Le Brésil

Des jeunes qui empruntent le chemin de l'art brésilien – Jornal da USP

LA 1ère exposition virtuelle d'art contemporain reste en ondes jusqu'au 10 janvier – Photomontage Journal de l'USP

Ce sont de jeunes artistes à la recherche de chemins qui mènent à découvrir les différences qui font briller l'art brésilien et à être admiré dans le monde entier, à être démocratiques avec l'idéalisme et l'humanité des couleurs de ses habitants et de ses paysages.

Alice Lara, Henrique Detomi, Jean Pierre Pierote, Alexandre Matos, Fernando Soares, Luiz Lira, Manassés Muniz et Ramon Santos surprennent par leur créativité et leurs connaissances. Ses œuvres dialoguent entre elles et avec ceux qui apprécient et suivent l'art brésilien dans ce 1ère exposition virtuelle d'art contemporain.

La navigation sur le site Web de Mostra mène à une expérience qui va au-delà d'une visite en ligne. Le projet du conservateur Jairo Goldenberg ne se limite pas aux œuvres décrites dans les audios: il ouvre un espace aux artistes pour raconter leurs histoires, la façon dont ils reflètent et peignent le monde, discutent des thèmes et des options esthétiques de leurs œuvres. Ces conversations ont été enregistrées sur des vidéos et ont eu la participation des co-commissaires Antonio Carlos Suster Abdalla et Vítor Mizael.

Le site de l'exposition annonce également des vies futures sur différents thèmes – Photo: Reproduction / Exposition contemporaine

Le conservateur Goldenberg souligne l'importance de valoriser les nouveaux noms de la scène artistique. «Pour cette raison, nous avons sélectionné des artistes avec une carrière en cours de consolidation et des œuvres en rapport avec la formation d'un nouveau public, non habitué aux espaces conventionnels de présentation de l'art. L'intention est d'encourager l'activité culturelle dans le pays, tant en termes de production que de diffusion. »

LA 1ère exposition virtuelle d'art contemporain il est réalisé par le Ministère du Tourisme et le Secrétariat Spécial de la Culture par le biais de la loi fédérale d'incitation à la culture, parrainé par Athié Wohnrath.

«L'œuvre elle-même en révèle beaucoup sur son créateur. Cependant, la voix de l'artiste annonce un nouvel horizon et révèle la main humaine existante sous l'œuvre.

Le spectacle cherche à rapprocher le spectateur, mettant en évidence les pensées et les réflexions des artistes dans des vidéos de 30 minutes. Une ressource intéressante pour offrir une lecture moins technique et plus humaine des 80 œuvres présentées. Les co-commissaires Aballa et Mizael se sont séparés pour guider à la fois le travail des artistes et le regard du public. Chacun d'eux a accompagné quatre artistes.

«Dans les vidéos, les artistes sont présentés par paires, réunis non pas par des affinités conceptuelles ou plastiques, mais précisément par la différence et la possibilité de problèmes individuels provoquant des pensées et des réflexions chez les interlocuteurs», explique le co-commissaire Vitor Mizael, également artiste et maître en esthétique et Histoire de l'art par USP.

«Il y a des interstices de la création que l'œuvre d'art et les expositions dans lesquelles elle est présentée ne peuvent communiquer», soutient Mizael. «Le discours du créateur, certaines de ses pensées, désirs, procédures et vérités ne sont pas toujours présentés avec les œuvres. L'œuvre elle-même en révèle beaucoup sur son créateur. Cependant, la voix de l'artiste annonce un nouvel horizon et révèle la main humaine existante sous l'œuvre.

Alice Lara. Sac fille loutre et chaton. Séries Ordres au paradis, 2019. Acrylique et huile sur toile, 100 × 100 cm

Alice Lara est étudiante à la maîtrise en poétique visuelle à la School of Communications and Arts (ECA) de l'USP. «Je suis né dans le district fédéral, j'ai vécu dans la ville satellite de Taguatinga et j'ai toujours vécu dans une ferme. J'ai eu une expérience différente de celle de ceux qui vivent à São Paulo. Je suis diplômé en arts visuels à l'Université de Brasilia (UnB), j'ai eu des contacts avec des gens incroyables et depuis, j'ai commencé à peindre.

Lara étudie la représentation des animaux et leurs relations avec les humains. Ses peintures suggèrent un retour à l'enfance, où la nature est toujours présente parmi les couleurs, les fantasmes et les animaux. Éléphant, jaguar, vautours et tout à coup la mère et le garçon.

Henrique Detomi. Sans titre, 2019. Huile sur toile, 65 x 45 cm

Dans la vidéo, elle dialogue avec l'artiste du Minas Gerais Henrique Detomi, qui étudie également pour une maîtrise en poétique visuelle à l'ECA. Son travail recherche également la nature à travers la peinture, la gravure, la photographie. Pensez au paysage en constante évolution.

