Le Brésil

Corridors écologiques : relier la biodiversité ; comprendre

Corridors écologiques.  Image : Thiago Japyassu/ Pixels.
Corridors écologiques. Image : Thiago Japyassu/ Pixels.

L’une des caractéristiques qui font du Brésil une reconnaissance mondiale est sa biodiversité, c’est-à-dire la richesse des espèces qu’il abrite sur son territoire. Mais, comme la déforestation a progressé dans le pays ces dernières années, la corridors écologiques apparaît alors comme un moyen de minimiser cet impact.

Par conséquent, connaissant la nécessité de réduire les impacts causés par l’homme sur la nature, connaissez également un autre terme, ou plutôt, une expression pour faire partie de votre vocabulaire environnemental : corridors écologiques.

A partir de la lecture de ce texte, comprenez ce qu’ils sont et quel est leur rôle pour le conservation des espèces et dans le maintien de notre biodiversité.

Lire aussi : Tout savoir sur les Unités de Conservation

Que sont les corridors écologiques ?

Aussi appelé corridors de biodiversitéles corridors écologiques sont un instrument important pour la conservation des espèces et le maintien de la biodiversité.

Dans un contexte national, ils visent à connecter des zones fragmentéesc’est-à-dire de vastes zones de couvert végétal indigène qui ont été réduites et séparées par les activités humaines, plus précisément Unités de conservation (UC), espaces territoriaux et leurs ressources environnementales, avec des caractéristiques naturelles pertinentes, et légalement établis par le Pouvoir Public.

En raison de l’interférence de l’action humaine dans l’environnement, comme la l’avancée de l’agro-industrie et l’urbanisation, il a été jugé nécessaire délimiter les zones qui relient ces aires protégéesvisant la communication et l’échange d’espèces, aidant à maintenir les processus écosystémiques du biome dans lequel se trouve le courtier, et contribuant ainsi à la conservation des espèces locales.

C’est-à-dire que c’est une autre voie trouvée pour conjuguer les efforts dans la préservation de ces aires protégées.

Origine du concept

La notion de Couloir écologique est relativement récente, apparue entre les années 1980 et 1990 dans un contexte de discussions et de débats au sein de la communauté scientifique à la recherche de stratégies à mettre en œuvre pour la conservation de la biodiversité mondiale.

Au Brésil, il a été incorporé dans la législation en 1993 dans un décret déjà abrogé, dans lequel il était question de « l’exploitation de la végétation qui a pour fonction (…) de former des couloirs entre les restes de végétation primaire ou à un stade avancé et moyen de régénération ».

Aujourd’hui, ces coureurs sont soutenu par la loi et sont associés aux UCen tant qu’instrument de gestion du paysage et d’aménagement du territoire, défini par le Système national d’unités de conservation de la nature – SNUC (loi 9.985, du 18 juillet 2000), réglementé par la loi 9985/2000, qui établit le Système national d’unités de conservation, et son Décret 4340/2002.

Quelle est l’importance réelle des corridors écologiques ?

Concrètement, les corridors écologiques favoriser la connexion entre les différents domaines au sein de l’écosystème.

Avec cela, ils assurent le déplacement des animaux, la dispersion des espèces végétales par la propagation des graines, ce qui entraîne une augmentation du couvert végétal.

De plus, ils permettent le maintien des flux d’espèces entre les fragments naturels et, avec cela, la conservation des ressources naturelles et de la biodiversité.

Il s’agit donc d’une stratégie d’atténuation des impacts des activités humaines sur l’environnement et d’une recherche d’ordonnancement de l’occupation humaine pour maintenir les fonctions écologiques sur un même territoire.

les corridors écologiques font partie de la planification environnementale. Ils permettent de concilier développement urbain et activités économiques dans l’espace, en cherchant à contourner les conséquences de la fragmentation de l’habitat et, ainsi, de les relier afin d’assurer la circulation d’espèces et de populations différentes dans un même espace.

Cela permet également de lutter contre la vulnérabilité hydrique et climatique par une action efficace pour protéger les forêts et la socio-biodiversité en Amérique du Sud et centrale, favoriser le développement régional et renforcer les liens entre les peuples.

En préservant le couvert végétal et en permettant la bonne santé de ce lieu, il contribue à la lutte contre le réchauffement climatique, par exemple, et à la lutte contre les actions climatiques.

Et ça ne s’arrête pas là.

Les corridors écologiques sont aussi un moyen de se conformer aux objectifs établis et signés dans plusieurs accords internationaux et multilatéraux pour la préservation de l’environnement dont le Brésil fait partie.

