Le Brésil

Exemple à suivre – Jornal da USP

ETNous traversons une période que nous pourrions définir comme une tempête parfaite. L’association de la pandémie, déjà très grave, avec la dégradation des valeurs républicaines dans les pouvoirs supposés responsables, et l’absence d’esprit public dans divers segments de notre société, expliquent aujourd’hui cette catastrophe complexe. Autant que nous étudions, voulant comprendre la conscience humaine, il devient de plus en plus difficile de comprendre les réactions des différentes personnes qui participent à notre vie quotidienne.

L’être humain est-il bon ou mauvais? Depuis avant le pré-socratique, même à l’époque du paganisme, et la période appelée à tort barbare, les sociétés étaient orientées vers le bien commun, suivant certaines règles. Ils ont réussi à contenir le «mauvais» côté de l’être humain pour que la majorité en profite.

Il y avait, comme l’appellent de nombreux philosophes et théologiens, une conscience universelle qui s’est en quelque sorte éveillée, comme, par exemple, le besoin de survie. Des sociétés ont été organisées dans le but d’obtenir un bon résultat pour tous. Si cela ne se produisait pas, le groupe se désintégrerait. L’une des rares bonnes créations de la Révolution française (la Déclaration des droits de la Révolution américaine est plus tôt, 1791, et a influencé la Révolution française) était la formalisation des droits de l’homme. Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons également besoin de devoirs humains pour être appelés civilisés.

Cette tragédie actuelle démontre que les leçons de la vie n’ont pas été bien apprises. La souffrance d’aujourd’hui ne pourrait-elle pas nous apporter apprentissage et évolution, avec l’augmentation de notre pouvoir d’observation sur la structure humaine et sociale qui nous entoure? Nous savons par l’histoire et par l’expérience que dans les moments difficiles, la conscience a tendance à s’éveiller.

Mais comment expliquer qu’en ce moment tragique, les idéologies négationnistes, aux tendances totalitaires et messianiques manichéennes, n’aient pas été influencées par les besoins actuels? Comment expliquer que le «mauvais» côté soit capable de détourner une partie de la population de l’obligation (bénéfique) de recevoir des vaccins, quelle que soit leur origine? Comment expliquer que, face à la calamité actuelle, notre système de pouvoir, dont nous savons tous pour quelle amorce il prie, ne devienne pas sensible à l’attaqué, qui est la souffrance du peuple? Comment expliquer que nos «dirigeants» discutent de la vente au détail de la vie, de ses pièces et de ses armes, et se tiennent dans un dôme de verre, comptant leurs métaux? Se pourrait-il que, du haut des vanités et de l’égocentrisme, n’y ait-il pas une goutte de sensibilité et de compassion? Se pourrait-il que, à l’intérieur de leur dôme, ils n’aient jamais entendu la phrase de quelqu’un au bord de la mort, crucifié, «ils ne savent pas ce qu’ils font»?

L’éducation, la corruption de conscience, peuvent-elles atteindre ce point? Les bons et les mauvais exemples sont de bons enseignants, qui nous encouragent à chercher des solutions.

Nous sommes témoins de la façon dont les académies ont réagi à la situation, à la recherche de résultats par la science, qui ont atteint des niveaux de qualité très élevés, donnant l’exemple de la façon dont nous sommes capables de faire face à l’adversité, malgré les mauvais exemples et le manque de reconnaissance et d’esprit public. que nos autorités démontrent de manière atavique en se plaçant au-dessus du «bien et du mal». Les segments qui sont placés à ce niveau sont moralement décadents, mais notre système politique les maintient et ne permet qu’à leurs pairs d’être intronisés, ce qui nous embarrasse profondément.

Nous ne pouvons pas être découragés ou perdre espoir, car nous avons des ressources humaines de haut niveau dans notre société, des exemples à suivre. Pour illustrer, j’ai reçu la première dose du vaccin contre le covid-19 dans un environnement à la première structure mondiale, assemblé par un groupe très conscient de ses responsabilités, avec un haut degré de professionnalisme et de passion. Ceci dans un service public, donc, de SUS. J’étais, à six heures trente un dimanche, dans la ligne de vaccination de l’hôpital das Clínicas de la faculté de médecine de l’USP, pour recevoir la deuxième dose, lorsque je suis tombé sur les responsables de notre administration, dirigeant le processus et entouré de professionnels hautement motivé. Notre directeur clinique a attiré mon attention, avec le surintendant et toutes ses équipes, donnant des conseils en personne tout au long du processus, voire disciplinant les files d’attente.

Admirable. Ce n’est pas souvent que nous trouvons des managers qui dirigent les processus en personne, à la recherche de résultats pour tous. Nous pourrions avoir des structures similaires dans tout le pays, si notre SUS et les domaines de la politique de santé publique étaient confiés à des personnes éduquées et responsables, qui existent à profusion, pour ces tâches. Hospital das Clínicas a donné l’exemple pour tout le pays, avec des leçons de compétence et d’esprit public. Le Brésil a des gens avec ces qualités dans tous les secteurs. Laissez-les simplement agir, en ouvrant les portes de ce système fermé, qui doit être réformé de toute urgence. Je voudrais que ce texte serve d’incitation à tout le monde pour se faire vacciner.

Vous pourriez également aimer...