Le Brésil

défis et opportunités – Jornal da USP

HPendant des millénaires, l’humanité a prélevé les ressources de la mer à son profit, comme le sel de table et le poisson, consommés quotidiennement dans le monde entier. Mais saviez-vous que l’un des médicaments pour le traitement contre le VIH, Retrovir®, a été développé à partir d’une substance isolée de l’éponge des Caraïbes Cryptotethya crypta ou encore que le sang du limule (limulus polyphème) est utilisé depuis des décennies pour détecter les contaminants environnementaux? Ce sont quelques exemples d’utilisations du domaine de connaissances récent appelé Blue Biotechnology ou Marine Biotechnology, qui implique l’application de la science et de la technologie aux organismes marins pour la production de connaissances, de biens et de services pour la société.

Les résultats de ces applications impliquent la transformation de molécules ou de biomasse obtenues à partir de micro-organismes, d’algues, d’invertébrés et de vertébrés, en nutraceutiques (alimentaires), pharmaceutiques, cosmétiques, entre autres. Quelques exemples sont des substances pour la production de médicaments, l’extraction de collagène à partir d’éponges, la lutte antiparasitaire, les algues ayant des fonctions nutritionnelles et bien plus encore ! De plus, les services écosystémiques offerts par la biodiversité marine jouent un rôle important dans la restauration et la conservation du milieu marin. Par conséquent, il existe de multiples possibilités d’entreprendre et d’innover en utilisant les ressources génétiques marines.

Et ceux-ci sont variés, car les organismes marins vivent dans des conditions environnementales très différentes des organismes terrestres, telles que la haute pression et la faible luminosité dans la plupart des mers, ce qui leur confère un métabolisme particulier. Sur les 31 phylums animaux connus, près de la moitié sont exclusivement marins, mais nous ne connaissons actuellement qu’environ 10 % des espèces marines dans le monde, compte tenu des estimations présentées par Mora et ses collaborateurs en 2011, dans l’étude intitulée Combien y a-t-il d’espèces sur terre et dans l’océan ?. Au Brésil, il n’y a pas de données concrètes sur la taille de la biodiversité marine, mais on s’attend à un haut degré d’endémisme, étant donné la diversité des habitats et l’extension et les particularités de notre côte.

Dans ce contexte, il est essentiel d’investir dans la connaissance de la biodiversité marine, et au cours des dernières décennies plusieurs programmes ont été lancés dans le but de l’inventaire dans le monde, comme le Recensement de la vie marine, et au niveau national, comme le Programme pour la Évaluation du potentiel durable des ressources vivantes dans la zone économique exclusive (Revizee), le Programme national de diversité biologique (Pronabio) et le Système national de recherche sur la biodiversité (Sisbiota), et à l’échelle de l’État, comme le programme Biota Fapesp. Cet effort a mis à la lumière de nos connaissances des centaines d’espèces des groupes les plus divers, des bactéries aux poissons, mais a également révélé d’importantes lacunes dans ces connaissances.

Parmi ces lacunes, il y a les opportunités d’entreprendre avec les ressources génétiques marines, qui vont de choses aussi simples que la diffusion des connaissances existantes au processus complexe de développement de bioproduits en tant que médicament à utiliser dans le traitement du cancer. Dans ce contexte, Erwin et al en 2010, selon l’article La valeur pharmaceutique de la biodiversité marine pour la découverte de médicaments anticancéreux, a proposé une estimation monétaire de la valeur pharmaceutique de la biodiversité marine à partir du potentiel de découverte de médicaments pour traiter le cancer. En réfléchissant à certains scénarios, les auteurs ont révélé qu’il pourrait y avoir jusqu’à 600 000 produits chimiques dans les organismes marins avec cette fonction, tandis que plus de 90 % attendraient leur découverte. Cette diversité chimique, provenant d’embranchements d’animaux et de micro-organismes tels que les bactéries et les champignons, pourrait conduire au développement de plus de 200 nouveaux médicaments anticancéreux, ce qui pourrait représenter une valeur comprise entre 563 milliards de dollars et 5 69 000 milliards de dollars.

