Le Venezuela

Exécutif et législatif doivent aller de pair pour sauver le patrimoine kidnappé

Le président de la République a demandé à la commission spéciale créée par l’Assemblée nationale récemment installée pour enquêter sur les agissements de l’AN sortant, dirigée par l’extrême droite, d’aller de pair avec l’exécutif afin de mener une enquête approfondie sur le pillage de la héritage de la nation «volé» par le gang corrompu de Julio Borges, Leopoldo López et Juan Guaidó.

«Nous devons enquêter en profondeur sur le pillage de Citgo, Monómeros, nos comptes, les avoirs confisqués et les ressources confisquées dans les banques internationales, cette question devrait recevoir une attention particulière. Je propose d’aller de pair avec l’exécutif pour la récupération des avoirs et des richesses du pays. Plus de 30 mille mmm de comptes bancaires, pour récupérer les monomères, Citgo et l’or endigués à Londres.

Il a assuré que le soi-disant groupe de Boston sait qu’avec la récupération de cet argent, le Venezuela connaîtrait une reprise automatique, progressivement la production de barils de brut par jour pourrait atteindre 2,5 millions.

«Pensons en tant que Nation, non avec des pensées partisanes, les intérêts de la Nation doivent être au-dessus de toute autre chose, le reste est résolu par les votes … Avez-vous l’intention d’hériter d’un pays en lambeaux? il a demandé, se tournant vers la droite, « sortir pour recueillir des signatures dans un an, avoir une forme, présenter les candidats et remporter les gouvernorats, que les votes soient ceux qui ne disent pas la guerre contre l’économie nationale, pas le sabotage », at-il déclaré.

Le président a souligné les dommages causés par le blocus et les sanctions qui ont été demandées par l’extrême droite vénézuélienne. « La guerre économique et le blocus illégal contre le Venezuela ont été brutaux. »

«Ils ont sanctionné l’or, le petro, ils ont persécuté nos comptes à l’étranger et ont bloqué les achats de médicaments et de médicaments pour le pays. Les fonctionnaires du Département d’État ont menacé et sanctionné des entreprises d’autres pays pour avoir entretenu des relations commerciales avec notre pays.  » Il a accusé des «faucons impériaux» comme John Bolton, Elliot Abrams et Donald Trump, d’être derrière toutes ces attaques considérées comme unilatérales et illégales à l’ONU.

Le président a rappelé l’attaque contre l’industrie pétrolière qui avait été promue pendant la période de cinq ans de l’AN sortant. «Depuis 2015, l’attaque contre notre industrie pétrolière a eu plusieurs plans d’action simultanés: persécution financière, opérations pour le dépouiller de ses actifs, assaut et vol de navires et sabotage interne pour produire une baisse de la production.

Il a remercié les partenaires et alliés de l’OPEP et des pays non membres de l’OPEP pour leur solidarité. Mais cela ne suffisait pas car la phase la plus inhumaine est venue avec la dépossession qui s’est produite dans l’industrie pétrolière en empêchant PDVSA de vendre ses produits à l’étranger et de perdre sa capacité commerciale.

Nous durons 13 mois sans vendre une goutte de pétrole au monde. Ils n’ont pas de callosités entre les mains, ils ne savent pas ce que c’est que d’avoir un peuple debout, ils ont la morale pour soulever une critique, la droite trumpiste et la gauche dépassée, s’assoient sur la même chaise de la cruauté et de l’injustice  » , m’a dit.

Il a rapporté que plus de 67 milliards de dollars ont perdu des créanciers américains à la suite de la guerre économique et du blocus contre le Venezuela. «Si les intérêts qui n’ont pu être annulés et les pertes causées par la perte de valeur de ces instruments sanctionnés et bloqués s’ajoutent, c’est-à-dire la différence entre la valeur nominale et la valeur de marché, les créanciers extérieurs de la République, principalement les États-Unis, ont quitté de recevoir 67 000 millions de dollars grâce à la politique extrémiste de Donald Trump », a-t-il déclaré.

Vous pourriez également aimer...