Le Brésil

couper dans la science rend la recherche irréalisable au Brésil

São Paulo – Le Consortium du Nord-Est a envoyé une note, vendredi (15), au Congrès national, exigeant le remboursement des ressources budgétaires dans le secteur de la science, de la technologie et de l’innovation, après l’approbation de la loi 14 220/2021, qui a supprimé plus de R$ 600 millions attendus cette année pour financer la recherche et les projets scientifiques. La coupe dans la science a été sanctionnée par le président Jair Bolsonaro, dans une décision publiée vendredi dans le Agenda Officiel de l’Union (JE DONNE).

La coupe représente 92 % des ressources qui auraient dû être débloquées au ministère de la Science, de la Technologie et de l’Innovation (MCTI). Et l’évaluation est qu’elle devrait entraîner « de graves conséquences pour les États membres du Consortium du Nord-Est », selon les gouverneurs. « Les ressources nécessaires sont destinées à atténuer les réductions croissantes des investissements dans le secteur de la science, de la technologie et de l’innovation, essentiels au développement durable et inclusif de l’ensemble de la nation », déclarent-ils dans le document.

Jusqu’à présent, le gouvernement fédéral n’a pas envoyé de nouveau projet pour remplacer les fonds dans le secteur. La proposition initiale, prévue dans le projet de loi du Congrès national (PLN) 16/2021, prévoyait le déblocage de 690 millions de reais pour la science et la technologie. La majeure partie de ce montant – 655,4 millions de reais – serait allouée au Fonds national de développement scientifique et technologique (FNDCT), conformément à la loi 177/2021, qui a rendu l’investissement scientifique obligatoire.

Développement sous contrôle

Députés et sénateurs ont fini par modifier le texte afin que les ressources du FNDCT soient réparties entre les différents organes de l’Union, ce changement répondant à une demande du ministère de l’Économie. Avec la relocalisation, le dossier Développement régional et agriculture recevra la tranche la plus importante du crédit supplémentaire, de 252,2 millions de reais. `Avant le portefeuille Agriculture, élevage et approvisionnement, qui disposera de 120 millions de reais. Un autre 100 millions de R$ ira à Communications. Et le reste sera partagé entre les ministères de l’Éducation (50 millions de R$), de la Santé (50 millions de R$) et de la Citoyenneté (28 millions de R$).

Quant à la science et la technologie, 89,8 millions de reais seront alloués. La plus grande partie de cette ressource (82,5 millions de reais) devrait cependant être affectée à la production de produits radiopharmaceutiques, intrants utilisés dans le traitement du cancer. Avec un peu plus de 7 millions de reais restants pour la recherche, le FNDCT est la principale source de financement pour favoriser, par exemple, les subventions du Conseil national pour le développement scientifique et technologique (CNPq).

Dans une vidéo publiée ce samedi (16), le ministre lui-même, Marcos Pontes, admet que la situation budgétaire de l’enquête « est vraiment préoccupante ». Pontes, qui a critiqué les coupes comme « manque de considération » et « erreurs et illogiques », a affirmé que depuis le 7 octobre, date à laquelle il a appris le changement, il a cherché à dialoguer avec les parlementaires, le Secrétariat du gouvernement, la Maison civile et le ministère. d’Economie.

le gouvernement nuit au pays

« Les fonds non remboursables du FNDCT seraient appliqués à des projets importants et structurants pour le Brésil. Comme les subventions du CNPq, le Centre National des Vaccins et le Laboratoire NB4. Beaucoup de choses importantes pour le pays, qui ont fini par être transférées à d’autres ministères », a-t-il souligné. Selon le ministre, au moins deux lettres officielles ont déjà été envoyées aux dossiers. « Pour que nous puissions avoir un remplacement plus rapide des ressources (…) ce qui est commun à tous les pays développés ».

En réaction à la réduction, la Société brésilienne pour l’avancement des sciences (SBPC), l’Académie brésilienne des sciences (ABC), l’Association nationale des étudiants diplômés (ANPG) et l’Académie nationale de médecine (ANM) ont publié une déclaration dénonçant que le ministère de l’Économie « agit contre la loi, avec des manœuvres qui suggèrent une intention délibérée de nuire au développement scientifique du Brésil ».

Éditeur : Clara Assunção – Montage : Helder Lima

Vous pourriez également aimer...