Le Venezuela

Données ÚN : Pour les particuliers, l’inflation va de pair avec le dollar et la spéculation

L’inflation est toujours un sujet de débat, au Venezuela et dans le monde, bien que de nombreux économistes aient tendance à défendre qu’un tel débat n’existe pas et que les phénomènes inflationnistes ont une cause unique, claire et définie, qui n’admet pas de discussion. Cette raison primordiale est tirée principalement de l’axiome émis par l’économiste américain Milton Friedman, père et gourou de ce qu’on appelle la « théorie monétariste ». dans son livre La contre-révolution monétariste, publié pour la première fois en 1970, il se présente comme suit :

« L’inflation, toujours et partout, est un phénomène monétaire et doit être traitée comme telle, en ce sens qu’elle n’est et ne peut être produite que par une augmentation plus rapide de la quantité de monnaie que de la production. »

Selon cela, l’image métaphorique serait pratiquement littérale, c’est-à-dire qu’une « injection » disproportionnée d’argent dans l’économie fait « gonfler » les prix, comme lorsqu’un ballon est rempli d’air. Ainsi, les phénomènes inflationnistes sont toujours expliqués comme le produit d’une émission par l’État de monnaie « inorganique », c’est-à-dire non adossée à des niveaux réels de production. Avec cela, le gouvernement « financerait le déficit budgétaire », couvrant des dépenses publiques qu’il ne serait pas en mesure de soutenir autrement. Un tel surplus de monnaie en circulation signifie qu’il y a plus de pouvoir d’achat (demande) que de quantité de produits disponibles (offre) ; alors, le marché tend à s’équilibrer et donc les prix auront tendance à monter. Mais ce n’est pas seulement que, lorsque l’État décrète des augmentations de salaires, il oblige les entreprises à augmenter les coûts de production, augmentation qui va immédiatement déplacer les prix des produits.

Avec la consolidation de l’idéologie néolibérale issue du Consensus de Washington (1989), cette manière de voir la réalité économique s’est installée dans le monde académique comme une sorte de dogme sacré, une vérité sans équivoque. Cependant, il y a des voix qui diffèrent de cette perspective affirmant que l’hypothèse monétariste est loin d’être la vérité absolue et qu’elle n’est qu’une perspective de plus parmi d’autres. Ce n’est pas seulement que le phénomène en question est multi-causal, mais dans la réalité socio-économique il y a des facteurs, des intérêts et des luttes, qui sont ce qui produisent les faits et, cela vaut la peine de le dire, aussi leurs interprétations.

Le sociologue et économiste politique Luis Salas Rodríguez, dans son livre Écrits de la guerre économique, offre une explication d’un point de vue très différent de la bible monétariste :

« L’inflation est une opération de transfert de revenus et de richesse sociale d’un ou plusieurs secteurs de la population à un ou plusieurs autres par le biais de la hausse des prix. Fondamentalement, ce transfert se produit des salariés vers les entrepreneurs, mais il se produit également d’une fraction de la communauté des affaires à une autre fraction d’entre eux. Ou plus clairement : l’inflation exprime la lutte de fractions ou de secteurs d’activité (surtout les plus concentrés) pour augmenter leurs profits aux dépens des salaires des ouvriers (c’est-à-dire de la majorité de la population), mais aussi à la charge du bénéfices des autres secteurs d’activité, en particulier les petits, moyens et moins concentrés ».

Il ne s’agit donc pas seulement de « lois » du marché, mais d’actions concrètes des facteurs économiques qui cherchent toujours à obtenir le plus grand profit possible, et cela se fait nécessairement au détriment des autres.

Que disent les gens ?

Cette introduction suffit à montrer combien il est intéressant de savoir, au-delà des postulats des économistes et des intellectuels, comment nous, Vénézuéliens, appréhendons la question de l’inflation. Surtout à l’heure actuelle, alors que nous venons officiellement de sortir de ce qu’ils appellent un « cycle hyperinflationniste » de quatre ans. En d’autres termes, le problème n’était pas seulement l’inflation, mais nous vivons un processus vertigineux, débordé et incontrôlé d’augmentation continue des prix. L’hyperinflation, selon les économistes, se produit lorsque la variation mensuelle des prix est supérieure à 50%, et pour qu’elle soit considérée comme surmontée, 12 mois doivent s’écouler avec une inflation inférieure à ce chiffre. Cela s’est produit tout au long de l’année 2021 et, en particulier, au cours des quatre derniers mois, le Venezuela a enregistré un taux d’inflation à un chiffre (moins de 10 %), ce qui ne s’était pas produit depuis 2016.

