Le Brésil

COP26, déforestation et image du Brésil – Jornal da USP

Alberto do Amaral dit que l’image du pays se dégrade au niveau international, car il y a une contradiction entre le discours officiel du gouvernement et les mesures pratiques pour atteindre les objectifs proposés

par Sandra Capomaccio

La 26e Conférence des Nations Unies sur le changement climatique s’est terminée sans les résultats escomptés. Malheureusement, des accords plus ambitieux pour prévenir le réchauffement climatique n’ont pas été conclus lors de la conférence de Glasgow, qui a réuni des responsables du monde entier. Un événement d’une importance capitale a été le club du climat – un groupe de pays qui se réunissent pour réduire le réchauffement climatique – qui a eu un résultat, puisque, lors de la COP26, un accord a été signé pour réduire le gaz méthane dans l’atmosphère.

Un autre résultat positif a été les règles d’échange de carbone. En revanche, rien n’a été fait sur la réduction des énergies fossiles et la raison en est les problèmes géopolitiques entre les États-Unis et la Chine, donc aucune mesure à long terme n’a été annoncée.

« Le Brésil ressent déjà les effets du changement climatique : crise de l’eau, circulation d’humidité de la région amazonienne vers la région du Sud-Est, manque de pluie, activation de centrales thermoélectriques, entre autres.

La COP 26 a signé l’accord pour la déforestation, un engagement que le Brésil s’est engagé à réduire à zéro d’ici 2030. Fait intéressant, un mois après la publication des résultats, normalement fait en octobre, le gouvernement fédéral a publié un résultat décourageant, avec une croissance sans précédent de la déforestation dans le région amazonienne. Le bulletin n’a pas été publié avant la COP car il ternirait l’image du Brésil lors de la Conférence sur le climat et soulèverait de nombreuses critiques à l’encontre du gouvernement brésilien. Il convient de rappeler que la déforestation a été réalisée dans les espaces publics, par l’accaparement des terres, liée à la criminalité, comme l’exploitation minière, la contrebande de bois, le trafic de drogue, entre autres.


Un regard sur le monde
Colonne 1 regarde le monde, avec le professeur Alberto Amaral, est diffusé tous les mardis à 10h00, sur Rádio USP (São Paulo 93,7 FM ; Ribeirão Preto 107,9 FM) et également sur Youtube, produit par Jornal da USP et TV USP.

.

politique d’utilisation
La reproduction des articles et des photographies est libre en citant le Journal of USP et l’auteur. Dans le cas de fichiers audio, les crédits doivent être attribués à Rádio USP et, si expliqué, aux auteurs. Pour l’utilisation des fichiers vidéo, ces crédits doivent mentionner TV USP et, si précisé, les auteurs. Les photos doivent être créditées en tant qu’images USP et le nom du photographe.

Vous pourriez également aimer...