Le Venezuela

En Europe, la troisième dose du vaccin Pfizer est approuvée pour les personnes de plus de 18 ans

L’Agence européenne des médicaments a approuvé lundi une troisième dose de rappel du vaccin covid de Pfizer / BioNTech pour les personnes de plus de 18 ans, craignant que la protection ne diminue après les deux premières injections.

« Des doses de rappel à domicile peuvent être envisagées pour les personnes âgées de 18 ans et plus, au moins six mois après la deuxième dose », a déclaré l’EMA dans un communiqué, citant le nom de marque du vaccin Pfizer, rapporte l’AFP.

De nouveaux vaccins sont nécessaires

Le directeur général de la société allemande, Uğur Şahin, a déclaré au Financial Times que les variantes de Covid-19, telles que la souche Delta, étaient plus contagieuses, mais pourraient être traitées par des injections de rappel des vaccins actuels.

Cependant, il a ajouté que des mutations surviendraient qui pourraient contourner les défenses immunitaires du corps acquises par le vaccin.

« Cette année, [una vacuna diferente] c’est complètement inutile. Mais d’ici le milieu de l’année prochaine, la situation pourrait être différente », a déclaré Sahin, ajoutant que des versions seraient nécessaires. « Personnalisé » des vaccins actuels pour cibler spécifiquement les nouvelles souches émergentes.

« Ce virus restera et le virus s’adaptera encore plus », a-t-il déclaré.

Les programmes de vaccination comprendront deux volets principaux pour l’année prochaine, a prédit Sahin, avec des injections de rappel pour ceux déjà vaccinés et une campagne en cours pour apporter les vaccins à ceux qui y ont eu un accès minimal jusqu’à présent.

Alors que Sahin a affirmé que le partage des brevets ne présentait aucun risque pour le contrôle de la qualité, le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a affirmé à plusieurs reprises que l’abandon des droits de propriété intellectuelle sape l’incitation à l’innovation. Cependant, des critiques tels que l’ancien directeur des Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis, Tom Frieden, ont accusé les sociétés pharmaceutiques de « profiter de la guerre ».

Agences

Vous pourriez également aimer...