La Colombie

D’où vient la nourriture consommée dans la vallée?

Bien que Valle del Cauca soit le département du sucre par excellence et le deuxième producteur de protéines blanches, comme les œufs et le poulet, une bonne partie de la nourriture consommée par sa population provient d’autres territoires du pays, et même de l’étranger.

Pour cette raison, la pénurie d’une large gamme de produits achetés dans différentes régions s’est aggravée, avec la pire pénurie de l’histoire régionale enregistrée au cours des deux dernières semaines. Les récoltes locales ont été insuffisantes pour couvrir la consommation, en particulier les légumes et les fruits, car en raison du chômage et des barrages routiers entre les municipalités, l’approvisionnement s’est épuisé et beaucoup ont été gâtés.

Ce panorama, selon le président de section de la Fédération nationale des commerçants, Fenalco, Octavio Quintero, est complexe, puisque la Vallée importe 70% des produits qui composent le panier familial de l’étranger et d’autres départements.

Lire aussi: Augmentation surprenante du PIB au premier trimestre de l’année

Il décrit, par exemple, que dans le domaine des céréales, comme les haricots, « presque rien n’est produit et aucun type de céréale non plus. » La plupart des variétés de haricots, dit-il, proviennent de Tolima, Huila et Nariño, qui fournit 80% du marché local, et à cela s’ajoutent les achats de la Bolivie, de l’Équateur et d’autres pays, qui ont totalisé 44 millions de dollars par an. . Pour cette raison, le plateau paisa populaire est aujourd’hui préparé avec beaucoup de haricots importés.

El Valle achète du café, de la banane, de l’ananas, du yucca, du soja, du sorgho, du cacao, des haricots, du maïs, de l’avocat et des pois à Quindío. À Risaralda, café, cacao, canne à sucre, haricots, banane, pêche, ananas lulo et mûre.

Pendant ce temps, les lentilles, un autre des aliments préférés, proviennent du Canada à 80% et 20% des États-Unis, ainsi que les pois chiches, le blanquillo et les haricots.

Face à cette réalité, la secrétaire à l’Agriculture de la Vallée, Maritza del Carmen Quiñones, assure que «la production alimentaire du département couvre environ 58% de la demande agricole». Mais, note-t-il, «certains produits, qui sont cultivés dans des climats froids, présentent des productions très faibles par rapport à la demande, ce qui a rendu la pénurie de ceux-ci dans différentes villes plus sensible».

Vous pouvez également lire: Appel urgent pour la volaille, 1400 emplois menacés et 5 millions d’oiseaux pourraient mourir

Il admet que la Vallée «importe» du lait, du bœuf, des pommes de terre et des légumes de Nariño, Cauca et Cundinamarca pour satisfaire sa demande ».
Cependant, les achats externes vont plus loin, comme dans le cas du maïs jaune, car la vallée n’est pas autosuffisante. Elle importe 90% de ces céréales (pour les entreprises agroalimentaires concentrées et autres) des États-Unis. Ce n’est qu’en 2020 que ces importations ont coûté 278 millions de dollars US, souligne l’analyste de la Banque de la République, Julio Escobar.

Prix ​​non compétitifs

Le président de Fenalco souligne que même l’ail est acheté au Pérou et en Chine, ainsi que des fruits, des pommes, des poires, des pêches, des raisins, des kiwis et des raisins du Chili. Les vendanges dans la région sont insuffisantes. Malgré cela, le dirigeant syndical met en avant la production fruitière de papaye, melon et fruit de la passion, en mettant l’accent sur la partie nord de la vallée.

Le secrétaire à l’Agriculture est d’accord avec ce qui précède, déclarant que «dans le nord et le centre de la vallée et de ses collines, des fruits et légumes de bonne qualité sont produits. Cependant, les agriculteurs préfèrent les vendre à Corabastos à Bogotá, qui ont un meilleur prix qu’à Cavasa à Cali ».

« Cela est dû, note-t-il, à l’informalité du marché dans la galerie de Santa Elena, puisque la vallée n’a pas une gestion de prix compétitifs. »
Malgré tout, dans le panier régional, le point fort est la production de poulets et d’œufs, qui représente 30% de la production nationale et en sucre, 95% (avec 5,92 millions de tonnes en 2020), puisque la région domine dans les deux métiers.

Quant au riz, l’offre est faible. Quintero reconnaît le rôle du cuiseur à riz La Esmeralda, situé à Jamundí, qui représente une partie de la demande (5%), puisque 90% du marché est desservi par Tolima et Huila.