Voir aussi notre vidéo sur les incendies dans le Pantanal et l’Amazonie !

La gestion

La planification de ces points de connexion est déterminée par un plan de gestion de l’unité de conservation à laquelle il est associéen plus du périmètre environnemental, comprennent des mesures visant leur intégration dans la vie économique et sociale des collectivités locales et riveraines.

De cette manière, il conduit à l’idée d’être caractérisé comme un élément de développement territorial durable, une initiative qui favorise la conservation des zones d’intérêt à protéger.

La détermination de la création et du développement de ces points de connexion entre les UC repose sur une série d’études locales, depuis les espèces qui composent cet écosystème, le domaine vital et les conditions locales jusqu’aux déplacements et à la répartition de leurs populations.

Avec ces informations, les règles d’utilisation de ces zones sont établies. Après ces études, les corridors écologiques ne deviennent officiels que lorsqu’ils obtiennent la reconnaissance du ministère de l’environnement.

Les couloirs écologiques du Brésil

Jusqu’à présent, le ministère de l’Environnement a officiellement reconnu trois corridors écologiques fédéraux :

  1. Couloir Capivara-Confusions : relie le parc national de la Serra da Capivara au parc national de la Serra das Confusãos.
  2. Caatinga Corridor : comprend 8 unités de conservation entre les états de Pernambuco, Bahia et Sergipe.
  3. Couloir écologique de Santa Maria: composé du bassin de la rivière Apepú, de la réserve privée du patrimoine naturel de l’État de la ferme de Santa Maria, de la ferme de Santa Maria, du bassin de la rivière Bonito et de sa connexion avec les aires protégées du lac Itaipu, dans l’État de Paraná .

Il y a aussi des coureurs d’étatcomme ceux du sud du Brésil, deux à Santa Catarina : le corridor écologique de Chapecó et le corridor écologique de Timbó, tous deux protégeant les vestiges de Mata das Araucárias et Campos de Altitude, en plus de la région qui abrite des terres indigènes.

Et il y en a un autre à Rio Grande do Sul : le corridor écologique de Quarta Colônia, qui implique la protection des biomes de la forêt atlantique et de la pampa dans l’État.

Corridors écologiques au Brésil.  Image : Renan Bomtempo/Pexels.
Corridors écologiques au Brésil. Image : Renan Bomtempo/Pexels.

Corridors écologiques dans le monde

Il est important de préciser que les coureurs ne sont pas exclusifs à notre pays.

En Europe, il apparaît sous le nom de couloirs vertscomme celui qui relie les Pyrénées aux Carpates et englobe également les Alpes, le Massif central et la région des Balkans, reliant l’Europe du Sud-Ouest à l’Europe de l’Est.

Dans ce cas, il a objectifs principaux :

  • Lien entre milieux montagneux ;
  • Création de corridors dans ces milieux élevés et à proximité des plans d’eau ;
  • Protection spéciale contre les grands carnivores.

Un autre exemple est le Couloir biologique mésoaméricain, un pont qui relie la faune entre les parties nord et sud du continent américain, et implique huit pays – Mexique, Guatemala, Honduras, Belize, El Salvador, Nicaragua, Costa Rica et Panama.

Situation actuelle et perspectives d’avenir

Sachant que la fragmentation des zones entraîne la perte de biodiversité et que la déforestation a progressé dans le pays, il convient de souligner l’importance de créer et de maintenir ces points de communication entre les lieux à forte biodiversité.

Alors ils ne s’arrêtent pas là, aujourd’hui, il y en a au moins d’autres sept corridors écologiques en cours de réalisation et étude de l’Institut brésilien pour l’environnement et les ressources naturelles renouvelables (Ibama).

Cinq d’entre eux se trouvent en Amazonie : le couloir central de l’Amazonie, le couloir nord de l’Amazonie, le couloir ouest de l’Amazonie, le couloir sud de l’Amazonie et le couloir sud de l’Amazonie, non seulement au niveau national mais couvrant également les pays voisins.

Et deux autres dans la région de la forêt atlantique : le corridor central de la forêt atlantique et le corridor sud de la forêt atlantique (ou corridor Serra do Mar).

Dans ce scénario, le ministère de l’Environnement a fait preuve d’une plus grande concentration et concentré ses efforts, initialement, dans le Corridor central de la forêt atlantique (CCMA) et dans le Corridor central de l’Amazonie (CCA).

Politiser! espère que vous avez compris le terme corridors écologiques et qu’il implique des questions complexes de relation entre l’environnement et l’être humain. Si vous avez des questions, laissez-les dans les commentaires !

Références:

Vous pourriez également aimer...