Fier d’être USP – USP Journal

gConstruire une institution de la taille de l’Université de São Paulo est une tâche d’équipe, en fait assez grande, pour gérer les nombreuses activités. Plus de 200 collègues ont contribué à la gestion de l’Université au cours des quatre dernières années. Le professeur Antônio Carlos Hernandes, vice-recteur, et moi-même remercions et reconnaissons la contribution inestimable du groupe à la réalisation des projets proposés. J’insiste sur le fait que ce sont des gens compétents et qu’ils ont généreusement contribué à cette tâche difficile, sans y voir d’avantages personnels ; en effet, la participation à la gestion a dû exiger un effort supplémentaire, les activités académiques n’étant pas réduites.

De par sa constitution, l’USP est une institution très décentralisée. Ainsi, les directeurs des 42 unités d’enseignement et de recherche, des cinq instituts spécialisés, des quatre musées et des deux hôpitaux participent à la gestion avec l’équipe du Rectorat. USP est un modèle de « gestion partagée ».

L’institution a sa reconnaissance et sa bonne réputation internationale pour les résultats qu’elle présente. Je tiens à renforcer mes remerciements à tous les membres de la communauté qui ont contribué d’une manière ou d’une autre à l’amélioration continue de l’institution. J’inclus dans les remerciements les diplômés qui, avec leurs bonnes performances professionnelles et sociales, font l’excellence de l’USP.

Dans ces presque deux siècles d’enseignement supérieur dans l’état, dont 88 ans d’université de recherche, on peut dire que les quatre dernières années à l’USP ont été les plus atypiques et les plus imprévisibles.

Au cours de la première année de gestion, les séquelles des difficultés financières auxquelles l’Université avait été confrontée au début de la décennie subsistaient encore. Mais il s’agissait de problèmes connus qui ont été dûment résolus.

L’année suivante, nous avons été surpris par une commission d’enquête parlementaire, mise en place par l’Assemblée législative de l’État, pour constater d’éventuelles irrégularités dans les universités publiques de São Paulo. L’Université n’avait rien à craindre et, heureusement, son autonomie n’a pas été attaquée dans le rapport final de la Commission. Au cours des travaux du CPI, il est devenu évident que le parlement de São Paulo n’était pas au courant des activités de l’USP, ce qui montre l’importance de renforcer davantage les liens avec cette institution et avec la société dans son ensemble.

Au cours des deux dernières années, nous avons vécu avec la pandémie de covid-19, qui nous a obligés à suspendre les cours le 17 mars 2020 et d’autres activités en présentiel à partir de la semaine suivante. Les activités en présentiel ont repris, avec diligence, à partir du 23 août 2021, et les cours uniquement à partir du 4 octobre, près de 19 mois plus tard. Le retour se fait progressivement, suite à la vaccination de la communauté, très dépendant de la tranche d’âge et du vaccin reçu.

USP ne s’est pas arrêté. Associés dans un groupe de travail virtuel, professeurs, employés et étudiants ont fait réapparaître l’USP plus intégrée dans la société pour renforcer davantage les liens avec cette institution et avec la société dans son ensemble. La pandémie, de plus en plus catastrophique, n’avait pas réussi à paralyser l’Université. Je le réaffirme, nous avons fait notre part, en tant qu’institution publique au service de la société.

Presque tous les cours théoriques étaient offerts à distance, même plusieurs activités pratiques pouvaient être adaptées pour que les étudiants puissent suivre à distance. Les enseignants ont appris à utiliser des outils didactiques. Les organes collégiaux ont réduit les exigences bureaucratiques, élargissant le champ des activités à distance. Les étudiants eux-mêmes se sont organisés, en plusieurs unités, pour soutenir leurs collègues. L’Université, à son tour, a également apporté son soutien aux étudiants ayant des difficultés à accéder aux réseaux virtuels.

Aux études supérieures, comme ils se déroulent à distance, les examens et les soutenances ont augmenté le nombre de membres venus de l’étranger au sein des jurys.

Plus de 150 groupes de recherche ont commencé ou adapté leurs études aux thèmes de la lutte ou de la minimisation des effets de la pandémie. Nous avons répertorié environ 270 projets de recherche liés à la lutte contre le covid-19. En octobre 2020, via la Plateforme dimensions, l’USP était déjà la 16e institution de recherche avec le plus grand nombre de publications concernant le covid-19, avec 729 publications, la première dans l’hémisphère sud. Certains laboratoires travaillaient sans interruption, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, afin de répondre aux souhaits de la société.

Le dévouement des serveurs était également pertinent. Dans les phases les plus contraignantes pour les activités en présentiel, il n’était pas rare d’avoir plus de quatre mille serveurs techniques et administratifs en activité en présentiel, mais pas simultanément, avec l’appui d’un nombre similaire de collègues intervenant à distance . En conséquence, les activités de soins de santé, la sécurité, les recherches susmentionnées sur le covid-19, les autres activités de laboratoire qui ne peuvent être arrêtées, l’infrastructure informatique et l’administration ont été menées de la meilleure façon possible.

