Le Brésil

Dans les aliments typiques, Mário de Andrade a recherché l’essence du Brésil – Jornal da USP

Les recherches de l’écrivain moderniste sur l’alimentation font l’objet d’un événement en ligne à l’USP, qui a lieu le 29

par Juliana Alves

L’écrivain Mario de Andrade (1893-1945), l’une des principales figures de la Semaine de l’art moderne en 1922 – Photo : Divulgação/Edusp

L’un des grands noms de la Semaine de l’art moderne en 1922, Mário de Andrade (1893-1945) était présent aux soirées poétiques, dans les théâtres, dans les universités mais aussi dans les restaurants. L’écrivain avait un côté gourmand, il aimait manger et boire et son attirance pour la cuisine brésilienne allait au-delà des cinq sens, devenant un objet d’étude. C’est ce que sera le séminaire virtuel La faim au ventre au Brésil : Mário de Andrade et la cuisine brésilienne, promu par l’Institut d’études brésiliennes (IEB) de l’USP, qui a lieu le 29 juin, à 15h30, diffusé sur la chaîne IEB sur Youtube. L’événement se concentrera sur la recherche gastronomique de l’écrivain, qui se rapporte aux aspects historiques et culturels du Brésil au 20e siècle.

« Faim physique, faim d’estomac au Brésil maintenant », a écrit Mário de Andrade dans une lettre à son ami Câmara Cascudo. Cette faim renvoyait au désir viscéral de connaître et de « mâcher » le Brésil, avec ses traditions et ses coutumes, avec des influences étrangères formant le mélange brésilien essentiel. L’organisatrice du séminaire, Viviane Aguiar, doctorante en histoire sociale à la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH) de l’USP, souligne que la « mastication » de Mário de Andrade sera présentée à travers son recueil de menus, l’un des les pièces de la collection de l’écrivain conservées à l’IEB. De plus, les usages littéraires que Mário a fait des plats brésiliens dans deux ouvrages, le classique Macunaïma et l’inachevé Le banquet, publié à titre posthume.

Menu présent dans les archives de Mário de Andrade à l’Institut d’études brésiliennes (IEB) de l’USP – Photo : Divulgação/IEB Archive

Le banquet est un ouvrage qui suscite l’intérêt de l’anthropologue Claude Guy Papavero, chercheur en ethnographie de la cuisine brésilienne et qui sera l’un des intervenants de l’IEB. «Cette œuvre oppose différents points de vue sur la production musicale brésilienne discutés lors d’un banquet, réunissant des personnes qui s’occupaient de musique», explique l’anthropologue. Elle explique que l’auteur, inspirée par le Banquet Platon, qui montre un concours oratoire autour du thème de l’amour discuté après un repas, s’est servi des réactions de chaque convive à chaque plat pour clarifier les divergences entre leurs points de vue. « Le fait que Mário de Andrade n’ait pas terminé une œuvre interrompue par la mort ne nous a pas empêché de remarquer la sensibilité de l’écrivain aux implications culturelles de la nourriture », dit Claude Papavero.

L’intérêt de cet écrivain pour la gastronomie brésilienne se retrouve dans les archives que Viviane Aguiar a retrouvées à l’IEB : recettes manuscrites et dactylographiées, coupures de journaux et fiches d’étude avec des références à des livres de cuisine et des extraits liés à l’alimentation tirés de divers ouvrages. « Il s’intéressait à l’étude de ces thèmes car il les comprenait comme un aspect de la culture brésilienne, au même titre que la musique, par exemple », commentaires à Viviane. « Para Mário, connaître et étudier les aliments des différentes régions brésiliennes, à la recherche de similitudes entre elles, était un moyen de connaître quelle serait l’essence du Brésil, ce qui le rendrait unique et capable de prendre sa place parmi les nations modernes.

Mário de Andrade : l’écrivain avait un vif intérêt pour la recherche sur la cuisine brésilienne – Photo : Divulgação/Edusp

La principale influence étrangère qui compose le mélange gastronomique brésilien est celle de la France. Alors que de nombreux intellectuels considéraient la gastronomie française comme supérieure ou opposée à la cuisine brésilienne, Mário a affirmé, dans l’article Tacaca avec Tucupi (1939), que les deux étaient des combinaisons et avaient donc la même valeur esthétique. Dans les chroniques musicales qui donneront naissance au livre Le banquet, utilise également la structure d’un repas français pour structurer son récit.

