Le Venezuela

Deux grenades antichar saisies à une organisation criminelle

La Garde nationale bolivarienne a saisi deux grenades antichar M60 qui étaient en possession du groupe criminel El Cagón, basé à Trujillo, selon des données obtenues de sources militaires.

La procédure a été menée par des membres du Commandement national de lutte contre l’extorsion et les enlèvements (Conas) dans le secteur de La Mora, municipalité d’Andrés Bello (Santa Isabel), Trujillo. En principe, les fonctionnaires ont eu une confrontation avec des membres du groupe criminel, qui ont fui dans une zone boisée.

Et c’est là que les militaires sont entrés dans un ranch de fortune où ils ont localisé les deux grenades à fusil antichar M60. Ce matériau cause trois fois les dégâts générés par une grenade fragmentaire, a expliqué un expert.

Sur les lieux de l’événement, ils ont également localisé deux fusils de chasse de calibre 12, sans marques visibles ni numéros de série, deux chargeurs FAL, quatre cartouches de calibre 12, deux lunettes de visée, deux téléphones portables et une moto Bera, modèle 150, sans un plaque d’immatriculation.

Autres matériels de guerre

La semaine dernière, des soldats attachés au détachement 239 du GNB se sont affrontés avec des individus appartenant au gang El Cagón. Cette escarmouche a également eu lieu dans la commune d’Andrés Bello, mais dans le secteur d’El Jaguito, où une grenade fragmentaire, 122 cartouches de 7,62 x 51 mm (FAL), vingt-huit cartouches de calibre 7,62 x 39 mm (AK-103), soixante-seize Cartouches de 5,56 mm (AR-15), treize cartouches de calibre 38 mm, trois radios portables, marque Baofeng et une moto, marque MD, plaque AF6B22V.

Au cours de cette procédure, les militaires ont sauvé Antonio Araujo et Inés Yelenni Araujo Rondón, qui étaient en captivité depuis le 25 janvier dernier.

Cartouches Du matériel de guerre a également été saisi à Zulia, notamment lors d’une procédure menée par le GNB dans le secteur de Santa Clara, municipalité de Cabimas. Là, les militaires ont détenu Junior José Leal Díaz, dont ils ont détenu un fac-similé d’une arme à feu et cinq cartouches de 7,62 x 39 mm, qui s’insèrent dans des fusils, selon le rapport.

Les autorités présument que cette arme vient de Colombie, un pays où se sont installés des membres de gangs criminels fondés à Zulia et Trujillo. En ce qui concerne les munitions, les agences de sécurité enquêtent sur les liens de ces gangs avec des membres des Forces armées nationales bolivariennes.

Vous pourriez également aimer...