Il n’y a pas de courses – Dernières nouvelles

Il ne peut y avoir de guerre raciale parce qu’il n’y a pas de races.

José Marti, Notre Amérique

À Mario Sanoja, qui a tant appris à ce sujet.

Dire aujourd’hui qu’il n’y a pas de courses est audacieux, mais quand Martí l’a dit, il a été imprudent. C’était l’époque que j’appelle le racisme heureux, où personne ne s’opposait à l’esclavage.

Le noir a été inventé en Amérique. Avant, personne n’identifiait quelqu’un par le ton de sa peau. Pour la Rome antique, l’Éthiopie était aussi barbare que l’Allemagne. En Amérique, l’esclavage est devenu racialisé. Être « coloré », c’était être la propriété de quelqu’un. Par contre, en Grèce et à Rome, l’esclave Spartacus était blanc.

L’esclavage américain était peut-être le plus atroce car l’armement dominant était plus meurtrier que celui de l’Antiquité, il y avait les armes à feu et la Sainte Inquisition, de sorte que la domination était plus brutale. Cet esclavage était si disproportionné qu’il a laissé comme un écho monstrueux le racisme qui aujourd’hui est « normal », c’est-à-dire que nous pratiquons sans peur et qui coûte tant à éradiquer. Il y a encore des années et des décennies de racisme. Surtout maintenant que les empires ont décidé de remanier le nazisme.

Le racisme se déploie à plusieurs niveaux. Il y a le niveau vulgaire, le plus bas, le plus brutal, de la discrimination, de l’offense, de la violence, comme quand au milieu de la rue une bande de blancs brutalisés par les médias brûle vif quelqu’un parce qu’il est chaviste, dont la « preuve » est la couleur foncée de votre peau. C’est comme quand la « preuve » que quelqu’un vient de Cuba est la couleur foncée de sa peau. C’est ainsi que pensent « les gens honnêtes et réfléchis de ce pays ».

Les niveaux montent en passant par des nuances dans lesquelles il n’y a plus de violence physique mais symbolique. L’une des conséquences est qu’une personne d’ascendance africaine ne sait pas si elle s’est vu refuser un emploi à cause de son incompétence ou à cause de sa peau.

Il y a des formules perverses déguisées en innocentes : « Elle est noire mais elle est jolie. Ce « mais » béni est une suite du fouet de l’esclave. « Il a de beaux traits », ajoutent-ils sur le même ton moralisateur.

La politique au Venezuela est également devenue racialisée et la polarisation est hiérarchisée selon le teint.

Une variante de cette perversité est la déclaration béate qu’« au Venezuela il n’y a pas de racisme ». Celui qui dit qu’il n’y a ni droite ni gauche est de droite, disait Simone de Beauvoir. De même, celui qui dit qu’il n’y a pas de racisme est raciste.

@rhm1947

★★★★★