Cette influence française est discutée dans le mémoire de maîtrise Modernistes à table : collection de menus de Mário de Andrade (1915-1940), présenté à l’IEB en février 2020 par la professeure Paula de Oliveira Feliciano, qui interviendra également lors du séminaire. Dans sa thèse, elle a analysé 22 menus collectés par le moderniste. « Tout au long de l’histoire, le menu n’est plus seulement une liste ordonnée de plats pour un repas ou un plan de travail pour les cuisiniers pour devenir un témoignage de la vie culturelle, sociale et politique d’une époque », explique Paula, qui lors de l’événement affichera données de la thèse.

Thèse de maîtrise de la professeure Paula de Oliveira Feliciano, qui sera abordée lors du séminaire organisé par l’Institut d’études brésiliennes (IEB) de l’USP le 29 juin – Photo: Divulgação/IEB Archive

Toujours selon Paula Feliciano, le dossier de Mário de Andrade démontre que les pratiques culinaires françaises façonnent la construction de la plupart de ses menus. Selon le professeur, les menus étaient des instruments importants pour la diffusion des connaissances culinaires des puissances économiques et culturelles dominantes, telles que la France. Symboles des banquets aristocratiques jusqu’au XIXe siècle, les menus commencent à apparaître sur les tables bourgeoises comme un indice d’ascension sociale et de civilité. Le menu, une impression éphémère, figurait comme un signe distinctif de la sociabilité des élites au XXe siècle également au Brésil, ajoute Paula.

L’enseignant dit que ces menus révèlent des événements importants dans la trajectoire biographique de Mário de Andrade, qui témoignent de moments de sa vie personnelle, professionnelle, culturelle et politique, en plus de son réseau social. elle cite comme exemples un banquet au Trianon Hall, en 1921, un déjeuner organisé à la même époque que la Semana de Arte Moderna, en 1922, et le banquet de fraternisation du Premier Congrès de la langue nationale chantée, promu par le Département de Culture de São Paulo en 1937.

L’intérêt de l’écrivain pour la cuisine en tant qu’aspect de la culture brésilienne a influencé certaines de ses actions en tant que directeur du Département de la culture de São Paulo. Viviane Aguiar explique que pendant qu’elle était chef du département, Mário de Andrade a mené une enquête sur les tabous alimentaires dans l’État de São Paulo, qui a même été présentée au Congrès international du folklore à Paris, en 1937. Il a également salué l’idée. de son ami Paulo Duarte pour créer, par l’intermédiaire du Département de la Culture, un restaurant « destiné à styliser la cuisine brésilienne et à promouvoir les produits alimentaires et les produits nationaux ». L’étudiant post-doctoral affirme que ce restaurant serait installé dans l’une des salles du Viaduto do Chá, alors récemment rénové, et proposerait un menu de plats «stylisés» de différentes régions brésiliennes. Cependant, le projet du restaurant de cuisine brésilienne n’a jamais vu le jour.

« Ces aspects favorisent de nouvelles perspectives sur la relation entre les écrivains modernistes et la cuisine, que ce soit en termes de sociabilité – la coexistence autour de la table – ou en termes de développement d’études qui se concentrent sur l’identité brésilienne complexe, dans ses diverses manifestations », selon au professeur Marcos Moraes, de l’IEB, qui participera également au séminaire.

« Ce que nous voulons montrer dans ce séminaire, c’est que ‘la faim au ventre du Brésil’ avait aussi un sens plus littéral, celui de chercher à comprendre la nation à travers ce que les gens mangeaient et buvaient », explique Viviane Aguiar. Pour elle, connaître le Brésil, c’était se laisser dévorer par lui et par ses aliments au « goût fort et inimitable », comme les noix de cajou et le tacaca au tucupi.

le séminaire virtuel La faim au ventre au Brésil : Mário de Andrade et la cuisine brésilienne, promu par l’Institut d’études brésiliennes (IEB) de l’USP, se tiendra le 29 juin à 15h30, avec une transmission via la chaîne IEB sur Youtube. L’événement est gratuit, ouvert au public et sans inscription.

Vous pourriez également aimer...