La région de Boyacá apporte pommes de terre, haricots, maïs, haricots, oignon, pois, blé, orge, feijoa, poire, uchuva, pitahaya, curuba, mûre, granadilla
et la tomate.

Le dirigeant syndical a rappelé que cette autosuffisance avait été perdue dans les années 70 lorsque 35 moulins fonctionnaient ici qui contribuaient à 40% de la production de riz et qu’ils avaient disparu quand ils avaient perdu leur compétitivité.
Un autre concept a le président de la Valley Farmers and Ranchers Society, Francisco Lourido. Il soutient que « le département n’est pas qu’il n’a pas été complètement désapprovisionné, mais à cause des blocages entre les municipalités, les communautés n’ont pas pu obtenir de nourriture, mais la Vallée a maintenu sa production ».

Il mentionne que la plus grande incidence de l’effondrement de l’offre d’oeufs et de poulet est due au manque d’intrants et d’aliments concentrés.
Concernant le fait que le département n’est plus un garde-manger agricole, Lourido affirme qu ‘ »aucun département n’est autosuffisant aujourd’hui et qu’ils doivent donc acheter des récoltes dans d’autres régions ».

Pomme de terre en conserve

Cet aliment est peut-être celui qui est le plus consommé dans les foyers du Valle del Cauca, avec le riz et les bananes. Ce dernier vient de Quindío et Caldas.

Selon Oliver Medina, responsable des prix pour la Central de Abastelaciones del Valle, Cavasa, 10 500 tonnes de pommes de terre arrivent à l’usine par mois en provenance de Nariño (qui contribue à 35%) et des hauts plateaux de Cundiboyacense.

Un pourcentage important de carottes, de lulo et de mûres provient également de Nariño. Malgré cela, la vallée, met en évidence Medina, a une offre intéressante de fruits, de tomates, d’oignon long, de concombre, de paprika et de haricots. « Cependant, nous sommes devenus un importateur de produits alimentaires », note-t-il.

En ce qui concerne la viande bovine, la Vallée contribue à moins de 10% de la production nationale. La plupart de cette nourriture est apportée de Meta, Caquetá, Antioquia et la côte caraïbe.

En raison des blocages, le directeur de la place du marché de Santa Elena, Miguel Ángel Muñoz, souligne que la vallée, n’étant pas autosuffisante en viande bovine, « a disparu des salles à manger familiales » à Cali.

Pour tous les goûts

Aujourd’hui, l’origine des produits agricoles que consomment les familles Vallecaucan est la suivante:

* D’Antioquia: café, bananes, cacao, manioc, pommes de terre, riz, maïs, fique, fruits et quelques légumineuses et légumes.
* De Nariño: Yucca, maïs, arachide, pomme de terre, avocat, pois, oignon, laitue, fique, haricots, mûre, tomate d’arbre, carotte et légumes.
* De Meta: riz, banane, yucca, orange, mandarine, citron, avocat, papaye, fruit de la passion et ananas.
* De Tolima: riz, banane, avocat, mangue, ananas, gulupa, pitahaya, citron, fruit de la passion et fruit de la passion.
* Du Cauca: Canne, café, pomme de terre, maïs, manioc, haricots, tomate, mûre, fraises et asperges.
* De Huila: riz, cacao, coton, tabac, sorgho, soja, yucca, maïs, banane, pois, arbres fruitiers, citron, lulo.

Donner la priorité au régional

La secrétaire à l’Agriculture, Maritza del Carmen Quiñones, estime que « pour que notre département consolide son autosuffisance, il est essentiel » que les circuits commerciaux de la Vallée donnent la priorité à la production régionale et développent des mécanismes de tarification équitables « .

De même, il est essentiel de renforcer les zones à vocation horticole productive avec une utilisation intensive de la technologie et une production protégée, en particulier dans le Chinche Canyon (zone supérieure de Palmira et El Cerrito), le complexe Restrepo, Dagua, La Cumbre, le Barragán -Santa Lucia-Sevilla et Agropolis dans le nord) avec des systèmes de production protégés, plus le soutien du district d’irrigation de Sara Brut dans le nord de la vallée.

Mme Quiñones déclare qu ‘ »à l’avenir, la Vallée devrait renforcer ses relations fonctionnelles avec les départements voisins de l’Eje Cafetero, du Cauca et de Nariño pour promouvoir un développement harmonieux des chaînes productives qui assurent la sécurité alimentaire de la région ».

De cette manière, les volumes nécessaires peuvent être assurés dans des produits tels que les pommes de terre, les haricots, les pois, le cacao et les arbres fruitiers à climat froid modéré, y compris le lulo, la mûre, la tomate d’arbre, entre autres.

Vous pourriez également aimer...