Le Venezuela

Éducation finlandaise – Dernières nouvelles

A moitié perdu dans ce que je cherchais sur internet, je me retrouve avec un article sur l’éducation en Finlande. Celui qui est célébré pour être « l’un des premiers au monde », selon les spécialistes. Je lis et dis : « La loi établit que l’éducation est obligatoire et gratuite pour tous les enfants de 7 à 16 ans. Ce pourboire comprend également tous les manuels et ustensiles nécessaires, ainsi qu’un repas chaud par jour. Les dépenses publiques d’éducation représentaient 5,9 % du PIB en 2008 » et précise que la moyenne des pays de l’Organisation de coopération au développement économique (OCDE) est de 5,8 %.

Je le relis et je ne peux m’empêcher de le dire : au Venezuela, l’enseignement est gratuit et obligatoire de la naissance au baccalauréat, sauf pour ceux qui veulent payer ; les manuels sont livrés gratuitement dans les écoles officielles, en plus des colis, cahiers et crayons et, même au milieu de mesures coercitives unilatérales, des ordinateurs ou des tablettes Canaima ont continué à être livrés aux élèves et aux enseignants ; pas un mais deux repas par jour sont fournis dans plus de 80 % des écoles publiques ; et les dépenses (qui pour nous sont des investissements) en éducation ont atteint 6,9 % du PIB. Et sachez que je prends les dernières données du CIA World Factbook, un texte édité par la Central Intelligence Agency des États-Unis (la même qui conspire et renverse les gouvernements du monde entier), dont les informations sont publiques et sont fréquemment utilisées aujourd’hui. . . .

Ce n’est bien sûr pas que nous ayons l’éducation que nous voulons. Je travaille moi-même toujours sur la critique des pratiques pédagogiques centrée sur la mémorisation des contenus et la passivité des élèves, la faiblesse des moyens disponibles, les approches inappropriées de la formation des enseignants, les conditions de travail précaires, le fonctionnement bureaucratique de l’administration, etc. Tout peut être dit et il est valable d’en tenir compte et d’avancer, mais cela ne veut pas dire minimiser ce que nous avons et ce que nous gardons malgré les énormes difficultés. Parlons passionnément, mais sérieusement ; l’éducation de nos filles et de nos garçons le mérite.

Vous pourriez également aimer...