Le Brésil

Discours politique : de la plateforme aux réseaux sociaux

Sur la photo, le président Jair Bolsonaro prononce un discours politique aux Nations Unies (ONU).  Image : Alan Santos/PR.
Sur la photo, le président Jair Bolsonaro prononce un discours politique aux Nations Unies (ONU). Image : Alan Santos/PR.

Droit, droit constitutionnel, liberté d’expression et discours politique. Quel est le point commun entre ces mots ?

La liberté d’expression est une garantie de la Constitution fédérale (art. 5, points IV, V et IX). Et dans une année électorale, c’est un sujet dont on parle beaucoup !

Alors, comment les politiciens interprètent-ils et utilisent-ils la liberté d’expression à leur avantage ? Découvrez-le dans ce texte de Politize! le concept de ce principe de base et sa relation avec les discours politiques.

Lire aussi : Discours de haine : qu’est-ce qui caractérise cette pratique et comment la combattre ?

Le début d’un discours (ou plutôt d’un texte)

Comment parler de Droit, de Droit Constitutionnel, de Liberté d’Expression et de Discours Politique en même temps ?

Pour ceux qui écrivent, il y a une règle de base : début, milieu et fin. Tu présente l’idée ou l’histoire, a généralement même un sujet spécifique pour cela, l’« Introduction » ou « Il était une fois » ; ensuite aller à les arguments et contre arguments qui mènent à l’objet de la présentation ou au point culminant de l’histoire ; et enfin, la conclusionou « La Fin (et ils vécurent, pas si longtemps, heureux pour toujours) ».

Le texte spécifique n’aura qu’un début et un milieu. Sans fin. Ceci parce que le concept de discours politique est flexible, varie dans le temps et dans l’espace; le titre lui-même suggère cette variation, de la plateforme aux réseaux sociaux.

Liberté d’expression

La Constitution fédérale de 1988, dans son corps, plus précisément à l’article 5, points IV, V et IX, nous donne une idée de ce qu’est la liberté d’expression.

De l’art. 5 Tous sont égaux devant la loi, sans distinction d’aucune sorte, garantissant aux Brésiliens et aux étrangers résidant dans le pays l’inviolabilité du droit à la vie, à la liberté, à l’égalité, à la sécurité et à la propriété, dans les termes suivants : (… ) IV – l’expression de pensée est libre et l’anonymat est interdit ; V – le droit de réponse est assuré, proportionnel au grief, outre l’indemnisation du préjudice matériel, moral ou d’image ; (…) IX – l’expression des activités intellectuelles, artistiques, scientifiques et de communication est libre, indépendamment de la censure ou de la licence ;

Néanmoins, bien avant la Constitution de 1988, le terme de liberté d’expression nous était déjà présenté. La Déclaration universelle des droits de l’homme, proclamée le 10 décembre 1948, à l’art. 19, exprime le concept, c’est-à-dire

Article 19

Tout être humain a droit à la liberté d’opinion et d’expression ; ce droit inclut la liberté d’avoir des opinions sans ingérence et de rechercher, recevoir et répandre des informations et des idées par tous les médias et sans considération de frontières.

Plus loin, nous avons le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, promulgué en 1966 et institutionnalisé au Brésil par le décret-loi nº 592/1992, étant dit, à l’art. 19, les termes suivants :

ARTICLE 19

1. Nul ne peut être harcelé pour ses opinions. 2. Toute personne a droit à la liberté d’expression ; ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute nature, sans considération de frontières, sous forme orale ou écrite, sous forme imprimée ou artistique, ou par tout autre moyen de son choix. 3. L’exercice du droit prévu au paragraphe 2 du présent article entraînera des devoirs et des responsabilités particuliers. Par conséquent, il peut être soumis à certaines restrictions, qui doivent toutefois être expressément prévues par la loi et qui sont nécessaires pour : a) assurer le respect des droits et de la réputation d’autrui ; b) protéger la sécurité nationale, l’ordre public, la santé ou la morale.

Dans ce dernier, en question, nous avons quelque chose de plus, la liberté d’expression n’est pas absolue, elle a une limite à respecter.

Enfin, la Convention américaine relative aux droits de l’homme, ou Pacte de San José da Costa Rica, rédigée en 1969, dont le Brésil est signataire, conformément au décret-loi n° 678/1992. Et pas très différent du dernier Pacte présenté, celui-ci apporte ce qui suit notion de liberté d’expression:

ARTICLE 13 – Liberté de pensée et d’expression

1. Toute personne a droit à la liberté de pensée et d’expression. Ce droit comprend la liberté de rechercher, de recevoir et de répandre des informations et des idées de toute nature, sans considération de frontières, oralement, par écrit, sous forme imprimée ou artistique, ou par tout autre procédé de son choix. L’exercice du droit prévu à l’article précédent ne peut être soumis à une censure préalable, mais à d’autres responsabilités, qui doivent être expressément établies par la loi comme nécessaires pour assurer : a) le respect des droits ou de la réputation d’autrui ; ou b) la protection de la sécurité nationale, de l’ordre public, de la santé publique ou de la morale. 3. Le droit d’expression ne peut être restreint par des moyens ou moyens indirects, tels que l’abus de contrôles officiels ou privés sur le papier journal, les fréquences radio ou les équipements et appareils utilisés pour la diffusion d’informations, ou par tout autre moyen destiné à entraver la communication. et la circulation des idées et des opinions. 4. La loi peut soumettre les représentations publiques à une censure préalable, dans le but exclusif d’en réglementer l’accès, pour la protection morale de l’enfance et de l’adolescence, sans préjudice des dispositions du point 2. 5. La loi doit interdire toute propagande en faveur de la guerre, ainsi que toute apologie de la haine nationale, raciale ou religieuse qui constitue une incitation à la discrimination, à l’hostilité, au crime ou à la violence.

