La Colombie

« jouer douze matchs par an est ridicule »

L’atmosphère du football féminin en Colombie est toujours chaude en raison de la décision de Dimayor de tenir une Ligue cette année d’une durée de moins de deux mois.

Les joueurs ont crié vers le ciel, demandant respect, garanties et un tournoi plus compétitif, durable et juste, car ils savent que cela affecte aussi sérieusement les objectifs de l’équipe nationale colombienne dans ses tournois internationaux.

C’est précisément ce qui s’est passé récemment, que sans beaucoup de concurrence chez ses joueurs, la Colombie s’est rendue aux États-Unis pour affronter l’équipe la plus forte du monde, et les résultats finaux ont puni tant d’improvisation: défaites par défaite 4-0 et 6-0 en les deux matchs amicaux.

L’une des protagonistes de ces rencontres, Catalina Usme, a parlé précisément des erreurs qui affectent l’équipe nationale.

Au-delà des résultats, quelle conclusion avez-vous tirée des deux matches amicaux qui ont joué contre les États-Unis?

Le plus important est que nous nous sommes revus; Nous avons trouvé très triste qu’après avoir été champions panaméricains, nous ne nous soyons pas réunis depuis au moins un microcycle depuis près d’un an et demi. Nous avons la prochaine Copa América qui se qualifie pour les Jeux Olympiques, et l’idée est d’atteindre l’objectif, mais nous devons améliorer beaucoup de choses.

N’y avait-il pas une bonne préparation pour affronter ce qui est considéré comme la meilleure équipe du monde?

Non. Pour jouer contre une équipe de ceux-là, vous avez besoin d’une planification différente, et ici, ils n’ont sûrement pas vu cela ou ils s’en moquaient, mais c’était presque logique ce qui allait se passer. Les États-Unis se réunissent tous les mois, sont toujours en compétition, ont un calendrier serré, savent ce qu’ils vont faire et où ils vont jouer toute l’année. Nous savions à peine 15 jours auparavant que nous allions nous rencontrer pour affronter les États-Unis. Mais ce sont des défis sympas à relever, qui nous aident à grandir et à nous retrouver en équipe pour nous remettre sur les rails.

Est-ce que beaucoup de ceux qui ont été appelés pour ces matchs en vacances?

Bien sûr, si vous regardez la Ligue et son système, les équipes qui ont joué le plus de matchs sont celles qui ont atteint la finale (Amérique et Santa Fe), avec 12 matchs. Ce n’est rien, un match par mois, c’est ridicule et plus encore pour un joueur de l’équipe nationale. Cela ne prépare personne. Et la plupart étaient en vacances parce que leurs équipes ont été éliminées.

Nous savions que nous allions jouer aux États-Unis 15 jours avant. Si nous avions su avec plus de temps, peut-être que ceux qui ont été éliminés se seraient mieux entraînés et soignés, même s’ils ne sont pas arrivés mal. Mais l’inactivité pèse. Après ces matchs, beaucoup sont retournés en vacances parce que les seules équipes qui s’entraînent pour les Libertadores sont l’Amérique et Santa Fe.

Outre ce que vous avez mentionné, comment les États-Unis les surpassent-ils autrement?

Uff, à bien des égards, à commencer par le sérieux avec lequel ils gèrent le football féminin. Pour moi, tous les détails sont pertinents. Lorsqu’il y a un processus sérieux, les résultats sont visibles. Nous en sommes loin dans bien des domaines, dans la planification par exemple. Nous ne savons pas quand nous allons jouer, quand nous allons nous rencontrer. Les Etats-Unis ont jusqu’en décembre clair quand ils sont en concurrence et avec qui ils font concurrence, ils ont défini leurs microcycles, ils rassemblent leur groupe, ils le renforcent.

Y a-t-il eu autocritique et dialogue avec le professeur Abadía?

Nous avons ces conversations tout le temps; là je passe à la conscience des jeunes joueurs, qui doivent bien se préparer. Nous devons changer et nous préparer même personnellement, ne pas attendre qu’ils nous appellent pour un appel ou un match car là nous attendons.

Pouvez-vous vous améliorer d’ici à la Copa América l’année prochaine?

Oui, bien sûr, nous pouvons beaucoup nous améliorer. De plus, j’espère que l’équipe la réunira et que nous jouerons des dates à la Fifa. Contre les États-Unis, ce n’était pas un rendez-vous de la Fifa et c’est pourquoi ceux de l’étranger ne sont pas venus. Nous avons besoin de l’équipe complète pour produire des résultats.

Est-il nécessaire que les administrateurs lèvent le veto à Yoreli Rincón?

C’est un sujet que nous ne connaissons pas bien; par exemple, Daniela (Montoya) avait eu son veto et elle est là. Je pense que cela se passe plus pour le goût des entraîneurs. Je ne connais pas très bien le sujet d’elle, ils nous ont toujours dit et cela a toujours été l’opinion du professeur Nelson Abadía, qu’elle (Yoreli) n’a jamais été interdite, que ce sont des goûts, que c’est Yoreli ou Leicy Santos qui jouent dans la même position. Mais la Fédération ou l’enseignant devrait clarifier la question davantage.

Est-il urgent de continuer à se battre pour une Ligue plus durable?

Bien sûr, nous avons besoin d’une Ligue plus compétitive; De plus, les filles partent très jeunes d’ici, elles ne font pas très bien leur processus parce qu’elles vont dans d’autres endroits où elles ont plus de compétition. Nous n’avons pas de concurrence ici. Une Ligue sérieuse et plus longue est nécessaire. Il est ridicule qu’un footballeur joue 12 matchs par an. Ici, il y a un niveau pour rivaliser dur, mais il y a un manque de sérieux et d’engagement lors de la planification d’une Ligue.

En parlant de départ de joueurs, pourquoi ne l’avez-vous pas fait?

Qui aide la Ligue ici à progresser et les filles qui émergent à progresser dans ce processus? C’est notre responsabilité. Si nous partons tous, que deviendront les filles d’ici? Qui va continuer à insister pour la Ligue? Qui va continuer à pousser? Si nous partons tous, ils trouveront des excuses et diront que pour quelle ligue s’il n’y a pas de joueurs. C’est pourquoi je ne suis pas parti et je ne vais pas partir.

Mais avez-vous reçu des offres?

Beaucoup, du monde entier, de Chine, d’Espagne, du Portugal, du Brésil … L’année dernière, un très bon est venu de Chine et je ne l’ai pas accepté. Depuis mon arrivée, je suis tombé amoureux du projet América, aidant à former les nouveaux joueurs. Cela vaut plus que les millions qu’ils peuvent vous donner ailleurs.

Vous pourriez également aimer...