Le Brésil

Dalmo de Abreu Dallari, un héritage éternel – Jornal da USP

ÇEn tant qu’universitaires et membres de la société civile, nous interagissons avec un large éventail de personnes ayant des intérêts souvent différents des nôtres. Ces relations, dans les milieux de travail, se font dans le but de produire, et sans ce profil, il n’y a pas d’institution qui évolue. Lorsque le travail est terminé, ces groupes se dissolvent, chacun continuant sa vie. C’est le côté utilitaire, inné chez l’être humain, nécessaire, mais dernièrement exacerbé, qui nous conduit à l’individualisme et à l’égoïsme malsains. C’est la survie à tout prix, dans des environnements de plus en plus compétitifs et hostiles. C’est une maladie sociale, certes, dégradante des notions morales, avec toutes les conséquences que nous observons quotidiennement. Le pire dans la société dépasse de loin le meilleur.

Des philosophes tels que Nietzsche, Hobbes et Machiavel ont tenté de nous convaincre qu’il s’agissait de l’évolution darwinienne du plus apte. Mais ils ont oublié la conscience kantienne, qui nous différencie des autres êtres vivants, une valeur fondamentale qui a décliné ces derniers temps. Ces penseurs disent qu’avec des scrupules, personne ne commande. Le côté humain était, et est, relégué au dernier plan, nous rendant de plus en plus sous-développés, décadents. Il n’y a pas de place pour les intérêts des autres.

Dans ma vie déjà longue, j’ai eu et j’ai toujours la saine présence des géants, qui contredisaient cette façon de penser. Ils sont, et étaient, une minorité dans les diverses sociétés humaines, souvent vaincues, pour ne pas avoir employé des méthodes immorales dans leurs disputes, nous enseignant que les victoires doivent se produire au mérite. Bien qu’ils soient peu nombreux, ils étaient, et sont, les fondations les plus solides, qui nous maintiennent debout, croyant, avec optimisme, ne permettant pas au désespoir de prévaloir. Ils ont ajouté, ajouté, éduqué, poli les paramètres de la vie, déterminant en nous d’énormes évolutions intellectuelles. Bref, ils prônaient une saine évolution, parvenant à allier intelligence et moralité. Ils vivent, et ont vécu, pour construire, pas pour détruire. Des noms comme Dalmo de Abreu Dallari, Celso Antônio Bandeira de Mello et Fabio Konder Comparato nous ont fait plus. Beaucoup plus, beaucoup mieux. Des amis fraternels, qui ont rendu nos vies meilleures. Humanistes, dans leur définition la plus pure, porteurs d’une honnêteté intellectuelle indiscutable, ne cédant ni à la violence, ni au pouvoir, ni à l’argent.

Dalmo nous a quittés physiquement il n’y a pas si longtemps, mais son héritage est éternel. Ma famille et moi nous fréquentons assidûment, ayant la compagnie de son havre de paix, Sueli, une intellectuelle remarquable, et un bon vin. Nos conversations ont été très diverses, de la philosophie à la politique, de la musique aux vins, de l’histoire à la géographie, avec un niveau d’information impressionnant. La pensée critique constructive était toujours présente, quel que soit le sujet. Une fois, une chanson jouait en fond sonore, que j’écoutais depuis que j’étais enfant avec mon père, mais qui était très peu connue. C’était le Procession de Sardar, par le Caucasien Ippolitov-Ivanov. Je l’ai interrogé et il m’a décrit tout l’ouvrage avec une érudition enviable.

Depuis plus de 40 ans nous avons cette expérience, mais nous avons toujours le sentiment de ne pas avoir profité de sa présence, de son école de vie. Il a formé et conseillé des juristes à tous les niveaux. Sa maison était un confessionnal, guidant toujours ceux qui le cherchaient, qui étaient nombreux, des segments les plus variés. Le couple a contribué à l’éducation de mes enfants dès leur plus jeune âge. Comme ils l’ont dit, tristes mais fiers, « l’héritage est planté dans la graine de l’éducation. Il a résisté, avec intégrité, au pire qu’un être humain puisse faire à un autre. Il a laissé un monde meilleur, avec espoir.

En tant que médecin pendant plus de 40 ans, j’ai observé son côté stoïque à travers ses moments de souffrance. Il ne s’est pas incliné devant la douleur. Des personnalités de la société juridique, politique et universitaire l’avaient comme leur plus grand conseiller, cherchant des conseils pour leurs problèmes. La sagesse est atteinte par le chemin de l’humilité, et tout le monde a été reçu. L’orgueil ne l’a jamais approché, ni la haine, bien qu’il ait été maltraité sous le régime militaire. Il a été informé des auteurs de ses souffrances et n’a exprimé aucun regret. En tant que professeur titulaire et directeur de la faculté de droit de l’USP, il a développé des gestions enviables. À juste titre, il a reçu le titre de professeur émérite, lors d’une cérémonie inoubliable.

Le nombre de disciples qu’il a formés est impressionnant. L’Académie était sa deuxième maison. Son ambition a toujours été intellectuelle et non matérielle. Des indigènes aux présidents et ministres, des religieux aux hommes d’affaires, il a dialogué, compris et guidé, avec respect. Est-il possible d’évaluer le mérite de cet être humain hors du commun ?

Notre pays a les conditions pour évoluer vers le tout premier monde. Notre société est fertile. Si nous savons utiliser des ressources humaines constructives, en brisant les barrières de l’entreprise, notre avenir sera meilleur. Si notre environnement a créé Dalmo de Abreu Dallari, Celso Antônio Bandeira de Mello et Fabio Konder Comparato, nous devrions avoir de l’espoir. Nous devrions être fiers de les avoir dans notre société, servant d’exemples pour tous.

Vous pourriez également aimer...