Le Venezuela

D’un geste, les femmes sont sauvées de la violence domestique

Que de nombreuses personnes soient assises dans la salle d’attente d’un centre médical, attendre leur tour peut être quelque chose de logique ou de quotidien ; peu croient que ce n’est pas quelque chose d’extraordinaire, mais une circonstance très particulière a montré que ce n’est pas quelque chose d’aussi absolu. La violence domestique, une situation qui se manifeste dans la plupart des cas par des abus sexuels, physiques et psychologiques, était la réalité qu’une femme vivait à Barcelone, en Espagne, et elle n’a pas trouvé de meilleur endroit pour demander de l’aide et échapper aux abus. dont il fut longtemps victime.

Être partenaire d’un homme de 64 ans n’a entraîné que des mauvais traitements, des insultes, des humiliations et des bousculades. Cependant, il a montré son courage de manière très discrète, simple et non verbale. Une de ses mains était la solution pour joindre les autorités. Son geste déclencha silencieusement des alarmes. Une employée de l’hôpital privé où elle s’est rendue a vu le mouvement que l’Espagnole a fait avec une de ses mains et a prévenu les policiers.

Après avoir eu si peur, le moment tant attendu pour se débarrasser de la violence domestique est arrivé. Il a pu faire part de sa grave situation et obtenir que la police arrête son compagnon. Signal For Help ou le signal pour l’aide était le code que la femme utilisait, un outil gestuel qui est déjà un moyen collectif de sauver les femmes vivant sous l’oppression et les abus dans leurs foyers.
Le moyen le plus innovant et le plus sûr de demander de l’aide sans vous exposer. Il s’agit d’une initiative en ligne pour aider les femmes victimes de violence, promue par la Fondation canadienne des femmes en raison de l’augmentation des cas de violence domestique en raison de la pandémie de covid-19. Une promotion internationale qui a transpiré dans plusieurs endroits depuis fin 2020.

À ce jour, cela continue d’être une tendance sur les plateformes numériques telles que Tik Tok. Un geste qui ne distingue pas les langues et signifie que j’ai besoin d’aide, violence de genre juste en levant la main avec la paume vers l’autre personne ; puis le pouce est placé dans la paume et les doigts sont repliés sur le pouce.

Codes

Cette campagne canadienne, simple et rapide pour ne laisser aucune trace, quelle que soit la scène dans laquelle se trouve la victime, est également considérée par de nombreux internautes comme un moyen universel de demander de l’aide en cas d’enlèvement, de harcèlement ou d’autres abus. Ce signal est une option parmi tant d’autres qui ont été partagées des millions de fois sur les réseaux sociaux et les médias.

Il fait partie de plusieurs codes socialement utilisés grâce à son essor chez les tiktokers et les youtubeurs, et qui peut être mis en œuvre dans la rue, à la maison, les espaces communs et les interactions par appels vidéo, puisque c’est une manière silencieuse qui persuade les agresseurs, devant de ces situations de violence et de harcèlement auxquelles les femmes sont confrontées, et que s’évader peut être complexe et dangereux.

Beaucoup de ces signaux ont été dramatisés par certains utilisateurs, c’est le cas de la chanteuse et actrice uruguayenne Natalia Oreiro, afin de sensibiliser à la situation des femmes qui vivent avec des agresseurs. Dans des pays comme Singapour, ils sont également mis en œuvre par les autorités pour enseigner aux enfants victimes de maltraitance d’enfants ou d’une autre personne en raison de violence domestique.

Que faire? Bien qu’il n’y ait aucune trace au Venezuela qu’une victime de violence sexiste ait utilisé un code universel, il existe dans le pays une structure sociale et institutionnelle contre ce fléau. Cependant, lorsque vous observez quelqu’un utiliser l’un de ces signaux, il est important de communiquer avec la personne en toute sécurité pour savoir ce dont elle a besoin et ce qu’elle veut faire.

Si vous ne pouvez pas être aidé pour le moment, il vaut mieux être prudent. Dans le cas du Venezuela, vous pouvez choisir d’appeler VEN911 ou d’autres services d’urgence locaux tels que 0800 Mujeres (6853737) et pour les opérateurs Movilnet via * 112.

Les femmes qui se trouvent dans cette situation peuvent également le faire savoir au Ministère du Pouvoir Populaire pour la Femme et l’Egalité des Genres, dans n’importe lequel de ses sièges sur tout le territoire national, et auprès des parquets spéciaux du Ministère Public.

Autres initiatives

Il existe d’autres initiatives pour mettre fin aux abus envers les femmes, telles que la campagne Mascarilla 19, créée par l’Institut canarien de l’égalité d’Espagne pendant la pandémie. Il a commencé dans les pharmacies pour aider les femmes victimes de violences de genre et est mis en œuvre en France, en Norvège, en Italie, en Belgique, au Chili et en Argentine. Depuis les locaux pharmaceutiques, les autorités sont alertées lorsqu’on achète le masque ; dans l’établissement, ils sauront déjà qu’ils sont confrontés à un cas de violence domestique.

L’Unicef ​​soutient également le plan No More Blood, créé par des femmes d’Argentine, du Mexique, de Colombie et d’Équateur en diffusant secrètement un numéro de téléphone pour demander de l’aide avec des kits de serviettes hygiéniques.

Depuis 2017, il y a eu une campagne promue par le collectif NoMore (Ni Una Más) en Grande-Bretagne, et diffusée aux États-Unis, en Espagne, en Argentine, avec des affiches dans les toilettes des femmes dans les bars, restaurants, entre autres, avec des mots de passe pour les boissons .

Antécédents

  • Signal pour l’aide. Au début du mois, un rapport de police a fait état d’un enlèvement frustré d’un mineur de moins de 16 ans par un homme de 61 ans dans le Kentucky, aux États-Unis. La fille a utilisé le signal d’aide qu’elle avait appris sur TikTok et un autre chauffeur, bien qu’il n’ait pas reconnu le geste, il a compris que la fille avait besoin d’aide. Il a suivi le véhicule et a prévenu la police jusqu’à ce que l’homme soit capturé peu de temps après.
  • Commander une pizza. En janvier 2020, une femme de Temuco, au Chili, a fait semblant de commander une pizza pour pouvoir appeler la police et signaler une agression par son partenaire. C’est Ivette Necul, 22 ans, qui a déclaré que son partenaire lui avait donné « trois coups à la tête ». La même stratégie avait été utilisée en 2019 par une femme de l’Ohio, aux États-Unis, pour transmettre son adresse personnelle au 911, et les médias ont rapporté des cas similaires au Chili et en Italie.
  • Le point noir. Il est apparu en 2015 via Facebook après qu’une femme du nom de Danielle Tredgett a fait connaître son cas en tant que victime de violence sexiste. En seulement 24 heures, la campagne a réalisé plus de 6 000 diffusions. Bien que quelques semaines plus tard, la page de la femme faisant la promotion de la campagne ait disparu sur Facebook, Instagram et Twitter, d’autres sont apparues qui ont rejoint l’initiative du hashtag #Black Dot Campaign.

Vous pourriez également aimer...