Voici la vidéo des artistes Alice Lara et Henrique Detomi:

Mizael guide également le duo Jean Pierre Pierote et Alexandre Matos.

Jean Pierre Pierote. Sans titre, 2020. Photo numérique imprimée sur tissu polyester, 100 x 150 cm

Baiano de Rio das Contas, Pierote vit et travaille à São Vicente, sur la côte de São Paulo. Il est titulaire d'un doctorat et d'une maîtrise en anthropologie sociale de l'Université fédérale de Goiás (UFG). En tant qu'artiste, il recherche et explore les relations entre les pierres, les plantes, la terre, l'eau et l'environnement. L'arrière-pays brésilien est l'un des thèmes de son art.

Alexandre Matos. pont (Diptyque), 2018. Graphite sur papier, 84 x 77 cm (chacun)

Alexandre Matos est né à São Caetano do Sul (SP). Mais il vit et travaille à Lisbonne, au Portugal. Ses dessins surprennent par leur poétique. Les maisons avec leurs graphismes quittent le papier pour se transformer en sculptures en bois, mais avec la même légèreté. Il maîtrise la technique, crée et recrée avec subtilité et liberté.

«Dans une période d'exception et de détachement comme celle actuelle, ces jeunes se montrent à l'écoute des formes d'expression recherchées avec sérieux, étude et dévouement constant.

Le co-entraîneur Antonio Carlos Suster Abdalla s'est produit avec Fernando Soares et Luiz Lira et le duo Manassés Muniz et Ramon Santos. «Il y a quatre artistes jeunes et prometteurs», observe-t-il. «Dans une période d'exception et de détachement comme celle actuelle, ces jeunes se montrent à l'écoute des formes d'expression recherchées avec sérieux, étude et dévouement constant. Ils sont sur la bonne voie et les résultats sont inhabituels et précieux. »

Fernando Soares. Séries Obliger, 2020. Latex sur châssis en bois, 60 x 50 cm

Fernando Soares est originaire de São Paulo. Son art a, comme le rapporte la série, Obliger et défie l'œil. «C'est le plus audacieux, avec des œuvres qui révèlent l'influence de Lúcio Fontana et la texture tridimensionnelle de matériaux comme le caoutchouc et la fibre synthétique, se rapprochant de l'aspect Nouvelle Tapisserie», commente Abdalla. "Ses recherches commencent par les propriétés et l'ambiguïté des matériaux et des facteurs tels que l'action / réaction entre eux."

Luiz Lira. Séries Danse des corps, 2020. Gravure sur bois, 50 x 50 cm

Luiz Lira est originaire de São Paulo. Il travaille dans les arts avec le dessin, l'animation, la capoeira, l'argile et la gravure sur bois. Il est diplômé en infographie à l'Institut de la télévision et des nouveaux médias. Actuellement, il étudie les arts visuels à l'Université d'État de Campinas (Unicamp). «Luiz Lira se présente avec une vision plus sociale et dramatique, centrant son thème sur la figure humaine, avec quelques portraits imaginaires et réels, tous d'une grande force expressive», observe Abdalla.

Comme Lira, l'Alagoas Manassés Muniz travaille également avec la gravure sur bois. Il étudie les arts visuels à l'Université fédérale du Minas Gerais (UFMG).

Manassés Muniz. Sans titre, 2020. Plume et encre sur papier, 40 x 60 cm

«Ses créations sont d'un effet formidable et dévastateur. Des personnages formidables, travaillés avec soin et perfectionnisme, abordent l'art roman et fantastique, avec des êtres fantastiques et irréels, des incubes et des succubes, des griffons, des utopies et des gargouilles, tous des êtres monstrueux créés par l'imagination pour chasser les démons internes, les expulsant de la vie vie quotidienne et les garder à distance », analyse Abdalla.

Ramon Santos. Séries Ombres botaniques, 2019. Gravure sur bois, 88 x 60 cm

Manassés est dans la vidéo avec Ramon Santos, de São Paulo, qui a rencontré la gravure sur bois à l'âge de 8 ans à l'Instituto Acaia, une organisation sociale à but non lucratif. Il a 21 ans, le plus jeune du groupe. Sa gravure se distingue par l'aspect lyrique des fleurs dans de petits vases. Présente la série Ombres botaniques, un poème qui vénère la beauté des choses simples du quotidien, qui combinent la nature sous l'ombre et la lumière.

LA 1ère exposition virtuelle d'art contemporain reste visible jusqu'au 10 janvier 2021 sur le site de l'événement.

.

.

Vous pourriez également aimer...