La Colombie

Il y a eu 90 cas de déplacement forcé et de confinement en Colombie en 2020

08 janvier 2021 – 23h30
Pour:

Salle de presse d’El País

L’année 2020 s’est clôturée avec environ 90 cas, dans lesquels 28 509 personnes de 8 192 familles ont été victimes de déplacements forcés et de séquestration en raison d’événements violents liés au conflit armé, selon le bureau du Médiateur.

L’agence a publié un rapport détaillant que la principale cause de déplacement dans le pays était les affrontements entre groupes armés illégaux qui contestent les territoires et commettent d’autres crimes tels que menaces, harcèlement, stigmatisation, homicides, violences sexuelles, risques et matérialisation du recrutement, territoires contaminés par les mines antipersonnel et les munitions non explosées, les enlèvements et les disparitions.

« Pour le Bureau du Médiateur, il est préoccupant que dans les départements de Nariño, Chocó, Antioquia, Norte de Santander et Córdoba, il y ait une crise récurrente due au déplacement forcé et les victimes n’ont pas de garanties pour le rétablissement de leurs droits », a déclaré le Médiateur, Carlos Camargo Assis.

Concernant les accouchements, il a été établi que les cas ont augmenté d’au moins 252% par rapport à 2019, et que ces événements se sont produits principalement à Catatumbo, avec environ 33627 personnes, soit 9997 familles confinées, à un taux de la grève armée imposée par l’ELN et l’EPL au premier trimestre 2020.

Lire aussi: Les itinéraires pour que le confinement par covid-19 n’augmente pas le risque pour les femmes

Le Pacifique, le plus touché

Dans la sous-région de Baudo et Chocoano Pacific, on dénombrait 23 128 personnes, soit 5 210 familles confinées par les affrontements entre l’ELN, l’AGC et le Gaor des Farc.

Nariño est un département touché à la fois par l’enfermement et le déplacement. Sur ce territoire, 43 événements ont été signalés au cours desquels environ 14 048 personnes ont été déplacées, soit 4 711 familles, à Telembí, Sanquianga et dans le Pacifique Sud.

De même, cinq événements se sont produits là-bas dans lesquels 9979 personnes, environ 2457 familles ont dû se confiner pour protéger leur intégrité des combats entre «Los Contadores», l’ELN, l’AGC et les dissidents des FARC.

Pour le Médiateur national, un autre aspect qui doit être pris en compte de toute urgence est que la crise humanitaire subie par ces familles a été aggravée par l’impact de la pandémie de Covid-19.

« Il y a des retards dans la prise en charge des victimes, des restrictions imposées par des groupes armés illégaux dans les territoires et le risque de propagation du virus dans les communautés, notamment en raison des confinements dans des endroits surpeuplés et du manque d’accès aux services de santé », a-t-il déclaré. Camargo.

Retour des familles autochtones

Le 13 janvier, différentes entités de l’État et les autorités autochtones d’Embera se réuniront afin d’évaluer les conditions de retour d’environ 200 familles de cette communauté déplacées de Bahía Solano, Chocó.

Selon la conseillère présidentielle aux droits de l’homme, Nancy Patricia Gutiérrez, il est nécessaire d’évaluer les possibilités de garantir le rétablissement des droits des familles, affectées par les actions des groupes armés organisés présents dans la zone.

«Le travail interinstitutionnel a permis d’apporter des soins d’urgence aux 200 familles déplacées et de garantir leur stabilisation. Maintenant, le défi que nous devons relever est d’obtenir un retour effectif », a souligné M. Gutiérrez.
Le Conseiller a également souligné le travail effectué par différentes organisations nationales et internationales, ainsi que celui des autorités et entités locales, qui ont permis de protéger les familles autochtones qui ont dû déménager dans le district d’El Valle de la municipalité de Bahía Solano.

D’après ce que Gutiérrez a déclaré, avec l’aide de la coopération internationale, représentée par les Nations Unies et le Conseil norvégien, il a été possible de livrer de la nourriture, des ustensiles de cuisine et de nettoyage, des kits d’hygiène personnelle et de la biosécurité à la communauté Embera affectée.

Lire aussi: Les itinéraires pour que le confinement par covid-19 n’augmente pas le risque pour les femmes

Attention aux familles déplacées

Grâce à l’Unité nationale des victimes, 141 familles touchées par le conflit armé ont reçu des éléments pour installer des restaurants, des salons de beauté, des magasins, des ateliers de couture et des cafétérias, s’orientant vers la consolidation de leurs projets de vie dans les municipalités du nord de la département du Cauca.

Les familles bénéficiaires se trouvent dans les municipalités prioritaires de Miranda et Santander de Quilichao (Cauca), où elles ont reçu des unités de production pour un total de 700 millions de dollars, par le biais des régimes dits spéciaux de soutien aux familles (EEAF).

Vous pourriez également aimer...