Défendue par Bolsonaro, la Copa America a apporté une nouvelle souche de coronavirus

São Paulo – La Copa América disputée au Brésil, qui s’est terminée ce samedi (10) et défendue par le président Jair Bolsonaro, a apporté au pays au moins une nouvelle souche du coronavirus pour le pays. Selon les informations des journaux Folha de São Paulo et État de São Paulo, l’Institut Adolfo Lutz a identifié deux cas de variante B.1 621 parmi 12 examens effectués.

Les variantes ont été identifiées dans le Mato Grosso, avec le résultat publié samedi. Parmi les 12 séquençages génétiques d’échantillons pour identifier les souches, 10 ont identifié le variant gamma, trouvé pour la première fois dans l’état d’Amazonas.

Les tests positifs provenaient d’un Colombien et d’un Équatorien. La Colombie et l’Équateur se sont affrontés à l’Arena Pantanal, à Cuiabá, en ouverture du tournoi, le 13 juin. Dans le dernier bilan publié par la Conmebol, le 24 juin, 166 personnes liées à la Copa América avaient le virus. Les états avaient envoyé du matériel à l’institut pour faire la séquence des échantillons prélevés auprès des joueurs, des commissions et des délégations.

Encore peu étudiée, la variante trouvée à Cuiabá est classée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme un avertissement pour une surveillance plus poussée. Elle est originaire de Colombie, mais est déjà arrivée dans les Caraïbes, aux États-Unis et dans certains endroits en Europe.

cas de tournoi

Avec la fin de la Copa América, après le titre argentin, le tournoi a laissé un héritage de 179 cas positifs de covid-19 parmi les participants. Parmi ceux-ci, un séquençage génétique a été réalisé dans 38. Pour 22, le processus est déjà terminé et le résultat a été une variante gamma.

Confirmée au Brésil 13 jours avant ses débuts, la Copa América a été amenée au Brésil par Jair Bolsonaro. À l’époque, le pays enregistrait une moyenne mobile de décès par covid-19 de près de 1 900 personnes/jour et avait enregistré 209 000 décès au cours des trois seuls mois précédents. Avec le rejet, quatre sponsors ont choisi de ne pas exposer leurs marques.

au journal Le globe, l’épidémiologiste Pedro Hallal, de l’Université fédérale de Pelotas (UFPel), a déclaré qu’en une période aussi courte, de 29 jours, le taux d’infection est extrêmement élevé. « Si on surveillait la population générale sur cette même période, elle serait bien plus faible », a-t-il déclaré.

Dimanche soir dernier (11), le ministère de la Santé s’est manifesté via Twitter. Il a qualifié la Copa América au Brésil de « succès » et a, à tort, associé la baisse du nombre de cas de covid-19 dans le pays à la tenue du tournoi.

★★★★★