Le Brésil

Femmes sans-abri et plaisir avec de la nourriture – Jornal da USP

sla sécurité alimentaire et nutritionnelle au Brésil est un droit qui donne accès à une alimentation adéquate et saine dans les domaines de la disponibilité, de la production, de l’approvisionnement, de la commercialisation et de l’accès à la nourriture, mais aussi le respect et la compréhension des choix alimentaires et des pratiques des groupes de population, ce qui comprend: , dans une perspective élargie, la promotion d’une alimentation agréable et cohérente avec l’identité culturelle de ceux qui mangent. Cependant, lorsque nous parlons de personnes en situation de vulnérabilité sociale extrême, comme les femmes de la rue, cette perspective élargie se concentre-t-elle sur les actions publiques? Quiconque se souvient de la proposition de production et de distribution de farinata dans la ville de São Paulo, en 2017, peut avoir un «non» sur le bout de la langue. En effet, le produit alimentaire qui est devenu populairement connu sous le nom de «nourriture humaine» est un exemple clair de ne pas se préoccuper d’une alimentation agréable et culturellement cohérente destinée à la population la plus vulnérable sociale.

Les particularités qu’exigent les soins de santé des sans-abri se reflètent dans la construction de politiques publiques visant spécifiquement ce groupe, comme c’est le cas de la Politique nationale pour les sans-abri de 2009 qui vise, entre autres droits, la promotion de l’alimentation et la sécurité nutritionnelle. Les équipements publics pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle, tels que les restaurants populaires, apportent une avancée très importante et indispensable à cet égard, en particulier en ce moment de pandémie où les principales sources de revenus des sans-abri (comme la collecte des ordures) sont compromises. Un travail intersectoriel visant à promouvoir la sécurité alimentaire et nutritionnelle des sans-abri est indispensable. Ce travail intersectoriel est chargé de promouvoir l’accès à la nourriture, en qualité et en quantité adéquates, mais aussi de promouvoir l’autonomie, l’estime de soi et le maintien de la culture alimentaire de ces personnes.

Travailler avec la dimension du plaisir à manger pour les femmes de la rue, comme outil méthodologique et analytique, c’est travailler avec une dimension de l’alimentation qui peut nous aider à penser autonomie, estime de soi et cohérence culturelle. De plus, il travaille avec les femmes de la rue en tant que personnes qui ressentent des désirs et des désirs, et sont aussi des agents de ce sentiment, d’autant plus que la construction de ce plaisir est contextualisée dans une société d’exclusion et qui condamne les plaisirs des autres corps au capitalisme. . Je dis «Autres corps», alignant ces idées sur la conception de l’Autre de l’Autre que Grada Kilomba discute des femmes noires. On peut dire que les femmes de la rue – principalement noires et brunes – sont une autre des hommes, une autre de la blancheur et aussi une autre de la corporéité capitaliste. Les femmes sans-abri sont un corps qui rompt avec les codes de subsistance, de rationalité et de consommation attendus dans une société de marché libérale – exclus de ces codes, leurs corps sont aussi la construction de l’injustice sociale et une marque de disruption et de lutte. Ne pas travailler avec les plaisirs de ces femmes, racialisées et négligées par le racisme et le capitalisme, reviendrait à maintenir l’accès qui leur est refusé à l’autonomie, à l’estime de soi et à la santé. Leur corps parle, leur alimentation parle, leur plaisir parle. Pour l’avancement de la construction de la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour les femmes sans-abri, il est important de comprendre les significations et les expériences qu’elles véhiculent et construisent sur la nourriture, l’alimentation et le plaisir.

Sous ces paradigmes, je développe ma recherche doctorale au Département de Nutrition de l’École de Santé Publique de l’USP. Je mène un travail ethnographique avec des femmes dans les rues du centre de la ville de São Paulo. Je cherche à comprendre leurs perceptions sur le plaisir de manger, avec une équipe qui comprend l’anthropologue (Ramiro Fernandez Unsain) et des nutritionnistes (ma conseillère et co-conseillère, Fernanda Baeza Scagliusi et Priscila de Morais Sato). Méthodologiquement, je réalise des observations participantes et des entretiens ethnographiques avec des femmes de la rue, mais aussi avec d’autres auteurs du territoire, qui croisent et composent le chemin de ces femmes: professionnelles de santé, professionnelles de services centrées sur les sans-abri, artistes de rue, personnes liées aux mouvements artistiques et aux mouvements sociaux. Bien que ce soit encore un chemin peu fréquenté, travailler avec le plaisir de les manger comme objet de recherche permet le dialogue scientifique entre connaissances et subjectivités et peut contribuer à l’avancement des politiques publiques qui interagissent avec le sentiment d’agence des femmes vivant sur le territoire. rues dans un lieu public.

Ce travail est réalisé avec le soutien de la Coordination pour l’amélioration du personnel de l’enseignement supérieur – Brésil (Capes), Code de financement 001.

Vous pourriez également aimer...