante des téléspectateurs et des dollars de parrainage, le CIO ne fera que lutter plus fort pour rester pertinent pour les prochaines générations de fans olympiques.

Vérifiez le ici le texte original.

Vous pourriez également aimer...