Le Brésil

Contre les attaques contre la démocratie, Miguel Reale Júnior lance « Bolsonárias » – #Jornal da USP

Lire des extraits de l’article ci-dessous. Préoccupation pour le Brésilde Miguel Reale Júnior, publié dans le livre Bolsonaria

La vie politique brésilienne se limite aujourd’hui à une discussion éloignée de la réalité, limitée à des spéculations et des négociations sur les coalitions aux élections présidentielles et leurs effets sur la composition des listes d’États.

(…)

Avec ce panorama réduit aux possibilités d’accords en vue de l’élection, on a l’impression que le Brésil « continue » et que son destin ne présente pas de dangers, puisque tout est vaincu par les ruses des complices, par la satisfaction des les ambitions de ceux qui se disent membres de la classe politique dirigeante, mais dont la boussole n’est tournée que vers leurs intérêts personnels.

La tomographie de notre pays indique cependant l’absence absolue de gouvernement, sans aucune planification stratégique pour montrer quelles mesures concrètes doivent être mises en œuvre pour résoudre les différents défis.

Le pays connaît des farces promues par le président et sa bande, à commencer par l’auto-octroi de la Médaille du mérite indigéniste, alors qu’il est accusé d’avoir commis des crimes contre l’humanité contre les populations indigènes pendant la pandémie, avec une plainte devant la Cour pénale internationale .

Nous sommes condamnés à vivre un processus schizophrénique, avec la coexistence concomitante de deux réalités conflictuelles : le monde du « faire semblant », vécu par les responsables politiques, soucieux de collusion et de calculs électoraux, et notamment par Bolsonaro, avec son faux centre d’information, se déguiser en super-héros sur des « motos » et des promenades en jet ski.

Mais il y a un vrai Brésil, qui dénonce l’inconséquence de ce monde fantasmé d’ambitions personnelles. Le Brésil est composé des vrais problèmes : inflation ; la misère et la faim ; chômage élevé; faible croissance du PIB et réduction du revenu par habitant ; détérioration de notre parc industriel et de l’environnement; crise sanitaire ; les vulnérabilités de notre commerce extérieur ; en plus de la corruption continue.

Il n’y a pas de gouvernement et il n’y a pas non plus d’action des organes de contrôle, qui sont fondamentaux dans le système présidentiel autocratique, car les actions de contrôle et de répression de la Chambre des députés et du Parquet général sont essentielles. Ceux-ci, par intérêt politique, renoncent à la tâche de poursuivre les conduites illégales promues par le chef de l’exécutif et ses sbires.

Face à cette absence de gouvernement et de tutelle, qui occupe l’espace d’exécution budgétaire, colonne vertébrale de l’exercice du pouvoir ?

Les amendements parlementaires étaient déjà une monnaie d’échange dans d’autres gouvernements. Cependant, ils avaient même une valeur égale pour tous les parlementaires, leur destination était connue et leur pertinence était examinée par l’Exécutif.

Dans l’administration d’Arthur Lira, cependant, le plus grand instrument de corruption a été créé, « le budget central », à travers lequel l’amendement du rapporteur a été institutionnalisé, dont la valeur a atteint 21 milliards de reais en 2021. Pour cet amendement, le rapporteur indique directement l’allocation de des fonds aux ministères pour application à des travaux spécifiques dans une municipalité donnée. On ne sait pas, puisqu’il est caché, qui est la figure parlementaire derrière cette indication faite de valeurs de libre fixation à des communes triées sur le volet, selon l’importance de l’intérêt politique.

(…)

L’Academia Paulista de Letras, après avoir pris connaissance de cette situation, a décidé, en tant qu’adoratrice de notre souveraineté, de lancer un appel d’avertissement sur ces dangers qui peuvent conduire à la faillite.

Ainsi, en l’absence de dirigeants efficaces, avec le pays en dégénérescence, l’Académie demande à ceux qui sont préoccupés par l’avenir du Brésil de faire des efforts pour favoriser le débat sur les changements nécessaires pour faire face, avec une réflexion stratégique à moyen et long terme, nos vulnérabilités.

Vous pourriez également aimer...