Le Brésil

« Il n’y a pas d’indice qui relie la déforestation à la réduction des inégalités sociales » – Jornal da USP

Pedro Luiz Côrtes analyse le discours de Paulo Guedes, qui associe la faim aux causes de la destruction de l’environnement dans un discours au Forum économique mondial

Ceux qui profitent vraiment de la déforestation sont des groupes comme les squatters – Photo : Welington Pedro de Oliveira/Public Photos

Lors du Forum économique mondial de cette année, qui s’est tenu à Davos, en Suisse, le ministre de l’Economie Paulo Guedes a déclaré que « le pire ennemi de l’environnement est la pauvreté », ajoutant que « les gens détruisent l’environnement parce qu’ils ont besoin de manger ». Selon Pedro Luiz Côrtes, professeur à l’École des communications et des arts (ECA) et à l’Institut de l’énergie et de l’environnement (IEE) de l’USP, l’association selon laquelle la lutte contre la pauvreté mène à la destruction de l’environnement est fausse.

« Il n’y a pas d’indice qui lie la déforestation comme responsable, par exemple, de la réduction des inégalités sociales, ou de l’amélioration des conditions d’éducation et de santé. Il n’y a aucun bénéfice pour les populations des États amazoniens », dit Côrtes, en s’appuyant sur un modèle d’analyse du développement de l’Amazonie appliqué dans les années 1970, à la USP Journal on the Air 1ère édition.

Pedro Luiz Côrtes – Photo : IEA USP

Ceux qui profitent vraiment de la déforestation sont des groupes comme les squatters. « Ce que nous avons en réalité, ce sont des groupes organisés, avec des ressources, des envahisseurs de terres publiques, qui trouvent dans la corruption et la bureaucratie des moyens de, entre guillemets, ‘légaliser’ les terres envahies et le bois extrait sans aucune sorte d’autorisation. » Selon le professeur, ces groupes privés profitent des ressources naturelles brésiliennes sans aucun retour au pays.

Qui le gouvernement promeut-il ?

Les accapareurs de terres, les bûcherons et les prospecteurs ont également de plus en plus de facilité à agir compte tenu de la réduction des amendes. « Au cours des quatre dernières années, des organismes comme l’IBAMA et l’ICMBio ont été tout simplement démantelés, il n’y a donc plus la supervision qui devrait être faite », explique le professeur. « Cela fonctionne comme une carte blanche. Ce gouvernement, dans la pratique, encourage la déforestation en Amazonie.

Le professeur critique le manque de politiques gouvernementales pour réduire la pauvreté dans tout le pays, reflété dans l’augmentation significative du nombre de sans-abri, en plus des attaques subies par le SUS par des membres du gouvernement lui-même. En attendant, « la déforestation de l’Amazonie génère une très grande pauvreté dans la population, car elle ne permet pas d’autres formes de développement ».

Il peut sembler que l’activité génère de l’emploi, mais les conditions seront l’exploitation. « Souvent, les personnes embauchées pour travailler sont dans une situation similaire à l’esclavage et finissent par être lésées également par le problème social. »

Pedro Luiz Côrtes participe au Highlight Environnement les vendredis. Pour plus d’avis d’enseignants, visitez sa chaîne YouTube L’environnement est notre environnement dans ce lien.


Journal USP dans l’air
Jornal da USP no Ar est un partenariat entre Rádio USP et l’Escola Politécnica, la Faculté de médecine et l’Institut d’études avancées. Nonl’air, par Rede USP de Rádio, du lundi au vendredi : 1ère édition de 7h30 à 9h00, avec une présentation de Roxane Ré, et autres éditions à 10h45, 14h, 15h et 4 :45h. À Ribeirão Preto, l’édition régionale est diffusée de midi à 12h30, avec une présentation de Mel Vieira et Ferraz Junior. Vous pouvez syntoniser Rádio USP à São Paulo FM 93.7, à Ribeirão Preto FM 107.9, via Internet sur www.jornal.usp.br ou via l’application Jornal da USP sur votre téléphone portable.

Vous pourriez également aimer...