La Colombie

Guerres glorieuses

Le discours qui nous montre les progrès des sociétés à la sortie des guerres est très romantique. Quels sont les bombardements, les corps détruits, le sang, la souffrance et la douleur, qui nous ont donné des droits. Il y a quelque chose de valable, quand on parle des guerres d’indépendance du XVIIIe siècle.Cette glorification s’exprime dans des hymnes, des textes d’histoire, des monuments et de la littérature vantant le sacrifice que nos ancêtres ont fait pour nous donner la liberté.

Mais voir un acteur dépassé, et des dizaines de commentateurs, vouloir nous vendre que le progrès social au 21ème siècle ne sera réalisé qu’avec des « jeunes mutilés, la tête qui tourne », a non seulement la perfidie de sortir toute action mortelle et destructrice de l’héroïque qui montre que les idéologues derrière toute l’horreur ont peu de connaissance de l’histoire moderne.

La première fausse hypothèse est de considérer toutes les guerres comme glorieuses. Hitler, Mussolini et les généraux japonais étaient des sages-femmes diligentes dans une histoire d’horreur macabre. Sans parler de Staline, Mao et de la dynastie Kim, qui, ensemble, ont causé plus de 100 millions de morts, des souffrances indicibles dans leurs pays respectifs et un retard considérable dans l’avancement des droits de l’homme.

Mais le pire est l’ignorance de ne pas connaître Gandhi, qui a obtenu l’indépendance de l’Inde sans prendre les armes. À Martin Luther King, qui a réussi à éliminer les lois discriminatoires haineuses aux États-Unis, en racontant un rêve. A Nelson Mandela, qui après une mauvaise jeunesse, a su user de la force de la raison pour finir par signer avec ses geôliers et pires ennemis. Desmond Tutu, qui a été un catalyseur de transformation en Afrique du Sud et une figure apaisante dans d’autres conflits. A Gorbatchev qui a réussi à mettre fin à l’Union soviétique et à faire tomber le mur de Berlin, au seul bruit des marteaux. A Lech Walesa et Jean-Paul II qui ont libéré la Pologne et l’Europe de l’Est du joug communiste, avec la force de leurs paroles et de leur foi. A Deng Xiaoping qui a réussi la transformation de la Chine avec l’implantation d’un libéralisme économique « glorieux ».

Toutes ces transformations sociales énormes et très importantes qui ont produit des avantages incontestables dans leurs pays respectifs, et avec des avancées incontestables en matière de droits de l’homme. Sans poésie et sans mélodrame révolutionnaire, le monde a évolué vers le meilleur. Aucun de ces grands dirigeants n’a évoqué « des empalés, ou des cheminées de camps de concentration, ou de la viande incinérée », pour s’assurer que les droits humains sont respectés dans leurs pays, que les lois du travail progressent, ou que les services d’éducation ou de santé sont mis en œuvre. Aucun n’a eu recours à l’effet rédempteur de la fumée des banques et des marchés incendiés, ou à l’odeur libératrice du lait coulant dans les égouts ou à la peau des policiers brûlés avec des cocktails Molotov.

Y aura-t-il quelqu’un qui nous aidera à élucider pourquoi le monde a choisi la voie de la prospérité en paix, alors que cette version anachronique et brutale de la gauche fleurit en Amérique latine ? Comment le mot « humain » s’intègre-t-il à côté d’une telle apologie de l’horreur ? Comment se fait-il qu’il y ait autant de personnages qui bénissent une stratégie aussi absurde pour aller de l’avant ?
.

Vous pourriez également aimer...