Le modèle utilisé par les auteurs supposait, sur la base des informations existantes, que les découvertes en attente suivraient les tendances observées pour les molécules précédemment découvertes et les médicaments précédemment développés. Ainsi, il faut également considérer le biais d’échantillonnage, qui affecte sans doute ce résultat, puisque les mers des régions tempérées ont été systématiquement étudiées, représentant la source d’environ 62% des bioproduits marins. Les régions tropicales, en revanche, ont été historiquement peu étudiées. Il est à noter qu’au moment de la publication de ce travail, il n’y avait que 2 médicaments à base de produits naturels marins approuvés pour une utilisation clinique contre le cancer. Mais au cours de la dernière décennie, ce nombre est passé à 12, ce qui dépasse de loin les prévisions initiales. Au Brésil, malheureusement, nous n’avons que deux médicaments à base de produits naturels approuvés pour un usage clinique, Acheflan comme anti-inflammatoire et Heleva pour la dysfonction érectile.

Deux piliers centraux qui doivent être intégrés pour évaluer le succès des initiatives d’entrepreneuriat en milieu marin n’ont pas été pris en compte dans cette étude. Ils incluent la stimulation des chaînes de production avec l’implication des communautés locales, intégrant ainsi les gains économiques et sociaux, et la promotion de la durabilité, en minimisant les impacts environnementaux de cette activité, éléments en ligne avec les objectifs de la Décennie de l’Océan.

Certaines initiatives brésiliennes gagnent en importance, telles que la culture d’algues pour l’industrie alimentaire et cosmétique dans le nord-est, montrant qu’il est possible de créer une entreprise écologiquement et socialement durable dans l’environnement marin. C’est l’exemple du projet « Mulheres de Corpo e Alga », développé dans la communauté de Barrinha, à Icapuí, Ceará, qui met en pratique la culture durable des algues au lieu de l’extractivisme prédateur. Il y a aussi la société Agar Brasileiro, qui développe la production d’algues de différents genres le long de la côte de cette région, comme Gracilaria, kappaphycus, l’hypnée et Gigartine. Par ailleurs, on peut citer le potentiel de production de microalgues d’origine marine pour la production de biodiesel par le Centre de Recherche de Petrobras (Cenpes).

A l’image de la forêt amazonienne et de sa très riche diversité, il y a beaucoup de potentiel biotechnologique à explorer dans la mer brésilienne. Par conséquent, il est nécessaire de favoriser le développement scientifique, ce qui nécessite d’identifier un problème ou une demande de la société, de planifier des stratégies pour recueillir des preuves qui appuient les conclusions sur le sujet et de rechercher des financements. Et cela a été un point critique au Brésil. Bien qu’il existe des programmes de financement destinés aux petits entrepreneurs au Brésil (Pipe, Pite, Centelha, etc.), une façon d’améliorer la biotechnologie marine ici est de réduire l’écart entre les universités et les industries. Le projet de production de biomasse de Hypnée pseudomusciforme pour l’industrie des biostimulants de croissance des plantes appliqués à l’agriculture est un exemple de recherche innovante dans une petite entreprise (Pipe) soutenue par Fapesp.

L’océan est une source de biodiversité qui peut apporter de nombreux avantages à l’humanité. Mais pour que ce potentiel se réalise, nous devons protéger cette biodiversité et étendre notre capacité à l’étudier et à l’utiliser de manière durable. Pour cela, nous avons besoin de politiques étatiques structurantes et pérennes visant à la conservation de la biodiversité marine et à la production de la science et de la technologie, qui favoriseront une transition effective vers cette nouvelle réalité, alignant l’océan et la société.

Vous pourriez également aimer...