Le Venezuela

Foi et politique – Dernières nouvelles

Le dialogue à huis clos au Mexique se dirige vers la troisième rencontre, face à des obstacles tant internes qu’externes, prévisibles et imprévus, inhérents au processus ou créés intentionnellement en vue de torpiller son développement.

Le dialogue, en plus d’être confronté à une ingérence internationale manifeste, subit en interne les conséquences du double pouvoir. Sous la règle de la polarisation, nous connaissons et évaluons son développement ; les nouvelles et les opinions appuyées ou non sur le processus. Tout cela sous le regard innocent d’organismes internationaux soi-disant experts pour assurer la solution pacifique des problèmes et des controverses ; des gouvernements, des autorités nationales et internationales et, fondamentalement, par le biais des médias conventionnels et en ligne.

Il est important de noter que les médias nationaux continuent d’être politiquement alignés et alimentent intentionnellement la polarisation. En raison de notre position politique et en tant que public, nous choisissons comment et où nous informer sur le dialogue. Par conséquent, nous devons nous poser plusieurs questions. Sommes-nous conscients que la majorité des médias, compte tenu de leur affiliation ou de leur préférence politique, alimentent la polarisation informationnelle ? Est-ce que nous évaluons et jugeons, interprétons et décidons ce qui est faux et ce qui est vrai ? Qui nous trompe et qui est censé dire la vérité ? Contrastons-nous les informations ? De même, qui soutient et aide le dialogue ? Qui le torpille ? A quel ou à quels médias attribuons-nous le plus de confiance, de crédibilité et de légitimité ? Ceux qui ratifient ma position politique ? Que respectent les droits du public ? Ou ceux qui sont alignés sur la polarisation ? De quoi manipuler ou ajuster l’information pour plaire à une certaine force politique ? Sommes-nous victimes et/ou promoteurs de la polarisation ? Sommes-nous un public actif ?

Les publics actifs donnent ou non confiance, crédibilité et légitimité au pouvoir transmédia. Il est obligatoire de sortir de la zone de confort et de nous poursuivre si nous sommes des destinataires actifs, critiques et influents. En tant que public « actif », nous devrions avoir un rôle plus prépondérant, sélectif et critique, au détriment d’une performance manipulable et passive.

Comment et où nous informer est devenu à la fois une question de foi et de politique.

@maryclens

Vous pourriez également aimer...