Le Brésil

Dom Paulo Evaristo Arns, une icône de la démocratie et des droits de l’homme – Jornal da USP

Né à Forquilhinha, dans l’intérieur de Santa Catarina, cinquième enfant des agriculteurs Gabriel Arns et Helena Steiner, le couple aurait 16 enfants au total, mais deux d’entre eux feraient partie de l’histoire du pays : Dom Paulo et Zilda Arns

Dom Paulo Evaristo Arns – Photo : Flickr

HIl y a un siècle exactement – ​​le 14 septembre 1921, pour être exact – naissait le cinquième enfant des agriculteurs Gabriel Arns et Helena Steiner, dans la lointaine Forquilhinha, à l’intérieur de Santa Catarina. En tout, le couple aurait 16 enfants, mais deux d’entre eux feraient partie de l’histoire du pays : l’un, la pédiatre et sanitaire Zilda, la treizième de la progéniture, qui mourra à 75 ans dans le séisme de 2010 en Haïti. Et ce cinquième enfant, Paulo Evaristo, qui allait devenir une icône des droits de l’homme et de la lutte pour la démocratie au Brésil, connu sous le nom de Cardinal Archevêque de São Paulo Dom Paulo Evaristo Arns.

Le frère franciscain Dom Paulo, décédé en 2016 à l’âge de 95 ans, a non seulement commandé le plus grand archidiocèse du pays pendant des décennies – jusqu’à ce qu’il soit divisé, à la fin des années 1980, par le pape Jean-Paul II – mais était également le chef spirituel et , par quoi pas ? – physicien du troupeau de moutons qui n’avait ni voix ni libertés, pendant les années de plomb de la dictature militaire. La cérémonie œcuménique qu’il a organisée en 1975 aux côtés du pasteur presbytérien Jaime Wright et du rabbin Henry Sobel en l’honneur du journaliste Vladimir Herzog – assassiné dans les sous-sols du DOI-Codi à São Paulo – est devenue un jalon pour les droits humains et la lutte contre les droits humains. les dirigeants de l’époque. Mais Dom Paulo va plus loin : aux côtés de Wright, il coordonne clandestinement le projet entre 1979 et 1985 Brésil : plus jamais ça, Quel Son objectif était d’éviter la disparition éventuelle, lors du processus de redémocratisation du pays, de documents sur la dictature et sur les violations commises au cours des deux décennies de régime militaire. Le projet a fini par générer un livre de base du même nom.

C’est pour de telles actions que Dom Paulo prête son nom à la Commission de défense des droits de l’homme Dom Paulo Evaristo Arns – ou, tout simplement, la Commission Arns. Hommage plus que juste.

Écoutez ci-dessous des témoignages sur l’importance de Dom Paulo Evaristo Arns :

Manuela Ligeti Carneiro da Cunha – Photo : AIE

Manuela Ligeti Carneiro da Cunha

Professeur d’anthropologie à la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines de l’USP et membre de la Commission pour la défense des droits de l’homme Dom Paulo Evaristo Arns

« Dom Paulo est une inspiration pour nous tous qui participons à la commission qui porte son nom et respectivement de notre diversité politique […] c’était un homme qui plaçait les droits de l’homme au-dessus de toute autre considération. C’était un évêque qui a utilisé sa haute fonction et son prestige personnel pour accueillir et protéger les persécutés non seulement du Brésil, il était très important pour les réfugiés argentins. […] Il nous manque beaucoup aujourd’hui […]. « 

Pedro Dallari – Photo : Cecilia Bastos/USP Images

Pedro Dallari

Professeur de droit international à l’Institut des relations internationales (IRI) de l’Université de São Paulo

« Dom Paulo a été très important dans la résistance contre la dictature militaire et dans la lutte pour le rétablissement de la démocratie au Brésil […] Plusieurs aspects de sa performance peuvent être soulignés. L’un des aspects en particulier, qui me paraît très important, est sa défense de l’œcuménisme religieux dans la lutte pour la démocratie ; Dom Paulo a bien compris que la lutte pour la démocratie devait impliquer l’ensemble de la société. En mobilisant l’archidiocèse de São Paulo et l’église catholique de São Paulo, il a eu la lucidité d’impliquer d’autres religions, étant ses partenaires dans ce militantisme, par exemple, le rabbin Henry Sobel et le révérend presbytérien James Wright, comme une démonstration que le combat car la démocratie doit être celle de toute la société […]. « 

Ricardo Alexino Ferreira – Photo : Marcos Santos/USP Images

Ricardo Alexino Ferreira

Professeur à l’École des communications et des arts de l’USP

« Parler de Dom Paulo Evaristo Arns, archevêque émérite de São Paulo, c’est parler d’un féroce militant des droits humains. […] un humaniste et intellectuel […] Un homme qui a affronté la dictature militaire avec beaucoup de courage, provoquant la colère des dictateurs et de ceux qui étaient contre les droits de l’homme […] Au Brésil aujourd’hui, je me demande quelles seraient les réactions de Dom Paulo Evaristo Arns ? Je pense que je devrais me battre avec acharnement pour garantir les droits constitutionnels et les droits de l’homme […]. « 

Collaboration : Paulo Capuzzo et Marcello Rollemberg

Vous pourriez également aimer...