Le Venezuela

« Fido Dido » paiera 13 ans pour sabotage à l’AN

Le 4e Tribunal de contrôle antiterroriste, dirigé par José Mascimimo Márquez García, a prononcé une peine de 13 ans de prison contre Ronald Enrique Flores Rivero, alias Fido Dido, qui a admis sa participation à un plan de sabotage de l’installation de l’Assemblée nationale (AN), sources du système judiciaire dit.

Le dévoilement du plan susmentionné a été annoncé le 29 décembre 2020 par la ministre de l’Intérieur, Carmen Meléndez, qui a rapporté l’arrestation à Trujillo d’alias Fido Dido. Le projet a été conçu en Colombie avec la participation du président de cette nation, Iván Duque et du chef de l’opposition Leopoldo López, a déclaré Meléndez. Parmi les actions à mener figurait le meurtre du procureur général, Tarek William Saab, et des députés de la nouvelle NA, comme l’a révélé le ministre.

Ce mardi, dans l’après-midi, l’audience préliminaire s’est tenue au Palais de Justice de Caracas où le ministère public a ratifié l’accusation portée contre Fido Dido, qui est en cours de traitement pour trahison et homicide intentionnel aggravé dans une certaine mesure de tentative. .

À l’issue de la présentation du ministère public, le juge Márquez García a demandé à l’accusé s’il souhaitait prendre la parole. Ce dernier a accepté et admis sa participation aux événements enquêtés par le ministère public. Immédiatement après, le juge José Mascimino l’a condamné à 13 ans et 7 mois de prison, qu’il doit purger au Centre national des procureurs militaires situé à Ramo Verde, Los Teques (Mir).

Le plan

Le 21 décembre 2020, une réunion a eu lieu à Riohacha, Colombie, planifié par des membres des services de renseignement colombiens et du bureau de lutte contre les stupéfiants du gouvernement américain (DEA), sur la base d’une enquête du ministère public. Les Colombiens Gerson Rojas, Miguel et Baltazar, appartenant aux structures d’espionnage du pays susmentionné, ont participé à cette réunion. Étaient également présents les Vénézuéliens Víctor Estupiñán, anciens responsables du Cicpc; Pablo Parada, Alexander Tirado, Andrés Robayo et Ronald Enrique Flores Rivero.

Lors de la réunion, les agents du renseignement colombiens ont présenté le plan, préalablement convenu lors d’une autre réunion tenue entre Leopoldo López, le président colombien Iván Duque et l’ancien président de cette nation Álvaro Uribe.

Lors de la réunion de Riohacha, une première phase du plan a été examinée, qui consistait à recruter et à former sur le territoire colombien des membres dissidents des Forces armées nationales bolivariennes, des organes de sécurité des citoyens de l’État vénézuélien et des éléments civils appartenant aux groupes de la soi-disant Resistencia, participants des guarimbas de l’année 2017.

Une fois la phase de recrutement terminée, il y aurait une tentative d’envahir le territoire vénézuélien par ce groupe de militaires et de civils dissidents. La pénétration au Venezuela se ferait à travers les États frontaliers Apure, Zulia, Bolívar et Táchira, pour mener des actions de sabotage, de terrorisme et de déstabilisation, selon les enquêtes. Dimanche dernier, l’Apure, l’armée a repoussé une tentative d’entrée sur le territoire vénézuélien par des colombiens irréguliers, selon ce qui a été rapporté par le ministère de la Défense.

Les autres actions prévues lors de cette réunion de Riohacha sont les suivantes:

1.- Assassinat du procureur général Tareck William Saab.

2.-Sabotage de la centrale hydroélectrique de Gurí.

3.- Assassinat d’un gouverneur (encore à identifier).

4.- Sabotage de l’inauguration des députés élus le 6 décembre 2020.

5.- Saisie de forts militaires peu sécurisés, pour vol d’armes et de matériel militaire.

6.- Sabotage d’installations pétrolières dans l’état de Falcón.

Les agences de sécurité continuent de rechercher d’autres participants au plan susmentionné.

Vous pourriez également aimer...