Le Brésil

Diversité et inclusion sur le marché du travail : des pistes possibles

Ce contenu est un partenariat Politize ! avec Youth Voices Brésil. Youth Voices Brazil est une initiative indépendante, composée de jeunes leaders de tout le pays, et soutenue par la communauté Y2Y et le bureau de la Banque mondiale au Brésil, dans le but d’éradiquer l’exclusion productive de la jeunesse brésilienne.

Il y a près de deux ans, depuis le début de la pandémie de COVID-19 qui a provoqué un chaos sanitaire mondial et des effets dévastateurs ; il y avait aussi de la place pour « repenser ». Repenser les modes de travail et leurs relations intrinsèques, repenser l’éducation dans notre pays, et tant d’autres biais importants dans la vie de l’être social.

Pour tant d’entreprises qui ont saisi l’opportunité de décoller dans cette période – ou de survivre – l’ouverture pour attirer les talents est devenue fondamentale. Ces talents plus divers, capables de dialoguer avec différentes couches sociales, ouvrent également un espace pour des agendas urgents dans le monde de l’entreprise, tels que la diversité des genres, la race/l’origine ethnique, l’orientation sexuelle, les personnes handicapées (PCD), les groupes mineurs dans les espaces de développement professionnel. Et la diversité envisage la pluralité des personnes et l’inclusion comme un moyen de valoriser et de respecter ces différences qui, lorsqu’elles sont correctement utilisées, tirent parti du potentiel de marché de toute organisation.

Bien que de nombreuses entreprises soient ouvertes et intéressées à accroître la diversité de leurs employés, il y a encore beaucoup à faire et à transformer dans ces espaces, pour qu’en plus de l’entrée, il y ait aussi une véritable inclusion, non seulement dans les postes de base mais également dans les postes de direction et de gestion.

Coupures statistiques sur la diversité des entreprises au Brésil aujourd’hui

Une enquête réalisée par l’IBGE et publiée sur le site Agência Brasil montre que le pourcentage de femmes salariées était de 54,5% ; chez les hommes, ce nombre passe à 73,7 % ; une différence significative de 19,2 % en tenant compte du fait que le nombre de personnes nées de sexe féminin est supérieur à celui des personnes nées de sexe masculin. Et cette disparité, selon le Forum économique mondial, mettra environ 257 ans à disparaître. Car l’inégalité entre les sexes est l’une des principales disparités du marché en matière d’employabilité et, par conséquent, une réduction de la diversité dans ces espaces.

Suite aux différences de genre, nous avons également les inégalités encore latentes liées à la race/l’ethnicité, où les données publiées par Nexo Public Policies montrent que les femmes noires et brunes ont le taux de chômage le plus élevé avec 18,2 % ; et les salaires les plus bas par rapport aux femmes blanches et aux hommes noirs et blancs. Ces données indiquent également d’autres problèmes graves et urgents tels que le racisme structurel et corporatif, nécessitant une discussion large et continue pour une prise de conscience collective.

Les personnes handicapées ont également un besoin urgent de cette ouverture du marché, car étant même en vigueur depuis 1991, la loi n° 8 213 – dite loi des quotas – qui oblige les entreprises de plus de 100 personnes à occuper de 2 à 5 % de leurs postes. occupés par des personnes handicapées, le nombre moyen d’emplois formels occupés par des personnes handicapées n’est que de 1 %. Ce qui contribue à ce pourcentage très faible, c’est le manque d’information et l’autonomisation auxquels ces personnes sont malheureusement soumises avec constance.

Quelques témoignages de jeunes sur l’entrée et l’évolution sur le marché du travail

Gabrielle Rodrigues, 24 ans et fondatrice d’EDUMI, s’est lancée sur le marché du travail à 19 ans pour acquérir de l’expérience et aussi par nécessité d’aider sa famille : « J’aurais aimé commencer plus tôt, mais je ne pouvais pas le faire sans aucune expérience. Dans mon premier emploi, j’ai été confronté à des défis que je n’aurais pas dû avoir, comme le harcèlement. Rappelles toi.

Actuellement, Gabrielle est ingénieure en données, et raconte comment son entrée dans l’enseignement supérieur a changé sa vie et, par conséquent, ses relations avec le marché du travail : «Dans l’enseignement supérieur, j’ai appris à communiquer et à créer de bonnes relations et un réseautage. Je ne serais pas qui je suis sans aller à l’université.

