Le Venezuela

De nouvelles machines arrivent pour renforcer le travail à Sur del Lago

De nouvelles machines ont été envoyées par l’exécutif à l’État de Zulia pour poursuivre les travaux de restauration de l’accès par le kilomètre 43 dans la municipalité de Catatumbo, qui a été détruit lorsque la rivière Zulia a débordé, rompu le barrage de retenue et détruit la route.

Cela a été rapporté par le ministre des Relations intérieures, de la Justice et de la Paix, A/J Remigio Ceballos Ichaso via son compte Twitter @CeballosIchaso1.

« Nous avançons vers une nouvelle phase au-delà de l’urgence. Exécution d’un dragage constant à partir du tuyau d’alligator. Le travail continue sur les fleuves : Chama et Zulia, accompagnés de l’articulation et de l’accompagnement social du Peuple, pour le sauvetage du Sud du Lac, pour la Vie et la Paix !

Dans un autre tweet, il a indiqué que « ce travail est réalisé avec les forces et les moyens constructifs des ministères des Travaux publics et des Transports, ainsi que le corps du génie des FANB (Forces armées nationales bolivariennes) et des entreprises privées ».

La vidéo qui accompagne le tiut du ministre précise que dans cette phase la Task Force pour le sauvetage du Sud du Lac, canalise les eaux qui avaient provoqué le débordement de la rivière Zulia, pour les canaliser vers la rivière Birimbay pour garantir le bien- être de ces communautés. .

Pour le transfert de la machine, Ceballos a précisé qu’il avait déjà quitté la brigade du génie du contre-amiral José Prudencio Padilla, à Puerto Cabello, État de Carabobo, en direction d’El Gallinazo, municipalité de Catatumbo, État de Zulia.

Travaux d’urgence au Sud du Lac

Mayte Canovas, journaliste et productrice agricole, a informé Últimas Noticias par téléphone qu’« il y a 10 jours, le vice-ministre de l’Agriculture et des Terres est arrivé au sud du lac José Gregorio Aguilera, sur les instructions du président Nicolás et du ministre Castro Soteldo ; qui a rencontré les agro-producteurs et vérifié la gravité du « trou » au Km 43, commune de Catatumbo. »

Comme plan immédiat – ajoute Canovas, le vice-ministre Aguilera s’est concentré sur la gestion du soutien aux producteurs et aux institutions. Ainsi, ils ont facilité l’utilisation d’une machine D-7 qui est arrivée aujourd’hui, mercredi 3, au km 43, pour déplacer la terre et construire une médiane entre la route noire et la rivière.

Selon les mots du vice-ministre Aguilera, dans un audio partagé avec l’équipe d’agro-producteurs, il a informé qu’il y a des tubes donnés par PDVSA Casigua et Corpozulia ont contribué 19 conteneurs, qui seront installés avant le 15 août, pour détourner le flux de la rivière, couvrant la rupture. Tout ce travail devrait commencer cette semaine, dans des journées qui pourraient durer jusqu’à la nuit, pour accélérer les résultats avant qu’il ne pleuve.

Situation actuelle des personnes concernées

Actuellement, raconte Mayte Canovas, 150 000 hectares (ha) sont encore inondés, dans lesquels il y avait différentes cultures. Il n’y a pas de route agricole. Il est urgent de combler « le vide » laissé par la rupture du mur de soutènement du Kilomètre 43 de la route d’El Guayabo-Encontrados, commune de Catatumbo. La plupart des crêtes n’ont pas de grain, il n’y a que de la boue. Ils sont dans ces conditions depuis trois mois.

Canovas a mentionné que « chaque fois que la rivière Zulia grandit, l’impact est plus important parce que les sols sont saturés par les pluies ; la première inondation d’avril a touché 70 000 ha et l’extension est maintenant passée à 150 000 ha, car il a plu davantage. J’habite ici depuis 17 ans et pour me déplacer je le fais en bateau ».

Compte tenu de cette situation – ajoute Canovas – que des abris ont été mis en place à Caño Caimán, à Limones et à l’école Rull ; pour accueillir 34 familles.

Se référant aux secteurs encore sous l’eau, le journaliste Canovas a précisé que sur la rive droite se trouvent : Caimán, Florida, Orchila, Km 10 et Km 16, jusqu’à l’abattoir, entre Encontrados et Santa Bárbara del Zulia ; sur la rive gauche : Altamira, La India, Caño Limones, Caña Dulce, Pampanito et Backpacker

Ils créent un comité de femmes agro-productrices affectées

En raison de la contingence, explique Mayte Canovas, qui a pris l’initiative de former le comité des femmes agro-productrices touchées par les inondations, « il y a plus de 100 membres de tout le pays qui ont rejoint ce mouvement ; Cela nous motive à rétablir l’activité productive dans les zones du Venezuela qui ont été inondées, ce qui implique un arrêt de divers articles qui font vivre de nombreux ménages.

Il y a eu un recensement de 400 familles au sud du lac, qui attendent un soutien pour se réinsérer dans la culture de leur terre, elles aspirent à voir le bétail dans les cowgirls car c’est la source de revenus pour ceux qui travaillent dans le champ.

Vous pourriez également aimer...