Le Brésil

Des sons de toutes les mers naviguent et accostent sur la guitare Fred Martins

São Paulo – Fred Martins, qui part ce week-end pour le Portugal, où il vit, après deux mois intenses ici, a passé quatre ans sans venir au Brésil. Il a eu des moments troubles, tant dans le match qu’au retour. Un pays convulsé, à partir de sa ville natale, Rio de Janeiro – il est né à Niterói. Sa génération, dit-il, a suivi ce qu’il appelle le processus de décadence de l’État : « Ce qui s’est passé au Brésil, je pense, a germé à Rio ».

Depuis la fenêtrecomme, leur premier album, de 2001, jusqu’à À l’étranger, le septième, qu’il n’a pu lancer que maintenant en raison de la pandémie, Fred Martins navigue dans l’océan de la musique brésilienne – Bossa Nova, principalement -, mais en arrivant dans des terres sonores différentes. Des découvertes faites en 11 ans vivant à l’étranger. Ou, lors de ce voyage, la prise de conscience que tout est ici, dans l’ADN brésilien.

Voix et guitare

« Dans le domaine de la musique, j’évoluais dans de nombreux domaines. Dans la musique qui est faite au Brésil, vous pouvez la récupérer ici et là. Mais cette sortie n’est pas du tout prévue », se souvient Fred, qui s’est rendu en 2010 à un festival en Galice – ou Galicia. Et il y est resté depuis, d’abord en Espagne puis au Portugal. Ce qui a inévitablement attiré l’artiste vers la musique, c’est la combinaison de la voix et de la guitare, personnifiée, entre autres, par João Gilberto. Et à ce moment Fred se souvient je viens de Bahia (« Mais un jour j’y retournerai »).

Fred a quitté le Brésil il y a 12 ans, à l’âge de 40 ans. Même alors, il avait un sentiment pessimiste quant à ce qui se passerait à Rio et dans le pays dans quelques années. « Le militarisme, ce culte de la violence comme seule voie. Avec des institutions impliquées, une expérimentation, une manière d’être, qui a répandu dans tout le Brésil, cette naturalisation de la violence. Ou encore la différence de traitement par l’État à l’égard des pauvres, qui se traduit par des actions violentes, au quotidien, dans les communautés. « Une rivière qui se perdait », déplore-t-il. Pour compléter, des secteurs religieux qui ont adopté des positions fondamentalistes. « Ces gars-là ont aidé à mettre ces méchants au pouvoir. J’ai beaucoup sorti pour ça aussi.

samba et pleure

Mais c’est aussi de là, de la colline et des communautés, de la culture noire, matrice de la musique brésilienne, qu’ont formé ses langages. Et à partir de cette base de bossa nova, mais avec n’importe quel genre, brésilien ou non, Fred a façonné ses compositions. Il n’aime pas tellement les premiers albums, « plus orientés vers une certaine vague pop ». Il voulait enregistrer de la samba, mais on lui a conseillé de changer de plage, car il était blanc. « Le monde de la samba et du choro m’a toujours beaucoup impressionné. » Maintenant, soit dit en passant, il prépare un album en partenariat avec le percussionniste carioca Marcos Suzano, une attente forcée par la pandémie et reprise maintenant. Un disque de samba, principalement. Huit des 15 titres, plus un march-rancho et un congo. « Un disque très carioca », définit Fred, qui terminera les enregistrements à Lisbonne.

Fred Martins : bossa, samba, choro et tous les rythmes du monde au Brésil
(Photo : Reproduction Facebook)

Dans À l’étrangerla samba est présente avec La fille du porte-drapeau, le sien et celui d’Alexandre Lemos. La chanson est aussi la leur Encore, de 1998, célèbre dans la voix de Ney Matogrosso. Le disque a toujours le poignant vieux poème (Fred et Manoel Gomes) et lumière Colibri (avec Marcelo Diniz, son partenaire le plus constant), composé précisément pour célébrer un Brésil plus heureux. Ce qu’il savait, peut-être.

règle et compas

Produit par le lauréat Hector Castillo, À l’étranger a un répertoire rythmique varié, un voyage musical, comme son nom l’indique. Sons de divers endroits, mais essentiellement brésiliens. Ce qui expose la propre recherche de Fred pour des sons qui étaient en quelque sorte déjà en lui. « Nous avons une école de musique de très haut niveau. J’étais déjà libre pour que ma maison musicale s’épanouisse. Ma règle et mon compas. Il donne un exemple qui s’est produit peu de temps après son départ du Brésil, lorsqu’il a entendu un groupe de Palestiniens jouer en Espagne. « Soudain, ce rythme m’a rappelé la musique du nord-est. Quand je suis parti (du pays), j’ai reconnu ces cultures que nous avons ici. Notre oreille a le gène de ces cultures. Je pense que c’est naturellement devenu plus clair. Notre base est mixte.

Quiconque souhaite plonger dans l’univers sonore de Fred Martins peut embarquer, par exemple, dans La nuit de la Saint Jeanà partir du CD Au-delà du mur de mon jardin, vers d’Alberto Caeiro, l’un des hétéronymes de Fernando Pessoa. Ou La vie passe vite, inspiré d’un partenariat avec Marcelo Diniz, enregistré par son ami Renato Braz. C’est aussi du doublé à la piste Fleurs, que Zélia Duncan a enregistré en 2001. Héritier d’une école de chant populaire, Fred a tout mis dans ses bagages et est parti naviguer. Sans sortir d’ici. Mais un jour, il reviendra ici.

(Écoutez l’interview de Fred Martins pour l’émission Colibri en quarantaineen 2020.)

Vous pourriez également aimer...