Le Brésil

Covid-19 sur les croisières : un expert prône la suspension des déplacements

São Paulo – L’Agence nationale de surveillance sanitaire (Anvisa) a recommandé la suspension des croisières au Brésil après avoir détecté des foyers de covid-19 sur des navires qui longeaient la côte nationale. À la fin de l’année dernière, deux croisières ont enregistré plusieurs cas de maladie pendant le voyage. Dimanche dernier (2), un troisième navire est sous enquête pour propager une nouvelle épidémie de virus.

Le navire de croisière Costa Diadema est arrivé au port de Santos, sur la côte de São Paulo, ce lundi matin (3) pour le débarquement des passagers et de l’équipage après la suspension des activités d’Anvisa en raison de l’épidémie de Covid à bord. Selon Anvisa, 68 cas de covid-19 ont été confirmés, 56 parmi l’équipage et 12 parmi les passagers. Le MSC Splendida, à Santos, a également vu sa croisière interrompue en raison de l’épidémie de la maladie.

L’agence a publié une déclaration contre-indiquant l’embarquement des passagers qui ont des voyages programmés sur des navires de croisière pour les prochains jours. Selon elle, après les enquêtes menées, il a été confirmé que le covid-19 se propage facilement parmi les personnes proches à bord des navires et que le risque de contracter le virus lors des croisières est élevé.

Pour l’immunologiste Gustavo Cabral, chercheur à l’USP et boursier postdoctoral à Oxford, la prochaine étape consiste pour le gouvernement fédéral à accepter la recommandation d’Anvisa. « Il est difficile d’attendre du bon sens du ministère de la Santé, car c’est un bras de Bolsonaro, et malheureusement, le ministère a suivi la ligne du président de la République. Anvisa a fait un excellent travail, malgré le ministère. Nous devons sauver autant de vies que possible », a-t-il déclaré, dans une interview avec Marilu Cabañas, de Radio actuelle du Brésil. «Il y avait des gens infectés et même ainsi, ils ne se sont pas arrêtés avec la fête, en d’autres termes, c’est la propagation de la mort. Ces personnes quitteront la croisière et exposeront beaucoup plus de personnes », a ajouté l’expert.

Fêtes du Nouvel An et Vaccinations

Le besoin de vaccination contre le covid-19 est encore plus évident après les fêtes de fin d’année, qui ont réuni familles et amis à travers le Brésil. Selon Cabral, contrairement à l’année dernière, où il y avait des foules qui ont entraîné l’escalade des décès dus à la maladie, cette année les réunions de famille devraient même propager davantage le virus, mais il n’y aura pas le même nombre de décès dus à la vaccination. Malgré cela, il attire l’attention sur la nécessité d’empêcher cette propagation. « Plus nous propageons le virus, plus il y a de chances que les personnes les plus fragiles le contractent. On ne peut pas banaliser la vie parce que certains veulent faire la fête », a-t-il expliqué.

Un autre point considéré comme important par Gustavo Cabral est la vaccination des enfants. En pleine période de vacances scolaires et avec la rentrée qui approche, le chercheur prévient qu’il faut anticiper l’achat de vaccins et vacciner les jeunes pour aller à l’école en toute sécurité. « Le vaccin est sûr, il protège les enfants et nous devons les acquérir le plus tôt possible », a-t-il expliqué.

Vous pourriez également aimer...