Mais qu’est-ce que la liberté d’expression a à voir avec la parole et le discours politique ?

Tout à faire ! Principalement à cause des événements de ces dernières années. Depuis les élections de 2018 jusqu’à récemment, ces deux thèmes sont liés. Cependant, une fois la liberté d’expression présentée, il est logique de conceptualiser également discours et discours politique.

Voir aussi notre vidéo sur la liberté d’expression !

Combien de temps dure un discours politique ?

LA le premier discours, et le plus ancien, était « salut » ; considéré comme l’un des premiers mots jamais prononcés par l’humanité. Historiquement, ce n’est pas quelque chose que les professeurs d’histoire enseignent en classe, mais scientifiquement, ce détail a beaucoup de poids.

Dans une interview accordée à la BBC, Robert Foley, professeur et anthropologue à l’Université de Cambridge, affirme qu’il existe une théorie alternative exposant qui premiers mots prononcés, ce sont : « shh », « psst », « hi! », « wow », « thank you » ou « bye ». Et l’explication est simple :

Tous ces mots apparaissent dans toutes les langues. Ce qu’ils ont en commun, c’est qu’ils n’ont pas de syntaxe – qui est la règle d’organisation des mots pour créer des phrases bien formées dans une langue.

Vous souvenez-vous quand nous avons initialement parlé du début, du milieu et de la fin ?

Lorsque nous parlons de parole, nous devons garder une chose à l’esprit : le sens doit être réussi, mais en même temps il doit avoir un caractère provisoire. Comme ça? Lucio Jose Dutra Lord (2018, p. 286) explique

Il réussit parce que, pour être un discours, il exige sa consolidation comme quelque chose d’accepté et compris par la collectivité ou le groupe social. Mais elle est provisoire parce qu’elle n’est pas une vérité absolue, mais une construction interprétative qui se propose d’être représentative et explicative de quelque chose, et qui peut venir disputer l’espace et l’acceptation avec d’autres discours différents.

réaliser que, comme la liberté d’expression, la parole n’est pas absolue ; d’abord, parce qu’il y aura toujours de l’oppositionc’est-à-dire qu’il y aura un autre discours de sens opposé ; et deuxièmement, que les gens changent constamment, ce qui était vrai autrefois ne l’est plus le lendemain.par conséquent, le discours d’hier n’est pas le même que celui d’aujourd’hui.

théorie du discours

En approfondissant le sujet, nous avons le Théorie du discours qui ajoute que : discours, conceptualisé par la Théorie, englobe les phénomènes sociaux. En d’autres termes, « Donne moins de valeur au fait lui-même et se consacre à comprendre comment les significations des faits sont façonnées, comment les interprétations sont construites et donc la vision du monde des sujets »dit Lucio José (2018, p. 286).

Résumant tout cela en un mot : coutume (ou culture, ou histoire).

Par exemple, il est largement admis que le football est la passion de presque tous les Brésiliensc’est culturel, c’est historique, c’est une coutume, par conséquent, le discours tirera parti de ce détail et travaillera dessus. En revanche, pour cette partie qui n’aime pas le sport, le porte-parole de cette opinion contraire, profitera également de ce facteur et parlera de cette idée.

Michel Foucault rappelle que,

Le discours est historique parce que, pendant qu’il se produit, il utilise un contexte qui le précède et dans lequel son récit (ou sa vérité) prend sens, se faisant comprendre par ceux qui l’écoutent. En d’autres termes, le discours dépend d’éléments qui le précèdent et sans lesquels il n’existerait pas, car il serait dépourvu de sens.

Le football, pour être quelque chose de déjà existant, d’antérieur, est élément évaluatif du discours; ceux qui discutent du sujet ne le font que parce que la passion pour le sport existe.

Et où le discours politique entre-t-il là-dedans ? Dans le contexte historique. Et en se référant à nouveau à Lucio Jose (2018, p. 290), nous avons pourquoi

C’est que la langue est toujours liée à l’histoire et que ses significations en dépendent. Ainsi, les significations attribuées par le discours politique portent avec elles une historicité qui permet leur compréhension dans la société ou le groupe social.

Relation entre pouvoir et discours politique

Dans le discours politique, il y a un facteur qui le différencie de tout discours : le pouvoir.. le discours est contrôlé uniquement et exclusivement par le pouvoirpar ceux qui sont au pouvoir.

Il est à noter que le discours n’est pas absoluet cette impasse atteint le discours politique, rencontrer de la résistance dans une société démocratique (tout comme la société brésilienne, d’ailleurs).

Encore une fois, comme le souligne Lucio Jose (2018, p. 290),

Mais il y a un problème de pouvoir quand il s’agit d’une société qui se prétend démocratique. Dans une démocratie, l’acteur principal est la collectivité, et le gouvernement et ses pouvoirs sont des institutionnalisations du mode de vie social. Ainsi, il ne devrait pas y avoir d’acteurs institutionnels capables de définir quelque chose que la communauté ne pourrait pas remettre en cause.

Alors, avez-vous mieux compris le sujet ? Laissez votre commentaire ou suggestion !

Références:

Vous pourriez également aimer...