Existe-t-il des mots d’origine africaine dans la langue portugaise ? rencontrer

Existe-t-il des mots d'origine africaine en portugais brésilien ?  Rencontrer.  Image : Adobe Stock.
Existe-t-il des mots d’origine africaine en portugais brésilien ? Rencontrer. Image : Adobe Stock.

mots d’origine africaine ils sont toujours présents dans le discours quotidien des Brésiliens, mais passent inaperçus. Je suis sûr que vous avez entendu ou prononcé certains des mots ci-dessous :

Fesses, pipe, benjamin, cafuné, homme de main, timbre, dengue, semoule de maïs, guêpe, perle, chevreau, quilombo, épicerie, quartier des esclaves…

LA Influence africaine sur la culture brésiliennetout comme il se manifeste dans la cuisine, dans certaines religions du pays et d’innombrables autres manières, il se manifeste également dans notre langue.

La manière dont ces mots constituent le vocabulaire du portugais brésilien est ce dont nous discuterons ensuite. Viens avec nous!

Lire la suite : Culture et identité noire à l’école : quelle est l’importance de cette pratique ? et les religions d’origine africaine : ce qu’elles sont et pourquoi elles subissent des préjugés

retour à l’histoire

Vous savez peut-être déjà qu’il y a eu une période de régime esclavagiste dans l’histoire du Brésil − une longue période de plus de trois siècles, dont nous vivons encore aujourd’hui les conséquences au Brésil.

Si vous ne savez pas de quoi je parle, vous pouvez le lire ici à Politiser! sur le racisme, l’abolition de l’esclavage et du travail forcé.

En tout cas, comme le rappellent les linguistes brésiliennes Margarida Petter et Ana Stela Cunha, dans le livre Introduction à la linguistique africaine (p. 221), des Noirs venus de force du continent africain entre le XVIe et le XIXe siècle, par le biais de la traite des esclaves, apporté non seulement leur main-d’œuvre, mais aussi leurs cultures, y compris leurs langues.

Ces personnes réduites en esclavage ne venaient pas d’un seul endroit, mais de différents pays et régions du continent africain, comme l’Angola et le Mozambique.

Lire la suite : L’impérialisme et la partition de l’Afrique : comprendre !

Si avec cette dernière information vous avez tout de suite pensé que les millions de noirs trafiqués vers le Brésil, parce qu’ils viennent de différents endroits, parlaient différentes languestu as raison.

Soit dit en passant, pour savoir si la chose la plus correcte dans ce cas est de parler langue ou dialecteje peux déjà vous dire que « du point de vue linguistique [ou seja, científico!], aucune distinction de valeur n’est faite entre langue et dialecte. C’est pourquoi on peut dire qu’il y a 2 146 langues en Afrique » (Introduction à la linguistique africaine, p. 15).

Peinture de Johann Moritz Rugendas (1802-1858) représentant l'intérieur d'un navire négrier.  Source : Johann Moritz Rugendas.  Domaine public, Wikicommons.
Peinture de Johann Moritz Rugendas (1802-1858) représentant l’intérieur d’un navire négrier. Source : Johann Moritz Rugendas. Image : domaine public, Wikicommons.

Ces personnes noires qui ont été trafiquées de différentes parties de l’Afrique et envoyées au Brésil, ont-elles pu communiquer entre elles normalement pendant le voyage forcé ici et étant déjà ici ? − Ce n’était pas tout à fait ça.

Les Noirs réduits en esclavage vendus dans les ports de la mer étaient de différentes ethnies, et ont été gardés ensemble comme captifs jusqu’à leur départ pour le Brésil et tout au long du voyage en mer, qui a duré plusieurs jours. Cette situation était caractérisée :

« par une concentration forcée et prolongée de locuteurs de différentes langues africaines, mais typologiquement à proximité, ce qui pourrait conduire, dans le cas de l’Angola, à l’adoption de la kimbundo comme langage véhiculaire […]; dans la même période, il y a eu un contact tout aussi forcé et prolongé avec la langue portugaise » (África no Brasil…, p. 32).

