Le Brésil

Pandémie et crise stimulent l’innovation dans les musées – Jornal da USP

Ana Gonçalves Magalhães révèle les nouvelles opportunités ouvertes par la pandémie et met en lumière un scénario de difficultés rencontrées par les espaces culturels au Brésil

par Andrew Derviche

Le MAC a été fermé de mars à décembre 2020, mais les économies réalisées sur les dépenses de nettoyage et de sécurité au cours de la période ont permis de financer de nouvelles expositions – Photo : Cecília Bastos/Jornal da USP

« Les musées sont une sorte d’oasis, où nous pouvons nous réinventer et avoir une interaction plus créative avec le monde. » C’est ainsi qu’Ana Gonçalves Magalhães, directrice du Musée d’art contemporain (MAC) de l’USP, définit ces institutions culturelles. Pendant une partie de la pandémie, cette « oasis » a été empêchée de fonctionner. Selon l’UNESCO, soulignant une enquête réalisée à partir de données recueillies dans 87 pays, les musées ont connu, en moyenne, une baisse de 70 % du nombre de visiteurs au cours de l’année 2020 par rapport à 2019. Cette évolution a fini par poser de nouveaux défis et nécessiter de nouvelles solutions pour les gestionnaires de ces espaces culturels.

Le MAC, par exemple, a été fermé de mars à décembre 2020. Les économies sur les dépenses de nettoyage et de sécurité durant cette période ont permis de financer de nouvelles expositions au musée. C’était le cas de l’émission Regina Silveira : autres paradoxes, qui présentait 180 œuvres de l’artiste visuel de Rio Grande do Sul.

Ce financement a été rendu possible grâce au programme USP efficace, ce qui a permis une plus grande flexibilité dans l’utilisation des économies budgétaires dans les investissements stratégiques et d’urgence.

Crise culturelle

Pourtant, en matière d’investissements financiers, la réalité des musées brésiliens n’est pas des plus favorables. Ces espaces culturels peuvent faire partie de ceux bénéficiant de la loi d’incitation à la culture (LIC), ou de la loi Rouanet. La loi en question prévoit plusieurs mécanismes de promotion des activités culturelles. Indépendamment d’eux, la Commission Nationale d’Incitation Culturelle (CNIC) est chargée d’apprécier les projets culturels bénéficiant d’incitations fiscales.

Le CNIC n’a pas de pouvoir de décision définitif, mais il est une instance importante dans le processus d’analyse des projets culturels brésiliens. Cependant, en juillet 2021, par le décret 10755, le CNIC a perdu de son importance lorsqu’il a commencé à n’être activé que dans l’instance d’appel de l’analyse du projet. Les spécialistes ont déjà fait part de leur inquiétude, car le caractère démocratique de la collégiale est minimisé.

Ana Maria s’est également rendu compte que les activités du musée étaient entravées par un blocage des ressources provenant du LIC. «Ce sera certainement un défi à relever pour le musée, car nous pensions à des plans de collecte de fonds qui, depuis l’année dernière, ont montré qu’ils ne fonctionneraient pas», dit-il.

Selon les données consultées sur le portail Salic, qui prétend garantir la transparence des activités du ministère de la Culture éteint (actuellement le dossier correspond au Secrétariat spécial de la Culture, situé au ministère du Tourisme), le montant levé via la loi Rouanet en 2021 jusqu’en octobre est en R$ 460 millions. Pour vous donner une idée, 2020 a fini par lever près de 1,5 milliard de reais.

Nouvelles possibilités

Face à un scénario de difficultés, que ce soit celles imposées par l’isolement social ou celles liées aux incitations financières, les gestionnaires de musées ont dû chercher de nouvelles solutions. Sans que le public ne fréquente ces espaces, la solution était d’investir dans l’environnement virtuel.

« La pandémie a accéléré un processus qui était déjà lentement exploré par les musées, qui est leur médiation avec le public à travers la dimension numérique », explique Ana Gonçalves, rappelant l’utilisation plus intense du site Internet du musée et des réseaux sociaux. Dans ce dernier cas, l’Instagram de MAC a été « envahi » par les interventions de plusieurs artistes, comme ce fut le cas avec Gustavo von Ha, qui devrait avoir une exposition en face-à-face au premier semestre 2022.

L’utilisation de l’environnement virtuel pour arbitrer la relation avec le public des musées est déjà répandue dans le monde. Le professeur Ana rappelle deux cas emblématiques : le Rijksmuseum, à Amsterdam, aux Pays-Bas, qui a investi dans une curatelle numérique tout en étant en rénovation, de 2003 à 2013 ; et le Metropolitan Museum of Art de New York, qui dispose d’outils pour enseigner l’histoire de l’art en ligne.

Cette extension des musées nécessite cependant des investissements différents, c’est-à-dire « qu’elle nécessite une immense contribution financière du musée, et toute une équipe embauchée juste pour cela. Il ne suffit pas qu’on veuille mener des actions sur le réseau social, il faut avoir l’infrastructure pour ça », précise Ana. « Et ce n’est pas toujours prévu dans les budgets (des musées) », ajoute-t-il.

Les musées comme refuge culturel

Malgré les regrets, les musées se présentent toujours comme des espaces culturels importants au sein de la société et peuvent servir différentes perspectives, allant des activités éducatives au divertissement. « L’art et la culture sont fondamentaux pour la vie humaine. Notre vie est très pauvre sans eux », analyse Ana.

Lors de la reprise des activités en présentiel, le directeur du MAC a noté que beaucoup privilégient toujours les visites aux musées : « Avec la réouverture au public, nous avons réalisé à quel point les gens (les musées) manquent à leur vie. Donc, en fait, les musées post-pandémiques ont ce rôle très important », dit-il.


Journal de l’USP en direct
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculdade de Medicina et l’Institute for Advanced Studies. Nà l’antenne, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 16h45 . À Ribeirao Preto, l’édition régionale sera diffusée de 12h à 12h30, avec des présentations de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez vous connecter à Rádio USP à São Paulo FM 93,7, à Ribeirão Preto FM 107,9, via Internet à l’adresse www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...