À propos de ses impressions sur la diversité sur le marché du travail, Gabrielle souligne l’importance d’avoir des opportunités sur le marché pour que les gens démontrent leurs talents et aptitudes. « Plusieurs problèmes sont structurels comme le racisme et le sexisme. Aujourd’hui, il y a beaucoup d’initiatives pour essayer d’améliorer la situation et je ne peux qu’espérer qu’elle continuera à le faire. Je veux me battre pour montrer que les noirs, les femmes, les PCDS, les LGBTQIA+ sont tout aussi compétents, ils ont juste besoin d’opportunités.

Le professeur Anthony Matos, 28 ans, est diplômé en Management Public à l’UFRJ. Sa première opportunité sur le marché du travail a eu lieu à 18 ans en tant que jeune apprenti, et avec ses souvenirs, il apporte avec lui un avertissement toujours très présent qui rend difficile l’entrée des jeunes sur le marché :

« Les principaux défis rencontrés sont liés aux exigences imposées aux personnes inexpérimentées. Le marché du travail exige de plus en plus un certain nombre d’expériences absurdes et ils ne valorisent pas les professionnels ayant un potentiel et la volonté d’apprendre quelque chose de nouveau.

En plus du fait que l’entrée dans l’enseignement supérieur a transformé sa vie professionnelle, Anthony voit l’opportunité de pouvoir contribuer socialement, en aidant le développement d’autres jeunes :

« L’accès à l’enseignement supérieur a transformé ma vie. C’est à partir du réseau de contacts de l’université que j’ai été invité à enseigner dans le programme FIA/RJ et j’ai vu cette opportunité comme une opportunité de dialoguer avec des jeunes des lieux périphériques de RJ et avec des histoires comme la mienne. Je peux dire que l’université, en plus de vous transformer en professionnel, vous transforme aussi en citoyen. Je veux redonner cette opportunité à la société. Affirme.

Voies de démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur et renforcement des politiques publiques

En 2022, il achèvera 10 ans de politiques de quotas pour l’inclusion des groupes socialement marginalisés dans les universités publiques. Le Brésil dispose également de programmes de financement fournis par la sphère fédérale, tels que PROUNI et FIES.

Comme discuté par Agência Brasil, entre 2010 et 2019, l’accès des Noirs à l’enseignement supérieur a augmenté d’environ 400%, ce qui illustre l’importance de ces politiques pour réduire les inégalités, même si les chiffres sont encore peu nombreux par rapport à d’autres pays. En outre, pour égaliser les chances, de nouvelles avancées sont nécessaires en ce qui concerne les actions positives visant à retenir les étudiants et à accéder au marché du travail.

Après approbation, l’étudiant doit avoir les moyens de terminer son cours. Tout le monde n’a pas le soutien financier de sa famille, ils ont donc besoin d’aide pour le logement, la nourriture, le transport, le matériel d’étude, entre autres. Une façon de surmonter ces difficultés est le soutien des sphères gouvernementales, des fondations, des initiatives privées et aussi des universités elles-mêmes.

Le diplôme de fin d’études est perçu comme la porte d’entrée principale vers une amélioration de la qualité de vie. En effet, l’enseignement supérieur élargit les horizons et les projections pour l’avenir. Cependant, il convient de considérer que certains domaines sont déjà saturés et d’autres en constante évolution, notamment ceux liés à la technologie. Dans ce scénario, les jeunes qui se démarquent sont ceux qui accumulent le plus d’expériences, que ce soit au travail ou dans d’autres opportunités telles que l’échange, la recherche et la maîtrise de différentes langues.

Pour que les organisations retiennent une plus grande partie de la population et profitent également des avantages de la pluralité qui existent dans la société au détriment d’une niche élitiste et peu diversifiée, elles peuvent profiter de modèles de travail à distance ou hybrides afin d’admettre des talents résidant dans des régions éloignées et qui ont des difficultés de transport. Un autre point d’attention doit être les formes de sélection. Les organisations devraient éviter de sélectionner selon certains prérequis qui limitent leurs postes vacants – fuyant la réalité brésilienne – et devraient investir dans la formation, en particulier pour les jeunes employés.

Les références:

Agência Brasil – Une étude révèle l’ampleur des inégalités de genre sur le marché du travail

Nexus – Inégalités raciales et de genre sur le marché du travail

WEF – Rapport mondial sur l’écart entre les sexes

Unicamp – La difficile insertion des personnes handicapées sur le marché du travail

Agencia Brasil – Le nombre total de Noirs dans les universités augmente, mais l’accès est inégal

Agência Brasil – L’accès à l’enseignement supérieur au Brésil est très faible par rapport aux niveaux internationaux


Vous pourriez également aimer...