La langue véhiculaire mentionnée est « une langue utilisée pour la communication entre des groupes qui n’ont pas la même langue maternelle ». [ou língua materna]» (Sociolinguistique…, p. 48).

Il peut s’agir soit de la langue d’un des groupes présents, soit d’une langue créée à partir de différents codes présents. Dans le cas ci-dessus, la langue véhiculaire par laquelle les captifs tentaient de communiquer était le kimbundu.

Voir aussi notre vidéo sur les droits raciaux et ethniques !

Langues en contact : emprunt de mots d’origine africaine

O contact entre les langues est l’un des sujets de prédilection de les linguistes (scientifiques qui étudient le langage), car c’est par le contact linguistique, par exemple, que les mots sont tirés de prêt d’une langue à l’autre.

Ce fut le cas des mots d’origine africaine énumérés au début du texte : ils ont été empruntés et adaptés par le portugais brésilien aux langues africaines apportées ici, comme le kimbundu (parlé en Angola) et Yorouba (parlé au Nigéria).

En ce sens, le linguiste français Emílio Bonvini affirme que « les échanges de termes entre locuteurs de langues africaines et locuteurs de langue portugaise se sont multipliés parce que les exigences de travail liées à l’esclavage ont contraint l’un et l’autre à une relation constante d’interdépendance en raison des multiples facettes de l’esclavage, de la vie quotidienne ».

De plus, poursuit le linguiste, cet échange de mots entre langues se produit en raison de la « capacité actuelle et normale de chaque langue à s’approprier les termes nécessaires à sa propre expressivité, quelle que soit leur origine, lorsque le nouveau contexte discursif l’exige. » ( L’Afrique au Brésil…, p. 103).

Un autre point très important concernant le contact linguistique est qu’il ne s’agit pas seulement d’emprunter des mots entre différentes langues. Mais comment ça ? − Continuez avec nous !

Au-delà des mots d’origine africaine

Parmi les linguistes, il y a un débat intense sur la constitution historique du portugais brésilienavec au moins trois hypothèses majeures soutenues par eux au fil du temps.

Sans entrer dans la question, ce qui nous intéresse ici, c’est que, même avec l’existence d’hypothèses divergentes, aucun linguiste ne nie qu’il y ait eu des apports des langues africaines (et des langues indigènes, comme nous en reparlerons à une autre occasion) au portugais brésilien.

Le linguiste Marcos Bagno, par exemple, dans un article sur l’impact de certaines langues africaines sur notre langue, déclare que « pour l’étude de la formation du portugais brésilien, la connaissance de l’histoire de l’esclavage est fondamentale et incontournable. L’élément africain est sans aucun doute responsable de bon nombre des caractéristiques grammaticales spécifiques du portugais brésilien.» (p. 23 de son article).

Voir aussi notre vidéo sur l’abolition de l’esclavage !

Dans le même article, le linguiste récupère chez d’autres savants une série de caractéristiques de notre langue qui auraient pu résulter de l’influence des langues africaines.

Comme quand beaucoup d’entre nous disent des mots comme journée [dzia] et tante [tchia]à la place de journée [dia] et tante [tia]qui, selon Marcos Bagno, se produit également en angolais et en portugais de São Tomé et Príncipe.

Ou comment quand, dans variétés rurales et rurbains (intermédiaire entre rural et urbain) du portugais brésilien, on a tendance à éliminer dans la prononciation (pas dans l’écriture !) les consonnes de fin de mot : faire [fazê], chanter [cantá], aimer [amô] etc.

Et puis, il s’est rendu compte à quel point la mots d’origine africaine qui composent notre langue ? Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les documents dans les références ci-dessous. Oh, et laissez vos impressions dans les commentaires !

Références

★★★★★