La Colombie

Directeur de l’organisation Tokyo 2020

Les responsables des Jeux Olympiques de Tokyo, programmés cette année après avoir été reportés en 2020 en raison de la pandémie, sont « inflexibles » sur ce qui devrait se tenir à ces nouvelles dates, a déclaré à l’AFP le directeur général du comité d’organisation, Toshiro Muto. .

Le responsable n’a toutefois pas exclu que les Jeux (23 juillet-8 août) puissent se jouer sans spectateurs, alors que le coronavirus frappe encore le monde entier, y compris le Japon.

« Le différend des Jeux est notre point inflexible et, à partir de cette base, nous ne parlons de rien d’autre », a déclaré Muto dans cette interview, c’est pourquoi l’éventualité d’une annulation « n’est pas discutée ».

Six mois après la cérémonie d’ouverture, le spectre de l’annulation a de nouveau hanté les Jeux de Tokyo ces dernières semaines.

Face à des cas records de coronavirus, l’état d’urgence a été rétabli ce mois-ci dans une grande partie du Japon, y compris Tokyo et sa périphérie, comme au printemps boréal 2020.

Craignant que l’événement n’aggrave la situation, plus de 80% des Japonais s’opposent au différend des Jeux cette année, préférant un nouveau report ou annulation, selon un récent sondage.

Mercredi, le maire d’Osaka, Ichiro Matsui, s’est prononcé pour un nouveau report des Jeux, cette fois à 2024, puisqu’il sera « impossible » de terminer la campagne de vaccination au Japon avant les Jeux de 2021.

Le Japon « devrait négocier avec le CIO (Comité International Olympique) », a-t-il déclaré aux journalistes.

Situation « très grave »

Taro Kono, un ministre clé du gouvernement japonais, maintenant dans le portefeuille de la réforme administrative et réglementaire du gouvernement japonais et ancien chef de la Défense et des relations étrangères, a reconnu la semaine dernière que rien ne devait être exclu concernant les Jeux.

De son côté, l’ancien vice-président du comité d’organisation des Jeux de Londres de 2012, Keith Mills, a déclaré mercredi à la BBC qu’il est « peu probable » que les Jeux de Tokyo puissent avoir lieu cette année.

« Evidemment, les conditions à imposer seront très importantes », a concédé le directeur général de Tokyo-2020, « et il est évident que nous avons besoin de la compréhension et du soutien de la population. Nous voulons préparer les Jeux sur la base de ces principes. »

« La situation sanitaire au Japon et dans le monde est très grave, et il est normal que de nombreuses personnes soient nerveuses », a ajouté Muto.

Cependant, le directeur du comité d’organisation estime que si les campagnes de vaccination progressent et que le nombre d’infections diminue, l’opinion publique changera de point de vue.

Au Japon, les injections pourraient commencer avant fin février mais ne devraient pas être étendues à l’ensemble de la population avant mai, selon différents médias locaux.

Muto a répété que les organisateurs japonais et les officiels du CIO « n’avaient pas discuté de la possibilité » de rendre obligatoire la vaccination des athlètes et des spectateurs aux Jeux.

L’émotion « ne changera pas »

De nombreuses questions restent cependant en suspens, alors que les frontières japonaises sont actuellement fermées aux visiteurs étrangers, et que les grands événements sont limités à 50% de leur capacité, avec une limite de 5000 personnes maximum.

Une décision sur le nombre de spectateurs autorisés pour les Jeux sera prise dans les mois à venir.

« Il n’est pas souhaitable qu’il n’y ait pas de fans » dans les tribunes, a insisté Muto, incapable pour l’instant de garantir la présence de spectateurs, notamment étrangers: « Je ne peux pas faire de pronostics ».

Le comité d’organisation de Tokyo 2020 a annoncé en décembre une batterie de mesures pour faire face au coronavirus, pour permettre à l’événement de se dérouler en toute sécurité cette année, même si le vaccin n’est pas généralisé et si la pandémie n’est pas maîtrisée jusque-là.

L’application de ces mesures est « le plus grand défi » pour les organisateurs, a estimé Muto.

Le leader a reconnu que certaines de ces règles, comme l’interdiction pour les fans de crier, donneront aux Jeux de Tokyo une atmosphère sans précédent.

« L’émotion que les téléspectateurs ressentiront en regardant l’action ne changera pas », a déclaré Muto, de toute façon. « Tant qu’il y aura du sport, il y aura de l’excitation », a-t-il insisté.

Muto a reconnu qu’il est hautement improbable que la pandémie soit totalement maîtrisée dans un proche avenir, mais « c’est précisément pour cette raison que nous devons nous souvenir des valeurs olympiques », en particulier « la coexistence pacifique des hommes pour le sport ».

« Si nous organisons un événement de l’ampleur des Jeux Olympiques en pleine pandémie, alors le modèle de Tokyo fera partie de notre héritage », a-t-il conclu.

Vous pourriez également aimer...