Nous avons décidé de faire un sondage numérique et de demander au public de Dernières nouvelles, via notre portail web et nos réseaux sociaux, sur la cause déterminante de l’inflation. Plus précisément, nous demandons : « À votre avis, quelle est la principale cause de l’inflation qui a touché les Vénézuéliens ces dernières années ?

Nous construisons les options de réponse selon la notion conventionnelle selon laquelle la disparité du marché peut se produire soit du côté de l’offre, soit du côté de la demande. Nous incluons deux options pour chacune des zones de marché. Et nous ajoutons également deux alternatives se référant à l’action intentionnelle des acteurs économiques. Ainsi, les gens ont choisi entre : 1) une offre réduite de biens et de services ; 2) augmentation des coûts de production ; 3) Augmentation de la demande de biens et services ; 4) Émission monétaire excédentaire ; 5) Manipulation haussière du taux de change ; 6) Spéculation commerciale. Entre le lundi 10 janvier et le jeudi 13 janvier, 1 805 personnes ont participé et les résultats sont les suivants.

Manipulé et spéculé

Il faut dire directement que la majorité ne croit pas ou n’utilise pas les notions d’impôts par le discours des économistes. Il penche plutôt vers des explications qui ont à voir avec la lutte des intérêts, ce que le gouvernement appelle la « guerre économique ». L’option la plus votée, avec 47,4%, est celle qui attribue l’inflation à la manipulation à la hausse du taux de change bolivar-dollar. L’autre groupe important, 30,2% du total, affirme que le problème vient de la spéculation commerciale. Nous avons donc que 77,6% des gens ne croient pas à l’excès d’émission monétaire ou aux variations de l’offre et de la demande pour des raisons d’ordre macroéconomique.

A égalité en troisième position, avec 7,4% chacun, se trouvent les groupes qui pensent que la cause de l’inflation est l’excès d’émission monétaire ou la diminution de l’offre de biens et de services. Seuls 1,5% ont choisi l’augmentation de la demande comme cause principale de l’inflation.

Qu’attendons-nous?

Mais nous ne sommes pas seuls face au problème de l’inflation. Nous en profitons pour voir quelles sont les attentes des gens quant à l’avenir économique du Venezuela en 2022. Après avoir clôturé l’année dernière avec une croissance de 7,5 %, selon le président Nicolás Maduro, et avoir freiné l’hyperinflation, l’esprit semble globalement être en hausse.

En décembre, nous avons fait une enquête et les gens ont répondu qu’en 2021, l’économie s’améliorerait. C’est pourquoi nous demandons cette fois : « A votre avis, comment l’économie vénézuélienne se comportera-t-elle en 2022 ? »

La majorité (61,2%) a répondu que les choses vont s’améliorer. Deuxièmement, nous avons constaté qu’un quart des personnes interrogées (25,7%) pensent que l’économie restera la même et 13,1% pensent que la situation va empirer.

Dans ce cas, l’opinion dominante coïncide non seulement avec le gouvernement, qui génère des attentes constantes dans son discours, mais aussi avec la majorité des analystes des entreprises privées et des groupes d’entreprises. Même la Commission économique pour l’Amérique latine (CEPALC), dans son rapport Bilan préliminaire des économies d’Amérique latine et des Caraïbes, prévoit une croissance de 3% du produit intérieur brut (PIB) pour le Venezuela en 2022. Après huit ans de baisse du PIB, il semble que ce sera enfin la première année de reprise. L’économie ne va pas bien, la crise actuelle, avec ses dimensions économiques et politiques, a fait beaucoup de dégâts dans le pays. Mais, au moins, il y a un consensus sur le fait que nous avons cessé de tomber. Le reste c’est du profit. @angelgonzalezvn

Vous pourriez également aimer...