Le Venezuela

L’OMS met en garde contre les risques d’assouplissement des mesures avant la variante Delta du covid

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde cette semaine contre les risques de propagation de la variante Delta du SRAS-CoV-2, anciennement connue sous le nom de variante indienne. Il représente un danger imminent pour tout pays qui assouplit les mesures de sécurité sanitaire, assurent des représentants de l’agence.

« La levée des restrictions serait désastreuse pour les pays qui ne sont pas encore complètement vaccinés et un grand nombre n’ont pas les ressources nécessaires pour vacciner leurs citoyens », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

La variante Delta de Covid-19 est présente dans plus de 67 pays à travers le monde. La plupart des cas enregistrés se trouvent au Royaume-Uni avec 21 552, suivi de l’Inde avec 5 749, des États-Unis avec 2 097 et de l’Allemagne avec 633.

De son côté, le Dr Maria Van Kerkhove a assuré que cette variante est beaucoup plus contagieuse que l’Alpha, auparavant connue sous le nom de variante britannique, elle peut donc générer une crise plus importante que celle existante.

La mutation est responsable de plus de 90 % des cas à Singapour et est déjà devenue dominante au Royaume-Uni, avec le potentiel de se propager à un rythme difficile à contrôler.

Les autorités sanitaires britanniques ont également averti que l’efficacité des vaccins est inférieure contre la variante Delta par rapport à l’Alpha, bien qu’elle augmente considérablement après les deuxièmes doses.

En Inde, les principaux symptômes présentés par les patients sont une déficience auditive, des maux d’estomac, des nausées, des vomissements, une perte d’appétit, des douleurs articulaires, des troubles gastriques graves et des caillots sanguins pouvant conduire à la gangrène.

Nouvelle dénomination

Depuis le 1er juin dernier, l’OMS a accepté de renommer les variantes du vaccin afin qu’elles ne soient pas identifiées avec un pays spécifique. Pour cette raison, il a accepté d’utiliser les lettres de l’alphabet grec pour ladite dénomination.

Ainsi, la variante britannique, par exemple, est étiquetée Alpha, Beta de l’Afrique du Sud et Delta de l’Inde.

La variante brésilienne a été nommée variante Gamma.

La variante Delta est déjà en Amérique du Sud

Le gouvernement du Pérou a confirmé ce mercredi son premier cas de la variante indienne du coronavirus, détecté dans la ville méridionale d’Arequipa, la seule où les infections sont à nouveau en augmentation, contrairement au reste du pays.

La variante delta, comme cette mutation du coronavirus apparue en Inde est connue internationalement, a été détectée pour la première fois au Pérou chez une femme de 78 ans, selon le ministre de la Santé, Óscar Ugarte, lors de la conférence de presse après la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres.

Il s’agit d’un cas non importé, puisque le patient n’a pas voyagé à l’étranger et se réfère uniquement à avoir été en contact avec un membre de la famille suspecté de covid-19.

« Jusqu’à présent, un seul cas a été détecté. Nous ne pouvons pas affirmer que cette augmentation des cas à Arequipa est entièrement due à cette variante. Jusqu’à présent, nous ne pouvons pas dire cela », a déclaré Ugarte.

Ainsi, sur le territoire péruvien, il existe des preuves de la présence de quatre variantes différentes du coronavirus, puisqu’en plus de l’indien, il existe la variante britannique, la variante brésilienne et le C.37, également appelé andin, qui est majoritaire, causant en principe les 80% des infections à covid-19 au Pérou.

Vous pourriez également aimer...