Le Venezuela

De nouvelles manifestations contre Bitcoin et Bukele secouent le Salvador

Au Salvador, le rejet du gouvernement de Nayib Bukele grandit chaque jour. Dans une nouvelle journée de protestations, des milliers de citoyens ont manifesté ce mercredi pour exiger que le président respecte la séparation des pouvoirs et en rejet de l’instauration du bitcoin comme monnaie légale, selon l’agence EFE.

Les manifestations surviennent alors que le pays fête un an de plus de son indépendance, après avoir été interpellé sur les réseaux sociaux pendant plusieurs jours. Les manifestants se sont rassemblés à trois endroits différents pour converger sur la place Francisco Morazán, dans le centre historique de San Salvador.

La journée, qui s’était déroulée dans le calme, s’est terminée par un incident déroutant au cours duquel un guichet automatique qui servait à fonctionner avec le porte-monnaie électronique « Chivo », lancé par le gouvernement la semaine dernière, a été incendié dans le centre historique. bitcoins.

Médecins, juges, militants des droits humains, anciens combattants, étudiants, féministes et opposants à l’exécutif Bukele ont également rejeté les décisions de l’Assemblée législative, à large majorité pro-gouvernementale, et de la Cour suprême de justice (CSJ).

Ils ont également protesté contre la décision de doubler les effectifs militaires et une réforme constitutionnelle qui, selon les analystes, ouvre la porte à l’existence d’un parti officiel unique.

Ils dénoncent l’autoritarisme

« Nous sortons dans la rue parce que nous sommes dans un état accéléré d’autoritarisme, dans un état accéléré de dictature », a déclaré à l’AFP le juge Esli Carrillo, 48 ans, qui participait à une marche des administrateurs de la justice.

Les juges, qui ont comparu en costume-cravate, rejettent une loi que le Congrès, dominé par les alliés de Bukele, a adoptée le 31 août pour révoquer les juges de 60 ans ou 30 ans de service, laissant le pouvoir judiciaire sans un tiers de ses magistrats.

« Que 259 juges partent n’est pas la chose sérieuse, la chose sérieuse est l’impact sur l’indépendance judiciaire que fait le président. Il y a quelque chose de plus grave, qui est la perte totale de l’État de droit qui nous a tant coûté », a commenté le juge Luciano Lovato, 55 ans et 23 de service.

Le président, très populaire dans les sondages et le magazine Time classé parmi les 100 célébrités les plus influentes, a vu la première manifestation contre lui le 15 septembre, qui a attiré des milliers de personnes.

« Le moment est venu où nous sommes tous intéressés à défendre la démocratie, la République, la séparation des pouvoirs », a déclaré à la presse le juge et ancien juge de la Cour suprême Sidney Blanco.

Rejet de la réélection présidentielle

Les traditionnels défilés de groupes musicaux ont été déplacés ce mercredi par la manifestation, au cours de laquelle les participants se sont parés de drapeaux de pays, de chemises avec des messages contre Bitcoin et contre la « dictature ».

« Non à la réélection présidentielle, non au bitcoin, non à la militarisation, non à la dictature ! » et « sans indépendance judiciaire, il n’y a pas de garanties pour la défense des droits de l’homme », étaient les messages sur certaines des banderoles portées par les manifestants.

On pouvait aussi lire : « Maman, je suis allé défendre ma patrie. Si je ne reviens pas, je suis allé avec elle »et« Assez d’abus contre la presse ».

Les secteurs qui ont protesté ont critiqué le président Bukele – principalement sur les réseaux sociaux – pour avoir prétendument sapé la séparation des organes de l’État, attaqué la transparence dans la gestion des ressources de l’État et attaqué la presse, entre autres plaintes.

Les roquettes, la fumée colorée et la musique des tambours ont mis la couleur dans la manifestation, qui a eu une large participation de femmes et était pacifique.

Les magistrats qui se sont prononcés en faveur du renouvellement consécutif du président, s’il le souhaite, ont été nommés par le Congrès au pouvoir le 1er mai, après avoir démis de leurs fonctions les juges précédents.

Vous pourriez également aimer...