En conséquence, la communauté USP a de quoi être fière, malgré la catastrophe qui a entraîné la perte d’êtres chers, d’amis de longue date et de nombreuses connaissances.

Le programme de cette gestion rectale avait trois axes principaux : l’excellence académique, l’expansion de l’interaction avec la société et l’appréciation continue des ressources humaines. La limitation des activités en face-à-face n’était pas un obstacle pour freiner les actions visant à atteindre les objectifs proposés.

L’amélioration de l’excellence académique est confirmée par l’excellente performance de l’USP dans les évaluations nationales et internationales. Ceci a été réalisé dans des activités didactiques avec une inclusion accrue et des politiques positives. À l’obtention du diplôme, les meilleurs niveaux d’inclusion sociale et ethnique ont été atteints, ce qui était déjà élevé en genre depuis plusieurs années. Dans les études de troisième cycle, le genre a également été atteint. À l’obtention du diplôme, il y avait une forte incitation à moderniser les infrastructures, y compris le laboratoire, en plus de soutenir les activités des étudiants extra-muros. Aux études supérieures, en complément de la formation du chercheur, les étudiants avaient des options pour une formation plus complète, en tant que futurs dirigeants de nouveaux groupes de recherche.

Les activités étudiantes ont été menées dans un environnement de recherche, même à distance, et cherchant à offrir aux étudiants la possibilité de se former à d’autres compétences, telles que l’entrepreneuriat, l’innovation, l’éthique, l’action en équipes multidisciplinaires, le leadership, entre autres. En particulier pour les étudiants diplômés, l’opportunité de formation didactique-pédagogique a été intensifiée.

Un sujet que la pandémie a intensifié était la relation de l’Université avec la société. Les actions ont été multiples, non limitées aux élèves des écoles publiques ou aux entreprises en quête d’innovation, mais aussi beaucoup plus larges. La relation plus étroite nous a stimulés à créer le Fonds du patrimoine USP, rejoignant l’initiative de certaines unités.

La valorisation des ressources humaines a comme plus grand défi la permanence et la formation des étudiants, pour garantir l’inclusion sociale et ethnique effective que l’Université a pratiquée. Dans les budgets annuels, c’est le poste qui a toujours été majoré au dessus de l’inflation de la période, mais le souci n’est pas exclusivement d’apporter un soutien financier aux étudiants, mais un large accueil, avec un soutien psychologique et une orientation professionnelle, en plus d’un l’intégration de l’élève dans l’environnement par le sport et la culture.

Pour les serveurs techniques et administratifs et les professeurs, la loi complémentaire 173 du 27 mai 2020 était très restrictive ; heureusement, en raison des particularités de l’Université et, dans le respect de la législation, il a été possible d’assurer aux professeurs le maintien des concours de professeur libre et la progression de carrière horizontale. Cette dernière a été réalisée, pour la première fois, selon le système établi par le Statut des Enseignants, à travers une évaluation périodique, qui, après huit ans sans progression, a porté sur 57% des enseignants éligibles.

Non moins remarquables ont été les évolutions des activités de support, cherchant toujours à simplifier les procédures et à informatiser les activités, à cet effet, en améliorant l’infrastructure informatique, y compris la connexion entre les campus avec un backbone à haut débit.

Même avec la mobilité des étudiants et des enseignants limitée par la pandémie, l’internationalisation est restée intense et, selon nos accords, active. Pour répondre aux nouvelles demandes, les bureaux de Développement du Partenariat (DePar) et de Gestion des Indicateurs de Performance Académique (Egida) ont été créés, en plus de la restructuration de l’USP Mulheres et des Alumni. La nouvelle approche du traitement de l’information académique a été mise en œuvre avec la création de l’Agence USP pour la gestion de l’information académique (Aguia).

La nouvelle direction reprendra l’Université avec les finances correctement assainies. Pour l’année 2022, un budget a été proposé au Conseil universitaire dans lequel le poste Personnel a une augmentation de 26% afin que la nouvelle direction et le Conseil puissent récupérer les salaires, embaucher de nouveaux enseignants et serveurs et mettre à jour les autres avantages. Enfin, une réserve financière supplémentaire de plus d’un tiers du budget annuel est maintenue pour couvrir une éventuelle crise économique dans le pays ou pour de nouveaux projets par la direction qui prendra en charge l’USP.

L’USP a maintenu son excellence, accru sa reconnaissance et son prestige à l’échelle internationale, est devenue plus inclusive et a abordé la société plus largement, en plus d’assainir ses finances. Par conséquent, je peux conclure que je suis FIER D’ÊTRE USP. Mes remerciements à tous pour la force de l’Université et, en particulier, à tous ceux qui ont aidé cette direction à surmonter les défis qui ont été accrus par la pandémie.

(Texte initialement publié dans le rapport de gestion 2018-2021)

★★★★★